31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilFil infoEgalité réelle: le CReFOM salue les éléments positifs et pointent les carences...

Egalité réelle: le CReFOM salue les éléments positifs et pointent les carences du projet de loi

Le président du CREFOM (Conseil représentatif des Français de l’Outre-mer), Patrick Karam, a tenu à saluer les éléments positifs tout en pointant «des carences, des incertitudes et des flous qui doivent être impérativement levés sous peine de faire de cette grande ambition collective une simple opération de communication politique».

Noussoura Soulaimana et Patrick Karam le 30 juin 2015
Noussoura Soulaimana et Patrick Karam le 30 juin 2015

Voici son communiqué diffusé en réaction à la présentation du projet de loi :
«Le président du CREFOM se déclare satisfait de la déclaration liminaire qui reprend l’argumentaire qu’il avait développé à l’occasion des diners du CREFOM ainsi que l’article 1 qui fixe le cap en reprenant mot pour mot la proposition du CREFOM indiquant que dans un objectif “d’égalité réelle” “la réduction des écarts de développement entre l’outre-mer et l’hexagone est une priorité de la nation”. Cet objectif est essentiel pour remettre l’outre-mer en marche mais elle doit s’accompagner de véritables outils de développement et de moyens pour la mettre en œuvre.

De même, le fait que les territoires d’outre-mer relevant de l’article 74 de la constitution (et pas seulement les 4 DOM historiques et Mayotte) soient également concernés par l’égalité réelle comme l’avait plaidé le président du CREFOM, considérant que la nécessité d’égalité est supérieure aux différences institutionnelles, est un autre motif de satisfaction.

En outre, conformément aux exigences du CREFOM, la définition des politiques publiques devant se traduire dans des contrats territoriaux est négociée par l’Etat avec chacune des collectivités ultramarines et pas imposée unilatéralement par l’état comme cela le fut trop souvent dans le passé. Reste à voir les moyens financiers et les outils fiscaux que l’état consentira à mettre en place pour réaliser cette grande ambition.

Enfin la durée de ces plans, une génération tout au plus demandée par le CREFOM est précisée comme devant se situer entre 10 et 20 ans.

Ces éléments sont des premiers pas positifs et le CREFOM tient à en féliciter la secrétaire d’état à l’égalité réelle, Ericka Bareigts, son ancienne vice-présidente déléguée et son président d’honneur, le député en mission sur la question, Victorin Lurel.

Le président du CREFOM émet en revanche des réserves sur les écueils de ce texte qui pourraient le rendre totalement creux et inapplicable si des correctifs n’étaient pas apportés à l’occasion de la discussion parlementaire.
Ce texte ne saurait être une simple opération de communication politique et à la veille des présidentielles, une loi à visée électoraliste dont le but unique serait de peser sur les élections avec le risque qu’elle soit condamnée par la prochaine majorité issue des urnes.

Patrick Karam demande donc instamment au gouvernement de s’abstenir de toute récupération politicienne qui condamnerait ce texte. De ce point de vue, l’élimination du rôle de la société civile dans l’absence de toute mention du CREFOM et de son président dans l’exposé des motifs est un mauvais signal.

Ensuite, les dispositifs attrape-tout laissent le sentiment de vouloir masquer certaines faiblesses du texte par une profusion de thématiques, mais qui n’ont pas forcément leur place dans une loi-cadre destinée à changer durablement et radicalement la vie de nos compatriotes ultramarins et dont l’ambition est de succéder à la loi sur la départementalisation de 1946. De plus, la philosophie du texte n’est pas clairement perçue.

Or après l’égalité civique liée à la fin de l’esclavage en 1848, l’égalité politique avec le passage de colonies en départements et collectivités d’outre-mer en 1946, l’égalité sociale avec l’alignement des prestations sociales en 1986, l’égalité réelle au niveau économique et social entre les outre-mer et l’hexagone reste la dernière des avancées à atteindre.

Par ailleurs, s’agissant des bases qui permettraient d’évaluer le chemin parcouru, la multiplication des critères est de nature à entretenir un flou sur leur opérationnalité.

Or les articles 2 et 3 mentionnent que la réduction des écarts de développement sera mesurée par les nouveaux indicateurs de richesse en application de la loi n° 2015-411 du 13 avril 2015, c’est à dire tout un ensemble de critères qui n’ont pas réellement de valeur opérationnelle et qui peuvent être utilisés et interprétés dans le sens que l’on souhaite. Le CREFOM plaide pour un unique critère d’évaluation afin que la mesure soit opérationnel, simple et réellement incontestable. Le revenu par habitant comme critère d’évaluation semble plus pertinent pour assurer une évaluation sincère et simple et mesurer le chemin parcouru, sans pouvoir donner lieu à des manipulations.

De plus, l’évaluation dont il est prévu qu’elle puisse être réalisée par une autorité indépendante, la CNEPEOM conformément à la demande du CREFOM manque de réalité coercitive faute pour cette autorité de pouvoir rappeler à l’ordre le gouvernement en cas de retard dans les plans de développement et d’outils pour sanctionner une inertie.

Enfin, aucun dispositif n’est prévu pour rendre cette loi et ce processus inéluctable et rendre impossible un retour en arrière.
Le président du CREFOM, Patrick Karam, prendra l’attache du gouvernement dans les prochaines semaines afin d’apporter les correctifs nécessaires pour faire rentrer cette loi dans l’histoire des outre-mer, et les outre-mer dans la modernité économique.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.