28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilorangeAvec «Kaaro», la danse contemporaine dévoile un peu de Mayotte sur la...

Avec «Kaaro», la danse contemporaine dévoile un peu de Mayotte sur la scène de Reims

Le jeune public de Mtsabagabeach était attentif lors de la présentation d'un extrait de la pièce
Le jeune public de Mtsabagabeach était attentif lors de la présentation d’un extrait de la pièce en octobre

A Mtsangabeach, plus de 150 enfants avaient eu la primeur d’un extrait de la pièce de danse contemporaine créée par Jeff Ridjali et la compagnie En Lacets en octobre dernier. Pendant 20 minutes, ils avaient pu découvrir les jeux des corps avec du linge que l’on étend, des cocos sur lesquelles on marche, des impressions mahoraises devenues mouvements de danse.

En compagnie d’Annabelle Locks, leur scénographe et costumière, les danseurs avaient arpenté Mayotte, des pentes du Benara aux ruelles des villages, à la rencontre d’une culture qu’ils ne connaissaient pas. «Les couleurs, les vêtements, les cordes à linge, les postures, les plantes… Tout ce que nos yeux ont capté en un mois, nous voulons le retranscrire par le corps, le souffle et peut-être la voix», confie Maud Marquet, la danseuse de la compagnie En Lacet.

Les couleurs les postures des sensations de Mayotte dans une pièce de danse contemporaine
Les couleurs les postures des sensations de Mayotte dans une pièce de danse contemporaine

Depuis le mois d’octobre à Mayotte, le travail a continué. De résidences et en atelier, la création a suivi son chemin et les danseurs l’ont achevée. Et ce soir, à Reims, c’est le grand jour, la Première, dans une salle de spectacle installée dans les anciens celliers de champagne, dans le cadre du festival «Hors les Murs!» organisé par le Laboratoire Chorégraphique de Reims*.

Un pas l’un vers l’autre

Pour ce trio, issu de la rencontre entre des artistes de Reims et Jeff Ridjali de Mayotte, c’est un nouvel aboutissement de 2 ans de tant de choses partagées. «De nombreuses résidences croisées à Mayotte et en Métropole ont permis de confronter des vécus, des savoirs, des pratiques, des cultures différentes pour trouver un ‘geste’ commun», expliquent les danseurs. Et c’est de cette expérience qu’a surgi «Kaaro», la création qu’ils présentent ce soir, «ce pas l’un vers l’autre, ce geste qui rapproche, qui permet de se nourrir des différences de l’autre, de voyager dans la culture de chacun et de la compléter.»

Kaaro: les danseurs dans les bangas
Kaaro: les danseurs dans les bangas (Image: Cie En Lacet/Jeff Ridjali)

«On a voulu rendre compte de manière poétique des observations que nous avons faites», expliquait Maud Marquet. Une véritable immersion, qui les avait conduit à participer à un grand mariage ou à chercher les teintures traditionnelles dans les villages pour transmettre les couleurs au public de la danse contemporaine, si éloigné de la réalité mahoraise.

Reims et Avignon, le début d’un long voyage

«Ce trio, c’est le mélange entre la culture et les traditions mahoraises et la danse contemporaine. On y trouve beaucoup de nos regards de Mzungu (métropolitains) sur la culture mahoraise et de notre façon de les transcrire et beaucoup de Jeff Ridjali qui a façonné une danse et qui l’a fait évoluer», explique Maud Marquet. Ce sont des résidences dans les deux régions et des échanges nombreux qui ont façonné leur travail. Jeff Ridjali revient ainsi sur la scène d’un festival qu’il connaît bien. Il était déjà venu présenter un solo grâce au Laboratoire chorégraphique de Reims.

Un peu de Mayotte sur la scène de Reims
Un peu de Mayotte sur la scène de Reims

Kaaro, ce récit poétique d’une découverte de Mayotte, commence donc sa vie. Après Reims, la pièce sera dansé à Avignon, dans la «Chapelle du Verbe Incarné» du 22 au 26 juillet, puis le 31 juillet à en Bourgogne-Franche-Comté, au festival «chemin des Arts», de la Bergerie de Soffin, un lieu destiné à la danse en milieu rural, créé avec un très beau succès voici plus de 10 ans. De la brousse mahoraise et la campagne métropolitaine, le début, espérons-le, d’un long voyage pour Kaaro.

RR
www.jdm2021.alter6.com

*KAARO [la voûte, le pas], des Cie En Lacets / Cie Jeff Ridjali
le 18 Mai 2016 à 20h30 au Cellier de Reims.

► A partir de 7 ans
► Durée de 45 minutes
► Danse Contemporaine

► Création lumière : Laura ROBINET
► Création sonore : Marine BAILLEUL
► Création costume/scénographie : Annabelle LOCKS

► De et avec Damien Guillemin, Maud Marquet et Jeff Ridjali

► Regards complices: Luc PETTON & Marilen IGLESIAS-BREUKER

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139126
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139126
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com