24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 7 octobre 2022
AccueilEconomieLes poulets de Mayotte sont deux fois plus chers que ceux de...

Les poulets de Mayotte sont deux fois plus chers que ceux de métropole ou de La Réunion

Petit élevage dans l'est de l'île
Petit élevage dans l’est

La production locale n’est pas toujours le remède contre la vie chère. Une étude de la DAAF, la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, vient nous le rappeler. Le service a publié une étude sur le prix des volailles et surprise: Les poulets mahorais sont deux fois plus chers que ceux de la métropole et de la Réunion. Ainsi, le poulet local frais est commercialisé autour de 8 à 9€/kg alors que les prix des poulets importés sont entre 2,3€ et 2,9€/kg pour les poulets entiers surgelés et entre 6,5 et 7,97€/kg pour le poulet Label surgelé.

Tous les coûts sont plus élevés chez nous qu’ailleurs, aussi bien ceux des volailles elles-mêmes que les coûts d’abattage. Et comme ce marché est en pleine croissance, avec une consommation qui augmentent de 10% à 20% chaque année, la conséquence est facile à imaginer : les importations explosent dans toutes les catégories. Il est à noter que les consommateurs mahorais changent peu à peu leurs habitudes : les mabawas, vendus en cartons de 10kg représentent encore 70% du marché mais ce pourcentage était de 86% en 2012.

Rendre nos poulets compétitifs

Pour la DAAF, la commercialisation des volailles doit donc encore se professionnaliser pour pouvoir bénéficier de toutes les aides qui feraient baisser les prix des productions locales. En effet, si l’aide de base au vendeur de poulet abattu est de 0,50€/kg, elle peut augmenter jusqu’à 1,2€ si ce fournisseur est en structure collective et labellisée. En cumulant les subventions, le prix du poulet sur le rayon du commerçant pourrait être ramené à 3,5 à 5,1 €/kg, précise la DAAF.

Le prix du poulet à Mayotte, en métropole et à La Réunion (Source: DAAF)
Le prix du poulet à Mayotte, en métropole et à La Réunion (Source: DAAF)

«Ceci rend le poulet local à un prix très compétitif par rapport au poulet surgelé importé, même standard. Mais pour cela, il faut que les producteurs aient signé des contrats de commercialisation et puissent s’organiser», précise le service, mais il faut aussi gagner en qualité. Pour la DAAF, «une nouvelle présentation, en barquette sous film et étiqueté, avec une marque territoriale pour la promotion du poulet pays, serait souhaitable».

Deux verrous à faire sauter

Pour que notre marché local gagne également en efficacité, la DAAF préconise de faire sauter deux verrous, qualifiés de «points de blocage majeurs» et «très rapidement». Le premier passe par le développement de la production locale de poussins. «Le couvoir qui vient d’être inauguré mi-mars a une capacité maximum de 500.000 poussins. Son prévisionnel de démarrage est de 100.000 à 110.000 poussins de chair, ce qui correspond à la capacité immédiate d’occupation des surfaces d’élevage (115.000 poulets annuels)», note le service.

.
Une filière à organiser

Le 2e verrou à attaquer se trouve du côté des capacités d’abattage. A coconi, la cadence de 400 abattages par jour au lieu des 200 actuels doit être un objectif à atteindre rapidement. Si la DAAF note que «plusieurs projets de construction d’abattoirs privés sont en réflexion», il faudrait qu’«au moins un d’entre eux voit le jour rapidement, afin d’atteindre à minima le potentiel de 600 t/an (soit 400.000 poulets/an) correspondant à du poulet «fermier» qui se substituerait au poulet «label» importé».

Conclusion, ces deux outils (couvoir et abattoir), complétés par l’outil déjà mature de la fabrication de l’aliment, sont «les catalyseurs de la réussite de la filière». Reste donc à organiser la filière «pour mieux planifier et gérer l’offre et la demande» est c’est tout Mayotte qui y gagnerait, les producteurs locaux comme les consommateurs.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau en cours sur les communes de Koungou, Mamoudzou et...

139127
Dans un communiqué, le syndicat des eaux informe sa clientèle que compte tenu du niveau trop bas des réservoirs de tête "dans le secteur...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139127
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139127
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139127
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139127
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139127
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com