28.9 C
Dzaoudzi
mardi 18 janvier 2022
AccueiljusticeIl entre à Mayotte avec 516 grammes de cannabis

Il entre à Mayotte avec 516 grammes de cannabis

Salle TGI Code pénalA la barre ce mercredi, deux hommes avec des casiers judiciaires vierges. L’un est accusé « d’entrée irrégulière sur le territoire français » et de « transport non autorisé de stupéfiants » et l’autre prévenu est soupçonné de l’avoir aidé à pénétrer nos frontières.

Le 27 octobre 2015, des policiers contrôlent un bateau de pêcheur. Sur celui-ci, un Comorien en situation irrégulière. Le propriétaire du bateau reconnaît avoir touché de l’argent (500 euros selon ses dires) en le faisant monter à bord dans les eaux mahoraises, alors qu’il venait de débarquer d’un bateau provenant d’Anjouan: « Je lui ai demandé de faire semblant d’être pêcheur», reconnaît-il  devant le tribunal de Mamoudzou. Il affirme que c’était sur la demande d’un autre ami pêcheur qu’il avait pris le Comorien sur sa barque.

Cette histoire d’immigration clandestine, tristement banale à Mayotte, se complique soudainement lorsque les forces de l’ordre retrouvent dans le blouson de l’étranger en situation irrégulière 516 grammes de résine de cannabis. Un blouson qui ne lui appartiendrait pas, selon ses dires.

« Il fait froid et ça mouille »

TribunalDans ses réquisitions, le procureur de la République, Joël Garrigue, insiste sur les contradictions relevées dans les différents témoignages du prévenu qui dira tout d’abord qu’il a accepté le blouson durant la traversée d’Anjouan à Mayotte «parce qu’il fait froid et que l’eau, ça mouille, grosso modo», ironise le Procureur. Puis, qu’on lui avait donné «quelque chose», qu’il ne savait pas ce que c’était mais que le propriétaire du blouson lui aurait dit que ce « quelque chose », à la revente, pouvait lui rapporter entre 1.500 et 1.700 euros. Enfin, il a avoué avoir compris que la poche du blouson contenait du « bangué ». « Il n’est pas venu chercher l’Eldorado à Mayotte, ni une vie meilleure  mais il est venu pour commettre un acte de délinquance: la vente de stupéfiants », affirme le procureur qui requiert 3 ans d’emprisonnement ferme et une interdiction définitive du territoire nationale.

Quant au propriétaire de la barque, le procureur de la République estime « qu’il savait peut-être pourquoi il allait chercher son passager » et que l’aide au transport de stupéfiants pouvait être « volontaire ». Qu’en tout cas, « l’aide à l’entrée irrégulière d’un étranger en France » était « indiscutable ». Contre lui, il a requiert un an d’emprisonnement avec sursis et la confiscation de son bateau.

“Vous avez à juger quelqu’un qui a été manipulé”

Tribunal-mamoudzou« Vous avez à juger quelqu’un qui a été manipulé », répond Me Andjilani, l’avocat du migrant. Pour lui, le prévenu « est venu trouver une vie meilleure, il n’est pas venu pour commettre des actes délictuels. (…) On lui a remis un blouson dans la nuit, il avait froid. Il a constaté qu’il y avait quelque chose mais qu’aurait-il dû faire?», interroge l’avocat de la défense. « Ce qui se passe n’aurait pas dû se produire. Ce blouson, il devait le remettre au propriétaire de la pirogue, c’est ce qu’il a toujours dit », plaide encore Maître Andjilani, qui demande la relaxe pour le chef d’accusation d’importation de stupéfiants et une peine plus légère pour l’entrée irrégulière sur le territoire national.

Maître Journiac, l’avocate du propriétaire de la barque a, quant à elle, insisté sur le caractère exemplaire de la conduite de cet homme qui nourrit sa famille comme il peut des fruits de sa pêche. Et qui, en outre, n’a jamais manqué les rendez-vous liés à son contrôle judiciaire depuis un an et sept mois. La magistrate demande une peine « utile », une amende qui le dissuaderait de recommencer et plaide pour la restitution du bateau, afin que le pêcheur puisse continuer à travailler.

Le tribunal a finalement reconnu le migrant coupable des faits qui lui étaient reprochés et l’a condamné à 18 mois d’emprisonnement ferme (déjà effectués en détention provisoire) et à une interdiction d’entrer sur le territoire national pendant 2 ans. Quant à l’homme à la barque, il écope d’un an de prison avec sursis et de 1.000 euros d’amende.

OL
www.jdm2021.alter6.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Suspension de la grève des conducteurs Halo des secteurs Nord et...

139133
Le réseau Halo informe ses usagers de la suspension de la grève de conducteurs qui a débuté le 10 janvier 2022 dans les bassins...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139133
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139133
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139133
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139133
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139133
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com