27.9 C
Dzaoudzi
mardi 27 septembre 2022
Accueilorange« Décasés » : la situation s’enlise

« Décasés » : la situation s’enlise

Assani Mfoungoulié pose aux côtés d'un bébé de quelques semaines
Assani Mfoungoulié pose aux côtés d’un bébé de quelques semaines

« La misère serait moins pénible au soleil », chantait Aznavour. C’est vrai que cela fait un mois que les habitants délogés de leurs cases campent place de la République, avec pour simple toit l’auvent du marché couvert, et que pour moins que ça, les lignes auraient bougé en métropole. Mais avec l’arrivée de la pluie cette nuit, doublée de vent, la situation devient périlleuse pour la santé des plus jeunes.

Selon Assani Mfoungoulie, le représentant de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) à Mayotte, ils sont toujours 84 adultes et 328 enfants à séjourner sur la place. Des familles en couple, ou monoparentale, ce qui fait une moyenne de 4 à 8 enfants par famille. Sur la place, une quinzaine suivent un cours d’école coranique, « les autres sont scolarisés et rentrent le soir », indique-t-il.

Enfants malades

Le papa d'un enfant trachéotomisé, habite à Mayotte depuis 25 ans
Le papa d’un enfant trachéotomisé, habite à Mayotte depuis 25 ans

Ceux qui restent, c’est ce tout petit bébé, abrité sous une moustiquaire, c’est aussi ce jeune enfant trachéotomisé (sous assistance respiratoire), qui était ce lundi matin en consultation à l’hôpital avec sa maman. Son papa témoigne : « Cela fait 25 ans que je suis à Mayotte, je travaillais à Majiméoni comme artisan maçon au moment où nous avons été chassés. J’ai pourtant une carte de séjour de 10 ans. » Il ne retournera pas en Union des Comores, « pas tant qu’on ne me garantira pas que je peux revenir », nous explique-t-il.

Selon Assani Mfoungoulie, aucun retour dans les villages n’a pu se concrétiser, en dépit des annonces de la préfecture : « Nous avions 5 dossiers dont les adresses n’étaient pas de complaisance. Mais soit les propriétaires n’ont plus voulu d’eux, soit leur habitation avait été détruite. L’oncle d’un enfant malade a voulu le ramener chez lui à Bouéni, mais la population l’a menacé. »

Guerre de l’info

Les enfants suivent des cours en école coranique
Les enfants suivent des cours en école coranique

Face à l’impasse, des familles auraient exprimé le désir de rentrer, « elles ont pu bénéficier d’une aide », apprenait-on de la préfecture. Mais pour Assani Mfoungoulié, elles sont parties contraintes et forcées, « pour calmer la situation. D’ailleurs, celles qui sont présentes depuis longtemps à Mayotte ont refusé, de leur propre chef. On ne pourra pas m’accuser de les avoir influencé. »

Il avait en effet été accusé d’instrumentaliser les enfants pour faire émerger une solution plus rapidement, d’avoir fait miroiter des possibilités de relogement et d’avoir échauffé les esprits contre la préfecture pour son absence de proposition.

Au milieu de la nuit, les occupants de la place ont été obligés de se replier vers le mur du marché lorsque la pluie s’est mise à tomber, « ils ont finit leur nuit assis. » Les soins médicaux sont assurés par des médecins réquisitionnés par l’Etat, par Médecins du Monde et une base de la Croix rouge sur la place du Marché, « nous avons l’eau courante et l’accès au toilettes en permanence. »

Pas de « décasage » ce week-end

Sous la pluie ce lundi
Sous la pluie ce lundi

En ce mois de Ramadan, les repas du matin et le futari du soir sont fournis par les dons de particulier et d’associations, « surtout l’association des ressortissants comoriens de Moroni à Mayotte, qui nous fournit aussi les couches et le lait pour les bébés. » Mais des moyens qui sont de plus en plus limités avec le temps. Il n’évoque aucune tension avec les commerçants du marché.

Il reproche toujours à la représentation de l’Etat de refuser ses solutions de relogement : « soit dans un camp militaire, en attendant une prise en charge par les associations », mais une prise en charge qui n’est toujours pas effective à l’heure actuelle, « ou d’un cordon humanitaire vers La Réunion ou les Comores, ce qui implique la prise en charge du billet retour vers Mayotte ensuite. »

Ce week-end, à la connaissance de la LDH, aucun « décasage » n’aurait eu lieu.

Malgré la situation régulière de ces familles, c’est donc toujours l’impasse, comme c’est souvent le cas lors des relations avec les îles voisines des Comores. Reloger cette poignée d’habitants qui commencent à souffrir de l’hiver austral, ne paraît pourtant pas insurmontable, même à la petite échelle de l’île. Surtout en plein mois sacré de ramadan.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Ralentissement de l’inflation en août sous l’effet du recul des prix...

139527
Le dernier bulletin de l’INSEE rapporte un petit 0,1% d’augmentation des prix en août. Pas loin d’une baisse donc, mais c’était sans compter les...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139527
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139527
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139527
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139527
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139527
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com