Jeanine Assani Issouf en route vers un triple saut olympique

0
107
Jeanine Assani Issouf (Photo: FFA)
Jeanine Assani Issouf (Photo: FFA)

14,26 mètres. Un triple saut qui autorise le rêve d’une participation olympique. Jeanine Assani Issouf a commencé sa saison sportive d’une très belle manière. Au meeting de la Diamond League de Doha, au Qatar, l’athlète du Limoge Athlé s’est classée 4e, derrière trois championnes, tenantes du titre aux Jeux olympiques, aux championnats de monde et aux championnats du monde en salle.

Pour cette première sortie de l’année, elle établit un nouveau record personnel (jusqu’alors de 14,24m) et surtout, elle passe le cap de 14,25 mètres, les minima requis par la France pour pouvoir prétendre s’engager aux jeux olympiques de Rio.

Une athlète «sélectionnable»

Jeanine Assani Issouf n’est pas une inconnue du circuit international. Classée 9e aux derniers championnats du monde à Pékin et 7e aux championnats du monde en salle à Portland en février, elle faisait partie des athlètes qui pouvaient se faire remarquer en cette année olympique. Née à Marseille, la triple-sauteuse âgée de 23 ans, va maintenant devoir gérer la suite de son parcours avant d’être certaine de partir à Rio. «Un soulagement de ne plus courir après les minimas. Le travail continue et le meilleur reste à venir», a-t-elle posté sur les réseaux sociaux.

Car si les minima sont un préalable au rêve olympique, sa performance n’a fait d’elle qu’une athlète «sélectionnable» mais pas encore sélectionnée.

Certes, elle se présente dans une discipline où peu de Françaises peuvent prétendre atteindre un tel niveau. Ses deux titres de championne de France en salle 2015 et 2016 sont là pour en témoigner. La France pouvant envoyer 3 athlètes sur le triple-saut, elle figure donc en bonne position, au début du parcours de sélection.

Montrer de la constance

Mais elle ne sera pas jugée que sur sa performance de Doha. Pour pouvoir être sélectionnée, elle devra encore montrer son niveau aux championnats de France Elite des 24 au 26 juin prochain. La fédération indique d’ailleurs que les résultats obtenus lors de ces championnats «seront particulièrement observés afin de déterminer la sélection». Il est également indiqué qu’«une observation toute particulière sera faite sur le niveau de performance réalisé sur les trois premiers essais des concours de saut en longueur et de triple saut.» L’athlète devra donc maintenir son niveau et faire preuve de constance.

Le site du journal l'équipe relate la performance de la triple sauteuse
Le site du journal l’équipe relate la performance de la triple sauteuse

«Tout dépend de la façon dont elle va gérer la suite de sa préparation. Lors d’une année olympique, les enjeux ne sont pas que sportifs», relève Sébastien Synave du RCM, organisateur du 10km de Mamoudzou. La pression des minima n’étant plus là, d’autres enjeux, commerciaux par exemple, pourraient parasiter cette préparation.

Rester concentrer sur l’objectif

Les sportifs n’étant pas des machines, elle devra aussi éviter l’écueil d’une éventuelle blessure et pouvoir présenter un bon dossier médical, à même de convaincre les instances de son bon état de santé physique.
Enfin, d’autres critères seront également étudiés, comme «le comportement de l’athlète» qui doit être «en cohérence avec les valeurs de l’équipe de France».

Bref, elle devra entrer dans les grilles de la Commission consultative de sélections olympiques (CCSO) après proposition du Directeur technique national et après consultation du Comité de sélection de la Fédération (FFA)… A priori, rien d’insurmontable pour Jeanine, mais tout n’est pas encore joué.

Une sélection officielle connue en juillet

Hormis les athlètes du marathon et de la marche qui connaissent déjà les noms de ceux qui partent, les sportifs des autres spécialités de l’athlétisme devront attendre le 27 juin 2016 pour savoir s’ils font partie de la première liste d’athlètes retenus, sachant qu’une liste complémentaire sera publiée le 11 juillet.

Finalement, la CCSO proposera le 13 juillet 2016 la liste définitive des athlètes qui seront engagés sur les Jeux, une liste officialisée le 18 juillet. Si Jeanine Assani Issouf y parvient, elle abordera le rêve de tout sportif de haut niveau.

Si elle avait réalisé sa performance de Doha aux Jeux de Londres, elle aurait été en finale olympique et aurait pris la 8e place… Le rêve est peut-être en effet au bout de ses sauts.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here