27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 décembre 2021
AccueilorangeLa Ligue des Droits de l’Homme dénonce l’«infra-droit» social à Mayotte

La Ligue des Droits de l’Homme dénonce l’«infra-droit» social à Mayotte

LDH LogoC’est une double condamnation des délogements et de leurs conséquences que vient de réaliser la Ligue des Droits de l’Homme. La première est venue de Mayotte, où Assany Mfoungoulie donne une nouvelle vie à la section locale de l’organisation (qui vient également de créer sa page facebook). Hier lundi, sur la place de la République, il dénonçait les agissements «inhumains» de «certains groupuscules d’individus qui n’ont rien compris aux valeurs de la République».

Assany Mfoungoulie regrette «ces exemples de méthodes et de valeurs donnés à nos enfants», même s’il rappelle que «la majorité de la population Mahoraise n’est pas dans cette démarche et ne cautionne pas ces actes malsains et indignes».

Pour lui, «cette situation de crise est la résultante aujourd’hui d’une politique de haine et de xénophobie envers l’étranger», de la part de ceux qui sont «incapables de répondre aux attentes des concitoyens et cherchent des échappatoires».
Les politiques et la politique en cause? Quelques heures plus tard, les mots en provenance de Paris vont faire écho à ceux entendus sur la place de la République à Mamoudzou.

Le retour de boomerang

Car la deuxième condamnation est arrivée de la LDH nationale. «Nous avons un groupe dédié à Ligue des droits de l’homme en national qui suit la situation», confirme Pascal Nicolle, membre du comité central et co-animateur du groupe de travail Outre-mer.

Médecins du monde sur la place de la République à Mamoudzou
La double condamnation, locale et nationale, de la LDH

«Comment peut-on se faire justice soi-même, en France, en l’absence de réaction des élus locaux et de la préfecture alors que chaque opération est annoncée?» demande Pascal Nicolle avec une certaine sidération.

La Ligue a diffusé un communiqué commun avec «Migrants d’Outre-mer», un texte destiné «à faire foi» et à marquer clairement et durablement le positionnement de la LDH face à cette crise. Le titre de cette tribune: «Le retour de boomerang d’une politique depuis longtemps inacceptable».

Des inégalités criantes

«À Mayotte, la violence sociale dénoncée est bien réelle, mais ces mouvements se trompent de cible. Les personnes étrangères y sont devenues les boucs-émissaires d’une situation économique et sociale désastreuse résultant d’une politique discriminatoire à l’égard de tous les habitants de l’île.

Cinq ans après sa départementalisation, Mayotte subit encore un régime d’«infra-droit» social et économique. Ce 101ème département français souffre d’inégalités criantes vis-à-vis de la métropole, et ce dans tous les domaines», constate la LDH, rappelant le mouvement social du mois dernier.

«Quant aux étrangers qui vivent à Mayotte ou qui tentent d’y entrer, ils subissent eux aussi un «infra-droit» qui les prive des garanties juridiques qu’ils auraient en métropole et qui permet notamment chaque année 20.000 expulsions expéditives.»

Des mots et bientôt des plaidoiries

Et comme tous les observateurs de ce mouvement, la LDH s’inquiète de la suite. «Les événements en cours risquent de n’être que les préludes à des atteintes plus graves aux droits et à la sécurité des étrangers vivant à Mayotte si aucune solution n’est apportée à cette situation sociale et économique désastreuse. L’action des forces de l’ordre et le discours des autorités ne doivent pas permettre de conforter ces agissements illégaux par un amalgame intolérable entre ‘immigration’ et ‘délinquance’, mais les empêcher et les condamner fermement».

Les affiches de la LDH
Les affiches de la LDH

Les mots sont posés et les actes ne devraient plus tarder. La Ligue des Droits de l’Homme prépare en effet le passage de ces événements de la rubrique «société» à la rubrique «justice».
«On essaie de regarder les possibilités juridiques que pourraient avoir les familles pour obtenir satisfaction. On accumule les pièces sans savoir jusqu’où on va aller», explique simplement Pascal Nicole.

Des plaintes à venir

Selon les avocats contactés par le JDM, deux types d’actions en justice pourraient s’enclencher: d’un côté, il s’agirait de faire valoir les droits des personnes «décasées» à obtenir un traitement convenable, un retour dans des logements et d’éventuelles réparations. De l’autre, les actions en justice pourraient mettre en cause les pouvoirs publics -les maires et l’Etat- pour ne pas avoir exercé leur pouvoir de police comme le leur impose la loi.
Ces actions pourraient même prendre la forme de procédures rapides, en référés.

Chacun fourbit ses armes juridiques après les délogements d’il y a huit jours, alors que plusieurs plaintes ont déjà été déposées pour les premiers «décasages» intervenus il y a un mois à Poroani et Chirongui.

Et si la LDH se prépare pour une éventuelle bataille au tribunal, elle n’est pas la seule. D’autres associations, comme par exemple le CRAN (conseil représentatif des associations noires de France), envisageraient également de mettre en cause certaines responsabilités et de faire valoir le droit.

RR
www.jdm2021.alter6.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau dans le sud pour cause de rupture de canalisation

0
La Mahoraise des Eaux informe qu’en raison de la rupture de la canalisation d’adduction alimentant le Sud de Mayotte, nous sommes contraints de procéder...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan