27.9 C
Dzaoudzi
samedi 1 octobre 2022
AccueiljusticeAffaire Baco Ali : Se faire ou ne pas se faire justice...

Affaire Baco Ali : Se faire ou ne pas se faire justice soi-même ?

Baco Ali (Photo la 1ère.francetvinfo.fr)
Baco Ali (Photo la 1ère.francetvinfo.fr)

« Un gros nounours », c’est ainsi que parle de lui son avocat, le bâtonnier Nadjim Ahamada. Il faut dire que le chanteur Baco Ali en impose. Et on imagine qu’arme en main, on n’ait pas franchement envie de poursuivre une conversation avec lui. C’est ce qui s’est passé ce 16 décembre 2015. Le frère du chanteur, boulanger à Nyambadao, se fait agresser par un individu. Ce ne serait pas la première fois, selon l’avocat, et le sang du chanteur et de sa famille ne fait qu’un tour, partis à la recherche de l’agresseur.

Lorsqu’ils arrivent, les gendarmes l’avaient placé sous leur protection face à une foule hostile, ce qui aurait fortement déplu à l’artiste qui, muni d’un chombo, d’une bombe lacrymogène et d’un simili fusil harpon, qui s’avèrera être une queue de raie destinée à fouetter, menace les gendarmes : « On va se faire justice nous-mêmes, il n’y a pas de justice. On vous laisse 10 minutes », et brandissant son chombo, poursuit, « je n’ai pas peur de vos AK 47. On est à Mayotte ici, ce qui s’est passé à Paris c’est rien, (nous sommes un mois après les attentats parisiens, ndlr), on va vous tirer, vous pourrez sortir vos armes comme ça. » Le président du TGI, Laurent Sabatier rapportait ainsi le témoignage des gendarmes.

Incident autour du renvoi de l’affaire

Dans sa plaidoirie, le bâtonnier Nadjim Ahamada remet en cause le fonctionnement de l'autorité judiciaire à Mayotte
Dans sa plaidoirie, le bâtonnier Nadjim Ahamada remet en cause le fonctionnement de l’autorité judiciaire à Mayotte

La foule s’est déjà formée, et se fait menaçante autour des gendarmes. Ils s’enferment dans une habitation, et n’en ressortiront une heure après qu’avec l’arrivée de renforts en mobiles. Leur véhicule sirène hurlante, se fera malgré tout rattraper par le chanteur en scooteur, « un passager à l’arrière brandissait une barre de fer en criant ‘on va vous retrouver !’», rapportent toujours les deux gendarmes.

Baco Ali est alors interpellé et mis en garde à vue. Un premier procès en décembre a été renvoyé, « la défense avançait vouloir produire des témoins qui sont absents aujourd’hui », attaque la procureur, « je souhaitais juste dépassionner le débat », répond Me Ahamada.

Il le fut, malgré la présence de scolaires qui découvraient une autre facette de l’artiste, et en dépit du réquisitoire enflammé de la vice-procureur pour les plaignants, rapportant fidèlement la parole de gendarmes, « présents à la première audience, mais qui n’ont pu se déplacer à celle-ci », déplorait-elle. Ce qui fit bondir Me Ahamada qui créait un incident de séance en demandant que le dossier soit évoqué, non les demandes de renvois de l’avocat.

« La peur de leur vie »gendarmerie polo

Baco Ali fait profil bas, et s’il souhaite garder le silence, il a présenté « des excuses sincères », ainsi que le rapportait le président, « vous avez reconnu qu’il n’était pas normal d’agir ainsi, mais avoir mis votre réaction sous le coup d’une grosse colère en raison de vos liens familiaux avec la victime de la personne interpellée. »

Une colère qui aura impressionné les gendarmes, « qui ont eu la peur de leur vie », souligne la vice-procureur dans son réquisitoire, précisant qu’une menace contre les forces de l’ordre faisait peser une peine de 10 ans d’emprisonnement et de 150 euros d’amende, “nous sommes bien sous le coup de la loi pénale.”

Elle n’en demandera que 6 mois avec sursis, assorti de travail d’intérêt général, en soulignant que le message sous-jacent des propos du chanteur, « c’est qu’on n’a pas confiance en la justice de Mayotte, donc on se fait justice soi-même », avant de rajouter, « même si on peut entendre l’exaspération de ceux qui se font agresser plusieurs fois au point de vouloir quitter Mayotte. »

« Une sale image de l’autorité »

Du pain béni pour Me Ahamada : « Les mêmes gendarmes de Mzouazia qui sont intervenus pour protéger l’agresseur, ont assisté ce week-end aux expulsions des gens de leur domicile sans rien faire ! Il y a une justice ?! On laisse une sale image de l’autorité sur ce territoire, donc le citoyen n’a plus foi dans la justice. » Et, collant à la vindicte populaire qui s’était exprimée ce 16 décembre : « Ceux qui ont un casier judiciaire long comme le bras sont rapidement relâchés et reconduisent leurs méfaits. »

Ce n’est pas une simple plaidoirie puisque l’avocat remportera l’adhésion de la salle en évoquant « un tournant pour Mayotte », « il y a 10 ans, il y avait beaucoup moins de délinquants à qui on donnait une bonne correction, et ils ne recommençaient pas. Désormais les lois de la République l’interdisent, mais on oublie la victime et ses droits. L’un d’entre nous risque d’en attraper un et de le tuer un jour ! »

L’image du chanteur n’en sort en tout cas pas grandie, « la sanction est déjà là, surtout avec la présence de la presse », et si ce mastodonte a choisi de garder le silence, « c’est par honte ».

Le chanteur s’exprimera malgré tout à la fin de l’audience en shimaoré, quelques mots pour indiquer qu’il reconnaît les faits.

Le délibéré sera rendu le 18 mai prochain.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Accident mortel entre un bus et une voiture à Ironi Be

139529
Ce samedi matin, un grave accident de la route s'est produit sur la RN2 dans le centre de l'île. Un bus et un véhicule...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139529
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139529
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139529
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139529
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139529
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com