Boycott des avocats : « Un profond malentendu » pour la présidente de la Chambre d’appel

0
211
Nadia Bergouniou
Une audience solennelle boycottée par les avocats
Une audience solennelle boycottée par les avocats

A l’origine des tensions qui ont incité les avocats à boycotter l’audience solennelle d’installations de trois magistrats ce mardi, le refus d’une demande de renvoi formulée par les avocats, selon Nadia Bergouniou, présidente de la Chambre d’appel de Mamoudzou : « L’affaire était clôturée, et l’avocat a protesté », rapporte la juge, contestant avoir tenu des propos discriminatoires.

Pour le barreau de Mamoudzou au contraire, la magistrate aurait rétorqué que si les avocats « n’avaient pas encore compris la complexité et les exigences de la justice de droit commun, ils ont tout loisir de ‘retourner voir les Cadis’ pour leur confier la connaissance des affaires ». « C’est un profond malentendu, mais je suis prête à améliorer la communication à la Chambre d’appel », consent-elle.

Manque de moyens pour traiter les renvois

Nadia Bergouniou
Nadia Bergouniou évoque le manque d’effectifs à la Chambre d’appel

La juge replace ces tensions dans le cadre des difficultés traversées par la Chambre d’appel, « avec un départ à la retraite, et une mutation pour une autre, nous nous retrouvons à deux alors que l’effectif de trois est indispensable à notre bon fonctionnement. » Une juge qui avait postulé s’est finalement désistée.

Face à ce fonctionnement à flux tendus, il est reproché aux avocats de pratiquer de plus en plus de demandes de renvoi, « nous n’y arriverons pas à ce rythme », souligne-t-elle.

Même fonctionnement perturbé, sans implication des avocats cette fois, et en beaucoup plus grave, aux Assises : « Nous n’aurons pas de cession en novembre en raison d’un jugement de la cour constitutionnelle qui nous impose au moins 6 jurés en appel comme en 1ère Instance, le droit de récusation pour le ministère public et la défense, et que les jurés n’aient pas siégé dans les 2 ans précédents. »

Or le vivier ne serait pas suffisant, « lors des dernières assises, alors que nous avions appelé 45 personnes, 6 seulement se sont présentées… » Ce sont les maires qui doivent proposer des listes, « mais ils ne le font pas. »

Une juge prête à tendre la main aux avocats pour que la justice soit rendue de manière sereine.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here