28.9 C
Dzaoudzi
mardi 27 septembre 2022
AccueilOcéan IndienMohamed Safaoui: «Je ne regrette rien...»

Mohamed Safaoui: «Je ne regrette rien…»

Mohamed Safaoui à Saint André où il tente de reconstruire une nouvelle vie sportive et personnelle
Mohamed Safaoui à Saint André où il tente de reconstruire une nouvelle vie sportive et personnelle (Photo: JIR)

Ce début de mois d’août 2015 était tourmenté à La Réunion. La grosse semaine de sport et de fraternité entre sportifs des îles de l’océan Indien tourne à l’incident diplomatique de 1ère catégorie. Lors de la cérémonie d’ouverture, la délégation comorienne quitte le stade en plein défilé des athlètes alors que la délégation de Mayotte vient de se ranger juste derrière le drapeau tricolore d’une double délégation “France océan Indien”.

Les sportifs comoriens sont priés de plier bagages et de rentrer à la maison. Mais à l’aéroport Roland Garros de Saint-Denis, au moment où la délégation s’apprête à prendre l’avion, le compte n’y est pas. Sur 250 sportifs et encadrants, 58 comoriens sont portés disparus selon les chiffres de la préfecture de La Réunion et dès le 1er septembre, leurs visas de court séjour arrivent à expiration. Ils deviennent officiellement sans papiers.

Mohamed Safaoui fait partie de ces sportifs comoriens qui manquent à l’appel. «Ce qui s’est passé aux Jeux a été un déclic. Nous nous sommes retrouvés au cœur d’un problème qui ne nous concernait pas, nous les sportifs. C’est là que j’ai décidé que je devais rester», confie-t-il à nos confrères du Journal de l’Île. C’est le début de la clandestinité. «J’ai passé trois ou quatre jours seul, sans rien. Avant de faire appel à quelques connaissances qui pouvaient m’aider».

Solidarité et débrouillardise

Cap sur Saint-André, dans le nord-est réunionnais, où la diaspora comorienne est forte. «Un ami m’a hébergé. Je suis d’ailleurs toujours chez lui», raconte Mohamed Safaoui qui assure n’avoir gardé aucun contact avec les sportifs qui ont fait le même choix que lui. «Nous avions un objectif commun, celui d’essayer d’avoir une vie meilleure à la Réunion. Mais à partir du moment où l’on s’est séparés, c’est devenu du chacun pour soi. Je n’ai pas eu de nouvelles des autres, et je n’ai pas cherché à en avoir».

La délégation des Comores lors de l'ouverture des JIOI avant qu'elle ne quitte le stade
La délégation des Comores lors de l’ouverture des JIOI à La Réunion avant qu’elle ne quitte le stade

Un an désormais qu’il survit autant qu’il vit. Impossible évidemment de travailler de manière déclarée. «Je me contente de ce que j’ai. Alors, je me débrouille. Avec des petits boulots à droite à gauche. Je n’ai pas besoin de plus. Je mène une vie simple. Ma priorité, c’est le sport».

Un coureur de fond respecté

Dans son pays, Mohamed Safaoui, 34 ans, était le meilleur des coureurs de fond. Il a d’ailleurs longtemps vécu au Kenya, où il s’entraînait quotidiennement avec quelques-uns des meilleurs coureurs de la planète jusqu’en 2012. «Mais aux Comores, ma carrière était un peu dans l’impasse. Difficile de progresser. Je n’avais plus de perspective. C’est pour cela, surtout, que j’ai choisi de rester à la Réunion. Il y a tellement de courses ici… C’est génial», sourit celui qui a choisi de ne pas se cacher et de multiplier les apparitions sur les routes et les sentiers de l’île. Avec succès. Il compte parmi les grands animateurs de la saison.

Vainqueur des 10 kilomètres de Sainte-Suzanne, il figurera parmi les favoris du semi-marathon de la Corniche dimanche matin. «J’aimerai m’approcher des 1h10′. Même si j’avoue que je ne m’entraîne pas encore tout à fait comme je le voudrais. Cela ira mieux quand ma situation personnelle sera moins compliquée… Au-delà des résultats, j’ai été très bien accueilli par les coureurs réunionnais. J’ai maintenant l’impression de faire partie de leur famille. On me reconnaît, on m’encourage».

Mohamed Safaoui lors de sa victoire aux 10km de Saint-Denis en mai dernier (Photo: JIR/SLY)
Mohamed Safaoui lors de sa victoire aux 10km de Saint-Denis en mai dernier (Photo: JIR/SLY)

Cette notoriété naissante, il entend bien en profiter au moment où il entamera des démarches pour sa régularisation. «J’ai commencé à réunir les papiers nécessaires. Il va aussi falloir que je trouve un avocat pour m’aider. L’objectif est de décrocher une carte de séjour. Je pourrai alors travailler, construire ma vie ici, gagner un peu d’argent et même envisager de me marier».

La discrétion au quotidien

En attendant, sa situation est totalement irrégulière. Mohamed Safaoui reste à la merci d’une arrestation et d’une expulsion vers les Comores. «Au quotidien, j’évite les ennuis. Je me fais très discret. Je ne traîne pas dans la rue, je ne sors pas le soir. C’est encore le meilleur moyen de ne pas avoir affaire à la police. Quand je quitte chez moi, c’est pour aller m’entraîner au stade. Je suis vigilant mais je n’ai pas peur. Au fond de moi, j’ai la conscience tranquille. Je n’ai rien fait de mal. Si on m’arrête demain, j’assumerai. Et je rentrerai aux Comores… Je n’ai pas grand-chose à perdre. En attendant, je suis là. Et je ne regrette rien. Si je me retrouvais un an en arrière, je referai exactement la même chose.»

Il commence à pleuvoir fort sur Saint-André mais Mohamed Safaoui n’est pas pressé de retrouver son toit précaire. Il resterait là des heures à raconter son histoire, à rêver d’une nouvelle vie. Il s’amuse : «Et si un jour je faisais les Jeux des îles sous les couleurs de la Réunion? Ce serait une immense fierté». La boucle serait bouclée.

RR, le JDM
Avec Lukas Garcia, le JIR.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Ralentissement de l’inflation en août sous l’effet du recul des prix...

139125
Le dernier bulletin de l’INSEE rapporte un petit 0,1% d’augmentation des prix en août. Pas loin d’une baisse donc, mais c’était sans compter les...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139125
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139125
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139125
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139125
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139125
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com