29.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEnvironnementDes images de drones et de satellites au service de l’agriculture mahoraise

Des images de drones et de satellites au service de l’agriculture mahoraise

Cartographie des espaces agricoles par télédétection dans la zone de Combani (Image: Daaf)
Cartographie des espaces agricoles par télédétection dans la zone de Combani (Image: Daaf)

C’est un véritable défi que s’est lancée la DAAF de Mayotte. Elle tente de cartographier la végétation et plus particulièrement les espaces cultivés de Mayotte. Compte tenu de la géographie de notre île et la complexité de nombreux milieux, envoyer des agents sur le terrain pour réaliser l’intégralité de ce travail titanesque était tout simplement impossible. La DAAF a donc décidé d’utiliser la «télédétection», autrement dit de travailler à partir d’images satellites.

«De nos jours, la télédétection est un outil largement utilisé, car l’acquisition d’images satellites permet d’inventorier des situations sans avoir recours à l’intervention de terrain et cela génère des économies non négligeables», explique le dernier numéro de la lettre mensuelle de l’institution.

Le service a profité de la présence de Rafaël Molina, un étudiant en Master 2 de «géomatique», la science qui permet d’analyser les données géographiques, pour expérimenter une approche nouvelle pour Mayotte: tenter de cartographier à grande échelle l’occupation des sols avec ces images prises depuis l’espace.

Des images tombées du ciel

Comme tous les services de l’Etat, la DAAF de Mayotte peut bénéficier gratuitement des images des deux satellites français d’observation de la terre «Pléiades», exploités par Spot image. Le Service d’Information Statistique et Économique de la DAAF a choisi de travailler avec des images à la «très haute résolution spatiale» accessible au grand public, c’est-à-dire des images d’une précision de 50 centimètres.

Une vue aérienne des zones agricoles par Drone Go (Image: DAAF Mayotte)
Une vue aérienne des zones agricoles par Drone Go (Image: DAAF Mayotte)

Il s’agissait de positionner sur leurs cartes les différents types d’occupation des sols: les cultures vivrières (banane, manioc, maïs), les litchis et les manguiers, l’ylang-ylang facilement repérable à l’alignement des arbres, les serres, les cocotiers mais aussi la forêt.

L’ordinateur reconnaît les plantes

Une fois les images récupérées, pas question pour les agents de repérer chaque type de végétations les uns après les autres. L’informatique s’en charge. Les images satellites sont en effet traitées automatiquement, analysées selon une méthode dite «orientée-objet». Elle consiste à regrouper des pixels homogènes, à segmenter l’image et finalement à isoler chaque type d’occupation des sols. Et pour confirmer la cartographie obtenue, le passage par une phase de terrain est tout de même obligatoire… mais pas forcément les pieds sur terre.

En plus des déplacements «humains», nécessaires pour réaliser des points GPS de géolocalisation, la DAAF s’est aussi attachée les services d’un drone qui, à son tour, réalise des prises de vue de très nombreuses zones. Ces nouvelles observations ont ainsi permis de réaliser quelques corrections. Car traduire automatiquement ces les images satellite n’est pas facile, l’ordinateur fait environ 27% d’erreurs. La principale difficulté vient du fait que nos cultures sont souvent en «jardin mahorais», des petites surfaces où cohabitent différentes espèces…

Un outil pour de multiples usages

La retenue collinaire de Combani vue par les satellites de Spot Image en juin 2015 (Photo: Daaf Mayotte)
La retenue collinaire de Combani vue par les satellites de Spot Image en juin 2015 (Photo: Daaf Mayotte)

Ainsi, vu du ciel, pas simple de reconnaître les cocotiers… A Mayotte, les cocoteraies sont anciennes et donc souvent envahies par bien d’autres espèces. La surface de la forêt a également été surestimée. La DAAF explique donc que le challenge consiste maintenant à réussir à identifier correctement les différents types de cultures de façon semi-automatique, pour suivre leur évolution dans le temps, si elles gagnent en surface ou si, à l’inverse, elles régressent.

La Daaf achève donc ce travail et souhaite répéter l’opération à 3 dates différentes dans la même année, pour proposer un suivi précis de l’évolution de l’occupation des terres mahoraises et des cycles de cultures… Ce travail colossal pourrait également servir à bien d’autres choses. La DAAF indique qu’il pourrait être un outil précieux pour observer, par exemple, l’expansion du bâti, un autre enjeu toujours plus important à Mayotte.

RR
www.jdm2021.alter6.com

*La publication a été réalisée par Molina R., Didelot D., Huat J., Dupuy S., Mathey J., Puissant A., 2016 – Apport des images THRS pour la catégorisation des agro-systèmes complexes à Mayotte. Géomatique Expert n°111. 31-37

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.