28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 19 janvier 2022
AccueilorangeIdentité mahoraise : la tradition pas toujours pacificatrice

Identité mahoraise : la tradition pas toujours pacificatrice

Daroussi Ahamadi appelait les chercheurs au travail
Daroussi Ahamadi appelait les chercheurs au travail

«  La majorité des Mahorais ne connait pas son origine », lance Insa de Nguizi en introduction de son allocution sur « Mayotte espace insulaire aux identités plurielles ». C’était la première intervention du Grand Séminaire de Mayotte. Pas de grande révélation, mais une question, « qui est Mahorais ? », qui résonne fortement dans une actualité où la réponse justifie des « décasages ».

L’intervention prend donc toute sa place dans la volonté d’un des instigateurs du GSM 976 : « Se dégager de la violence de l’actualité pour nourrir le débat. »

Comment savoir qui est mahorais quand on se penche sur le métissage originel du peuplement de l’île… Le premier à poser le pied sur le sable fut-il austronésien d’Indonésie, comme peuvent le laisser penser les vestiges de râpes à coco et les pirogues à balancier, ou fut-il navigateur africain, préférence de la communauté scientifique qui s’appuie sur les langues et la matrilocalité*. Option que rejoint notre conférencier.

L’esclavage non assumé

"15% de Mahorais sur l'île en 1948", déclare Insa de Nguizi
“15% de Mahorais sur l’île en 1948”, déclare Insa de Nguizi

Mayotte fut terre de migrations, dont la première de Perses d’Arabie du IX au XIIIème siècle, puis arabo shirazienne ensuite, aboutissant sur un métissage surprenant puisqu’en 1848, lors du premier recensement effectué lors de l’arrivée de la France, 21% des habitants sont Arabes, 18% Sakalaves, 46% esclaves et 15% Mahorais.

Les shiraziens s’imposent donc comme les premiers colonisateurs de l’île, y apportant la religion musulmane. La société est hiérarchisée sous forme pyramidale, avec au sommet les nobles issus de la colonisation, à la base, les esclaves, « les mahorais, peu nombreux, essaient d’accéder à la classe supérieure, et se revendiquent même encore maintenant, d’un aïeul arabe ou perse. Reconnaître son africanité, c’est assimiler sa descendance à la condition d’esclave. Un passé traumatique que les mahorais ne sont pas en mesure d’assumer. »

Alors ? Africain ou arabe, le Mahorais ? « La transmission du pouvoir par les femmes que nous connaissons encore aujourd’hui est incompatible avec la religion musulmane. » Chacun en tirera donc sa conclusion…

L’exclusion par la tradition…

Une conférence restée confidentielle
Une conférence restée confidentielle

En tout cas, Mayotte est plurielle, et Daroussi Ahamadi aimerait que l’on s’y penche un peu plus. Ce deuxième intervenant, surnommé « Malembé » (pas sérieux), l’est tout à fait lorsqu’il se moque de la marque de fabrique du petit français « nos ancêtres les gaulois », « alors qu’il s’agit de celtes. » Le ton est donné, le géographe qui boucle sa thèse, veut remettre les chercheurs, dont lui, au travail : « Je suis de Ouangani, et je ne sais pas qui sont mes ancêtres, à 45 ans ! »

Cela vaut pour l’islam pratiqué ici, « beaucoup de musulmans ici ne reconnaissent pas le caractère islamique des confréries. On nous situe l’origine du côté du chef Maanrouf, alors qu’elle vient sans doute de Tunisie. Or l’islam historique est une religion de paix. »

Les traditions qui se veulent historiques attribuent la fonction d’imam de père en fils, « certains en seront donc toujours exclus », une gérontocratie qu’il critique, « les jeunes souffrent de cette domination des anciens. Et nous reproduisons cette sélection sur les listes électorales, ou dans les milieux associatifs… Est-ce une manière paisible de construire la société ? »

Ou une tradition inclusive… il faut choisir

Le poids des traditions est important à Mayotte
Le poids des traditions est important à Mayotte

Daroussi poursuit dans son rôle d’agitateur de consciences : « On me dit que l’identité mahoraise passe par le village. Mais quand je demande si c’est celui de la lignée paternelle ou maternelle, cette seule question est vécue comme un outrage ! »

Il note que la société mahoraise est traversée aujourd’hui par « un pluralisme de crise » : « En fonction de ma nature, islamo conservateur ou djaoula, je trie mes invités. C’est une des causes des phénomènes de violence. Nous vivons une crise communautaire, alors que nous avons toujours intégré les étrangers, l’invité a une place de choix traditionnellement ici. »

L’occidentalisation de la société n’y est pas pour rien, « tout le monde court après un emploi. Si on en est exclu, on devient marginal. »

Les travaux de préservations des cultures de l’UNESCO pourraient aider, « mais si ils favorisent l’inter culturalité, aucune musique ou langue mahoraise n’y est inscrite. »

La richesse de Mayotte, ce n’est pas son industrie, « mais c’est l’humain. Il faut gagner la bataille de l’identité matérielle et immatérielle, et des fonds pourront alors mobilisés pour la recherche qui permettra de nous connaître. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* L’époux vient habiter dans la maison de sa femme

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Air Austral, Mayotte, La Réunion

L’Etat accorde un nouveau prêt de 20 millions d’euros à Air...

139533
Endettée à plus de 220 millions d'euros, la compagnie réunionnaise demandait depuis plusieurs mois un nouvel accompagnement de l'Etat, très présent déjà en 2020. Un bol d'air qui permet à la compagnie de "sécuriser sa trésorerie"
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139533
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139533
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139533
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com