Double dutch: Un saut vers les championnats de France

1
153
Un entrainement minuté
Un entrainement minuté

A notre arrivée au collège K2 à Kawéni, des cordes multicolores et de différentes longueurs tournoient dans les airs, invitant les jeunes à faire de même : « Les cordes violettes sont utilisées pour deux sauteurs en même temps, et les bleu-blanc-rouges, un seul », explique Hervé Cerisier, professeur d’EPS.

Un enseignant qui a relevé un double défi : implanter cette activité alors inconnue du territoire, dans son collège, et faire monter un groupe au championnat de France. « Je-n’y-croyait-pas ! », s’exclame Isabelle Hamon, la principale, « il a bataillé pour obtenir des fonds et organiser l’accueil de nos jeunes à Paris et au Havre. Je leur souhaite de gagner. » Elle nous avouera plus tard avoir une équipe enseignante « exceptionnelle. »

Un seul garçon

Une équipe de choc
Une équipe de choc, accompagnée de leur professeur

C’est en effet au Havre que se déroulent les championnats de France de la discipline, et Hervé Cerisier nous explique sa démarche : « J’avais rencontré l’année dernière le champion du monde de Double dutch, le français Jonathan Mahoto, qui nous a incité à participer et à développer ce sport à Mayotte. »

La plupart des élèves, de la 5ème à la 3ème, ont donc découvert la discipline en octobre, « avec des cordes fournies par la Fédération de Double dutch, que nous ne pouvons remplacer sur place à Mayotte », et un petit groupe d’élite s’est constitué, essentiellement des filles, « mais après un premier moment de méfiance, les garçons s’y mettent eux-aussi. D’ailleurs, en compétition de haut niveau, les équipes sont plutôt masculines. »

Les élèves ont récolté les fonds

Tout compte, y compris la sortie acrobatique
Tout compte, y compris la sortie acrobatique

Deux épreuves sont inscrites au programme des championnat de France : « La première ne concerne qu’un seul sauteur qui doit en deux minutes enchaîner le maximum de petits pas. Le meilleur a atteint 250 pas chez nous, enregistrés avec un compte-pas, comme dans les avions. » La seconde dure une minute et 15 secondes, « c’est du free style, avec trois participants qui enchainent des figures. »

Si l’enseignants se félicitent de leur large progression, les élèves, eux, sont un peu inquiets : « on a vu les vidéos des précédents championnats, ils sont forts en vitesse et en freestyle. » Pour partir, il a fallu boucler un budget de prés de 30.000 euros, « grâce à nos sponsors Mgen, Panima, Crédit Agricole, Maçonnerie de Koropa, Imprimah et Somagaz. Mais aussi et surtout, par la débrouillardise des élèves que nous avons incités à récolter des fonds, en lavant des voitures, en vendant des gâteaux ou des tee-shirts. » Ils sont encore en attente de la participation annoncée par la mairie de Mamoudzou.

Sur les 12 compétiteurs partants, 3 n’ont jamais pris l’avion, et le top départ, c’est lundi : « Nous allons passer 3 jours à Paris avant la compétition, pour visiter la tour Eiffel, le Champ de Mars, le Musée Grévin, Disney, le parc et le zoo de Vincennes. » Leurs yeux pétillent, et ils pourront compter sur leur reporter Rachel, pour retracer fidèlement leur voyage.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

  1. 727165 626983Wow, great blog layout! How lengthy have you ever been running a weblog for? you make running a blog glance straightforward. The total look of your internet web site is magnificent, nicely the content material! 807456

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here