29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 décembre 2021
AccueilorangePeace and love, MAN arrive

Peace and love, MAN arrive

Franck Dubos veut implanter des petits centre réunissant les acteurs du terrioire
Franck Dubos veut implanter des petits centres réunissant les acteurs du territoire

MAN, c’est une main en forme de colombe. Le logo parle à lui seul, mais on peut y rajouter le génial thème du Forum national 2016 du mouvement, qui se déroulera à Lyon du 11 au 15 juillet : « Le fond de l’air effraie, chouette la non-violence ! » Ça détend les plus pessimistes. Enfin, ça devrait.

Le Mouvement pour une Alternative non violente (MAN) a fêté ses 40 ans en 2014. Et arrive à Mayotte et à La Réunion en même temps. Ses combats sont devenus des mots mythiques : Luttes antimilitaristes, les paysans du Larzac, la communauté de l’Arche, la lutte pour l’objection de conscience… « Politisé très à gauche », n’avait pas besoin de souligner Franck Dubos, le président régional du MAN, arrivé depuis 8 mois seulement à La Réunion.

Celui qui l’a porté, lui, c’est Gandhi, « pour son règlement des conflits par la non violence, ce qui implique de chercher des solutions stratégiques », et en France, le pacifiste Romain Rolland, « le premier qui a diffusé cette philosophie en Europe. » Le président du MAN est le philosophe Jean-Marie Muller.

Des policiers formés à la non violence

Christine Raharijaona (en blanc), lors de la marche pacifique à la mémoire de Frédéric d'Achery
Christine Raharijaona (en blanc), lors de la marche pacifique à la mémoire de Frédéric d’Achery

Il y a plus de 25 ans qu’un Institut de formation à la non violence a été créé par le MAN : « On y forme des professionnels du secteur social qui en font la demande, les agents de l’Etat, du secteur hospitalier confrontés aux violences familiales ou des policiers qui ont besoin d’outils de médiation. »

La vice-présidente du mouvement régional, Christine Raharijaona, est à Mayotte. Ils sont tous deux Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation. Pour ne pas faire d’amalgame hâtif entre les deux îles, ils ont observé les similitudes et les divergences, et ont décidé que oui, « il y a bien une logique propre à l’océan Indien. » De toute façon, ils ont une marge de manœuvre d’adaptation par rapport au mouvement national, « il n’y a pas de logique verticale chez nous. »

Surtout, ils ont vu immédiatement que dans la région, c’est à Mayotte que ça urge : « les tensions y sont très vives. » Il parle de délinquance et d’insécurité. Dans un premier temps, ils tentent de mettre en relation des intervenants dont le travail en commun permettrait d’évoluer : « Par exemple à Mayotte, cadis et Education nationale ne s’entendent pas. »

Travail avec les autorités comoriennes

Un contact a été noué avec les cadis
Un contact a été noué avec les cadis

Ils vont tenter de mettre en place dans chaque commune des centres de scolarisation-enseignement à la laïcité-formation coranique, le tout n’étant pas antinomique, « beaucoup d’enseignants ne sont pas à l’aise avec ça », relève-t-il, alors que des formation à la laïcité ont été dispensées.

Il envisage de proposer aux cadis d’y intervenir. Quant aux financements, lui et sa vice-présidente ont postulé au Fonds Interministériel de prévention de la Délinquance, aux fonds européens, et ont sollicité le conseil départemental. Il attend d’ailleurs du département une vision de moyen et long terme. Deux communes ont déjà souhaité que leurs médiateurs y soient formés.

Lorsqu’on évoque les actions en cours de « décasages », il ne veut pas émettre d’opinion, en dehors de la condamnation de la violence : « Je ne veux pas parler de choses que je maitrise mal. Nous allons envoyer des messages aux autorités comoriennes pour tenter d’initier un travail avec eux. Nous espérons qu’avec le nouveau président cessent la corruption et les détournements de fonds. »

“C’est la faute de l’Etat ou des Comores”

Leur philosophie, tirée de la parabole du colibri, peut parfaitement convenir à Mayotte, si la notion de groupe arrive à se mettre en veille ici : «  Nous souhaitons une prise de conscience individuelle, pas collective. Nous pouvons chacun soulever notre propre petite montagne, et la somme de tous les efforts sera bénéfique. Arrêtons de dire ‘c’est la faute de l’Etat’, ou ‘c’est la faute des Comores’, mais demandons nous, ‘moi, en tant que personne, je fais quoi ?’, ‘je porte quoi comme regard ?’ Si nous touchons une centaine de personne, ce sera bien. »

Cela peut aller loin : « La non violence, c’est aussi une stratégie politique. Il faudrait un chef de file sur la sphère politique, indépendant d’esprit. » Il est en lien avec des Mahorais en métropole, « certains veulent revenir s’investir dans leur île, mais pas avec l’état d’esprit et les freins qui prévalent actuellement. Ils veulent créer un mouvement. »

On a envie de leur dire ‘chiche’, car c’est maintenant que Mayotte a besoin de bonnes énergies, pas quand tout sera résolu… ou détruit.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

DTPN, Mayotte, Laurent Simonin, PAF, POlice nationale, Cour des Comptes, Sénat

Insécurité : le commissaire Simonin met plus de “bleu dans la...

0
Davantage de moyens pour moins de policiers sur le terrain en France... la Cour des Comptes étrillait la police nationale dans un rapport dont nous nous étions fait l’écho. Profitant de la présence d’un haut fonctionnaire à la tête de notre police à Mayotte, promu au grade de commissaire général, le plus haut des commissaires, nous avons fait le point avec Laurent Simonin sur l’état opérationnel des services de la DTPN* dont il a pris la tête le 12 mars 2021
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
FMAE, Mayotte, Journée mondiale du climat, Word Weather Attribution

La FMAE réveille les politiques sur la prise en compte de l’élévation du niveau...

0
Ce samedi, la Fédération Mahoraise des Associations Environnementales (FMAE) organise avec la mairie de Bandrélé et l’association 976 Sud Prévention, une nouvelle édition de la Journée mondiale du climat. L’occasion de lancer l’Observatoire du Changement Climatique de Mayotte

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...