24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 7 octobre 2022
AccueilEconomieTribunal administratif: L'intercommunalité du sud en sursis

Tribunal administratif: L’intercommunalité du sud en sursis

La communauté des communes sud
La communauté des communes sud

La première d’entre elles surtout, l’élection du bureau sans quorum, qui fait tomber toutes les autres en cascades. La décision du maire de Bandrélé aussi, de changer en cours de route deux conseillers communautaires, passés à l’ennemi. C’est bien le problème d’ailleurs, au lieu de s’unir, les quatre communes se sont regroupées deux par deux, Bandrélé et Bouéni, contre Chirongui et Kani-Kéli.

Le poids en habitants et donc en budget fait pencher la balance vers les premiers, mais ils avaient été trahis par deux conseillers.

Cette annulation ferait passer sous le nez de la communauté de communes, la dotation d’Etat de 500.000 euros environ, mais pourrait récupérer la fiscalité auprès des administrés. Sous réserve de revoter rapidement, de dégager un consensus et un budget.

Tous présidents

Le vote avait eu lieu dans la nouvelle mairie de Bandrélé vendredi dernier
Le siège à la mairie de Bandrélé

« Si le juge met en demeure le maire de Bandrélé, commune d’accueil de l’interco, de convoquer en urgence les conseillers, on peut se réunir rapidement, et ainsi éviter les tractations», explique un cadre d’une des communes concernées. Ce serait la même configuration que lors du premier vote, et permettrait l’élection d’Ismaïla Mderemane Saheva, 1er adjoint de la maire de Chirongui. Avec en vice-présidente, la 2ème adjointe du maire de Bandrélé, que ce dernier verrait bien en première présidente.

Se pose néanmoins le problème de la faible légitimité du président, à 16 voix contre 14, « et alors que beaucoup de textes doivent se voter au deux tiers des voix ! »

Ce n’est pas faute pour les maires du sud d’avoir tenté de trouver une solution puisqu’ils se sont fréquemment rencontrés, selon nos informations, en vain.

Le verdict du tribunal devrait tomber d’ici une semaine. Une solution pourrait naître d’une redéfinition des périmètres au sud, comme au nord où les communes avaient envisagé de se séparer de Koungou qui visait la présidence…

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau en cours sur les communes de Koungou, Mamoudzou et...

139533
Dans un communiqué, le syndicat des eaux informe sa clientèle que compte tenu du niveau trop bas des réservoirs de tête "dans le secteur...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139533
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com