27.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 décembre 2021
AccueilFaits diversQuelle confidentialité lorsqu’on dépose plainte à Mamoudzou?

Quelle confidentialité lorsqu’on dépose plainte à Mamoudzou?

CommissariatDes personnels du commissariat de Mamoudzou peuvent-ils mettre en danger la vie de simples citoyens en divulguant des informations à certains organes de presse? La question sera peut-être posée au tribunal correctionnel de Mayotte, si le procureur donne suite à une plainte déposée il y a quelques jours en ce sens. L’affaire concerne une figure relativement connue sur la scène publique à Mayotte qui a eu la surprise de voir son nom quasiment divulgué dans un quotidien imprimé alors qu’il s’était rendu au commissariat dans des conditions particulières.

Vous vous souvenez sûrement de l’affaire de la kalachnikov, cette arme de guerre découverte lors d’une perquisition à Mamoudzou. En réalité, les policiers ne sont pas tombés dessus par hasard. Elle avait été proposée à un homme comme un objet de contrebande à acheter sous le manteau. Mais le client potentiel, non seulement ne souhaitait pas l’acquérir, mais il estimait que la vente de cette arme pouvait faire courir un danger à de nombreuses personnes.

Le secret devient une information publique

Il s’est donc rendu au commissariat, souhaitant donner des informations pour faire sortir cette kalachnikov du circuit informel. Les informations sont données en échange du secret: jamais personne ne devait connaître son identité.

Commissariat de police Mamoudzou
Commissariat de police Mamoudzou

Et pourtant. L’arme saisie, l’affaire est divulguée dans la presse… avec parfois de nombreux détails, dont l’identité de l’homme en question. L’article d’un journal laissait en effet clairement sous-entendre sa profession et son nom. L’anonymat s’est transformé en information publique. Avec le conseil de son avocat, Me Nadjim Ahamada, il a donc déposé plainte pour «mise en danger de la vie d’autrui» pour réclamer des explications.

Une plainte dans le journal

Une autre avocate, Me Florence Journiac, n’a pas déposé plainte mais a décidé d’écrire au procureur dans une affaire la concernant très directement. Il y a une dizaine de jours, la jeune femme est agressée en conduisant son scooter au rond-point du baobab. En début de soirée, des jeunes arrêtent le deux-roues, le font tomber et s’enfuient avec le sac de sa conductrice alors qu’il contenait, entre autres, sa robe d’avocate, qu’elle parviendra d’ailleurs à retrouver rapidement.

L’affaire est donc strictement personnelle et la conduit au commissariat pour porter plainte. Là encore, à sa grande surprise, elle retrouve son nom dans les pages d’un quotidien imprimé qui raconte son histoire très approximativement.

Le respect de la vie privée

«Je n’ai même pas été contactée et je n’aurais pas accepté qu’on en parle. Cette plainte ne concernait en rien mon activité professionnelle, je ne souhaitais pas la rendre publique», indique-t-elle au JDM. «J’étais très en colère car j’ai reçu des coups de fils de personnes inquiètes, comme on peut l’être lorsqu’on entend parler d’agression, alors qu’il n’y avait pas lieu de l’être. Ça interroge vraiment sur le fait d’aller porter plainte lorsqu’on a une activité publique», affirme l’avocate.

De tels types de fuites sont en effet courants au commissariat de Mamoudzou et ne concernent donc pas uniquement des affaires retentissantes.

Dans les deux exemples que nous venons de citer, il semble que divulguer directement ou indirectement le nom des personnes concernées ne rajoutait aucune information essentielle aux faits qui étaient relatés. Mais au-delà de cette divulgation dans la presse, c’est bien la possibilité pour tous les citoyens d’aller déposer plainte au commissariat en confiance et dans le respect de sa vie privée qui est posée.

RR
www.jdm2021.alter6.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.