26.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilEducationLes enseignants de K2 mobilisent les parents d’élèves pour changer de climat

Les enseignants de K2 mobilisent les parents d’élèves pour changer de climat

L'équipe éducative du K2 est parvenue à mobiliser les parents dans un mouvement commun
L’équipe éducative du K2 est parvenue à mobiliser les parents dans un mouvement commun

Impossible de savoir à l’avance s’ils allaient répondre présents. Ce fut bel et bien le cas. Hier mercredi matin, devant le collège K2 de Kawéni fermé pour cause de droit de retrait exercé par les enseignants, les parents d’élèves étaient venus très nombreux. «Ça fait plaisir de voir autant de monde malgré le contexte pas facile de barrages», se réjouit Mouniati Moana, professeur d’histoire géographie au collège. Elle fait partie des enseignants à l’initiative de cette mobilisation pour éviter le pire scénario de ce type de mouvement: la sensation de ne pas être entendu, la solitude face à une détresse pourtant bien réelle.

«On a eu une véritable oreille attentive de la part des parents. On a vraiment senti qu’ils étaient concernés. D’ailleurs, après avoir expliqué notre position, ils ont commencé à faire des propositions», explique Mouniati Moana. «Des parents ont proposé par exemple d’instituer une fouille à l’entrée du collège. Ce à quoi on a répondu qu’ils pouvaient, eux aussi, vérifier les affaires de leurs enfants. On voulait vraiment que tout le monde soit concerné et que ce mouvement devienne une action commune parents et professeurs de Kawéni».

Les enseignants ont regretté que les représentants du vice-rectorat pourtant présents à Kawéni ne restent pas pour prendre part aux échanges. Un regret qui semble en effet légitime mais il en fallait davantage pour décourager les énergies positives.

Des demandes immédiates

A l’issue des échanges, une feuille de route et des demandes précises ont été fixées qui vont être remontées au vice-rectorat. Dès ce vendredi, une permanence de parents s’installera à l’entrée du collège pour faire signer une pétition demandant les moyens adéquats pour l’établissement. «Depuis le début de l’année, nous n’avons plus que deux CPE contre 5 l’an dernier. Quand il y a un problème, on ne peut pas faire appel à eux dans un établissement de 1.300 élèves», dénonce Mouniati Moana.

Des parents force de propositions et de mobilisation pour la scolarité de leurs enfants
Des parents force de propositions et de mobilisation pour la scolarité de leurs enfants

Logiquement, enseignants et parents réclament donc le retour d’un poste de CPE mais aussi 5 postes de surveillants. Et les revendications ne concernent pas seulement l’administration du service public de l’éducation mais aussi d’autres missions de l’état, à commencer par la sécurité. Au K2, on veut une présence accrue de la police aux abords du collège.
«Tous les lundis, on se demande quelle situation on va trouver et ce qui a été cambriolé. Si ce sont les salles de cours, les bureaux, la gestion… La semaine dernière, c’était tous les ordis de la salle des profs.»

Les cours reprennent, le mouvement continue

Parents et enseignants veulent que ces réclamations soient suivies d’effets immédiatement, «pour terminer l’année scolaire dans de bonnes conditions»… Nous sommes en effet déjà début avril.

Pour marquer l’importance de ce climat qu’il souhaite apaisé, ils ont décidé de reprendre les cours ce jeudi mais le mouvement est loin d’être suspendu. Ils ont d’ores-et-déjà fixé à lundi la date de la prochaine AG qui étudiera les éventuelles décisions du vice-rectorat et décidera en conséquence des suites à donner à cette mobilisation partagée.

RR
www.jdm2021.alter6.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.