23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 19 janvier 2022
AccueilorangeMédicaments, héroïne, cocaïne, chimique: Les drogues de la région sous observation

Médicaments, héroïne, cocaïne, chimique: Les drogues de la région sous observation

Rémy Daroux, sous préfet de La Réunion, et Nicolas Durand directeur général adjoint de l'ARS lors de la journée consacrée à l'addictologie (Photo: JIR)
Rémy Daroux, sous préfet de La Réunion, et Nicolas Durand directeur général adjoint de l’ARS lors de la journée consacrée à l’addictologie (Photo: JIR)

A chaque île son problème de drogue. Maurice et les Seychelles sont confrontées à l’héroïne et à la cocaïne. A La Réunion, il est beaucoup question du détournement de l’usage de médicaments. Ainsi, un traitement de l’épilepsie est utilisé à des fins de «soumission chimique», administré à l’insu de la personne pour abuser d’elle d’une façon ou d’une autre.

Tout aussi marquant, l’usage détourné de l’Artane. Considéré comme «l’ecstasy du pauvre», il produit chez ceux qui le consomme en dehors d’une prescription médicale de l’euphorie et un sentiment de toute-puissance, accompagnés parfois d’une désinhibition favorisant le passage à l’acte.
Quant à Mayotte, elle fait face au «chimique», là encore avec des effets parfois de plénitude mais aussi de grandes violences, avec des passages à l’acte parfois très spectaculaires.

Plus de 15.000 comprimés d'Artane lors d'une saisie à La Réunion au début du mois d'avril (Photo: JIR)
Plus de 15.000 comprimés d’Artane lors d’une saisie à La Réunion au début du mois d’avril (Photo: JIR)

Si ces drogues sont totalement différentes et consommées sur des îles aux problématiques distinctes et parfois très éloignées, les spécialistes de ces questions se sont retrouvés à La Réunion pour confronter leurs expériences. C’était le souhait de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), pour un événement piloté par la préfecture de La Réunion avec l’ARS.

Apprendre des voisins

«C’est la première fois qu’a lieu cet événement à la Réunion. Il s’agit de partager les expériences et de tisser des liens entre les territoires. Cela permet de voir comment cela fonctionne chez nos voisins», indique Rémy Darroux, sous-préfet à la cohésion sociale et la jeunesse et chef de projet local Mildeca.

C’est ainsi que ce sont retrouvés le Dr Hemery, médecin à la Kaz Oté à la Réunion, le Dr Morel, médecin addictologue aux Seychelles et Mme Rabot-Honore de l’association CUT à Maurice. Le professeur Marc Auriacombe, chef du service d’addictologie et de psychiatrie au CHU de Bordeaux, est également intervenu lors de cette journée d’échanges. Il est actuellement à La Réunion dans le cadre du diplôme universitaire d’addictologie du CHU de la Réunion.

Améliorer les savoir, notamment sur le chimique

MildecaPour le directeur général adjoint de l’Agence régionale de santé océan Indien, ce besoin de liens entre les professionnels est essentiel. Nicolas Durand insiste d’ailleurs sur les échanges avec Mayotte: «La connaissance sur le phénomène de l’addiction n’est pas encore développée. Le but est d’améliorer les savoirs. Notamment sur le chimique.» Ce poison est bien connu par le Dr Ali Mohamed Youssouf qui était également présent.

Le médecin, au service addictologie du CHM, consulte des patients touchés par les effets de cette nouvelle drogue. «Ce produit n’est pas juridiquement considéré comme un stupéfiant. C’est du cannabis de synthèse. Il déclenche parfois un grand degré de violence. Ses effets provoquent un bad trip, des hallucinations et une grande dépendance. Des consommateurs voient leur vie défiler, subissent des bouffées délirantes et des épisodes de folie», a expliqué le praticien à ses confrères.

Un observatoire de l’ARS

Le docteur Ali Mohamed Youssouf alerte sur un problème de santé publique à long terme
Le docteur Ali Mohamed Youssouf, spécialiste du chimique à Mayotte

Des outils sont déjà disponibles pour favoriser la circulation des informations et les échanges de pratiques en matière de santé, sur les drogues et les moyens d’y faire face. C’est le cas, par exemple, de la Plateforme d’échanges et d’information drogues et dépendances (Peidd) dont l’action a été étendu à l’Outre-mer, incluant de ce fait la Guyane et Mayotte, deux départements particulièrement touchés.

Mais pour suivre au plus près l’évolution de la situation sanitaire sur le front des addictions, l’Agence régionale de santé muscle ses dispositifs. «L’ARS va mettre en place un observatoire pour les problèmes d’usage de drogue afin d’apporter des solutions. Cela nous permettra d’adapter nos messages en fonction de nos publics», indique le docteur Mohamed Ali Youssouf.
RR, le JDM
Avec le JIR.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid 19 : Poursuite de la chute des indicateurs

139124
Au cours de la semaine du 10 au 16 janvier, 3.181 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à Mayotte,...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139124
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139124
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139124
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139124
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139124
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com