23.9 C
Dzaoudzi
samedi 1 octobre 2022
Accueilorange«155.000 euros pour expulser des cases illégales, nous n’avons pas les moyens!»

«155.000 euros pour expulser des cases illégales, nous n’avons pas les moyens!»

Sont régularisables les habitations construites 10 ans avant 2007
Des habitations qui ont fleuri peu à peu sur leur terrain

La famille Batrolo possède des terrains bien placés à Kawéni : ils s’étirent du bâtiment Recto-Verso jusqu’au bas du rond point SFR. Il est facilement repérable pour abriter l’un des plus gros villages de cases en tôle du quartier. Lorsque les premières sont sorties de terre il y a onze ans, les propriétaires, deux frères, Hamada et Abdourahamane Batrolo se sont rendus au Commissariat, « on nous a expliqué que c’était une affaire privée », explique un membre de la famille, Moinaecha Hariti, à la tête des Femmes leader.

Sans solution du côté de la mairie, la famille décide de suivre les conseils du commissariat, et d’identifier les occupants illégaux afin de déposer plainte. Ce qu’ils font il y a 5 ans. D’autant mieux qu’ils peuvent prouver d’un titre de propriété, « coté 27 DO Mariage. »

« La décision du tribunal est tombée il y a deux semaines, ordonnant l’expulsion. Mais pour l’exécuter, l’huissier nous demande 500 euros par banga, et il y en a 400 ! Où va-t-on trouver les sous ?! » Car depuis 5 ans, d’autres bangas sont venus s’implanter, une petite piste a même été tracée à mi pente pour faciliter l’accès. C’est que la vie s’est installée peu à peu sur cette pente de Kawéni, et ses habitants vont avoir du mal à comprendre que tout s’arrête soudain.

« 389 euros par banga détruit »

Moinaecha Hariti
Moinaecha Hariti

La famille assure ne percevoir aucun loyer de ces occupants, « par contre, entre eux, certaines sommes circulent, certains se revendiquant propriétaire. »

Et l’arrivée de la taxe foncière n’a pas arrangé les choses : nous payons pour un terrain que nous ne pouvons pas occuper ! » L’huissier leur a fait un petit prix, en descendant à 389 euros par banga détruit, « on aimerait déjà que le sort de 60 habitations soit réglé, mais c’est encore cher », explique-t-elle sans solution.

C’est pourquoi elle a convié les médias ce lundi. En envisageant déposer plainte contre l’Etat pour avoir toléré cette présence illégale au fil des années, « si certains ont été régularisés depuis, beaucoup sont encore en situation irrégulière. »

En contre-bas, sur le chemin qui mène aux habitations visées, des grands ados sont postés et font le signe de trancher la gorge en direction de la famille, « ce sont les parents qui les envoient », témoignent-ils.

Il y a quelques jours, un barrage fait de poubelle enflammé était érigé de nuit dans cette montée Sogea par laquelle il devient difficile de transiter le soir.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Accident mortel entre un bus et une voiture à Ironi Be

139527
Ce samedi matin, un grave accident de la route s'est produit sur la RN2 dans le centre de l'île. Un bus et un véhicule...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139527
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139527
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139527
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139527
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139527
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com