27.9 C
Dzaoudzi
lundi 17 janvier 2022
AccueilorangeLa deuxième chance de l’école de la deuxième chance

La deuxième chance de l’école de la deuxième chance

Le Bac à force de volonté, dans l'école de la deuxième chance
Le Bac à force de volonté, dans l’école de la deuxième chance

Les Ecoles de la Deuxième Chance s’adressent aux jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme, c’est-à-dire pour qui l’école n’a pas été un succès.

L’Ecole de la Deuxième Chance offre une formation de 4 à 18 mois. Il s’agit de parvenir à la maîtrise des savoirs de base : lire, écrire, compter, notions d’informatique, notions d’une langue étrangère. Pendant cette période, les jeunes sont amenés à faire deux ou trois stages en entreprise. La formation est très personnalisée, c’est-à-dire que chaque jeune est suivi à l’intérieur de l’école par un « référent » avec qui il peut s’entretenir de ses problèmes tant pédagogiques que personnels. Dans l’entreprise, il est suivi par un tuteur.

100.000 euros plus du tout symboliques

Mariame Saïd a défendu le dossier
Mariame Saïd a défendu le dossier

A la fin de son parcours dans l’Ecole de la Deuxième Chance, le jeune se voit remettre une Attestation de Compétences Acquises (ACA) qui lui sert de passeport pour entrer dans la vie active. Elles sont présentes dans 48 départements, et 4 ultramarins.

A Mayotte, l’école avait ouvert en mars 2015, mais avait connu depuis quelques difficultés, que nous retrace Mariame Saïd, conseillère départementale en charge de la formation professionnelle. C’est l’AOFM (Association des organisme de formation de Mayotte) qui l’avait sollicitée : « Lorsque le dossier m’a été présenté, il ne s’agissait que d’une participation symbolique du département. Or, ils m’ont ensuite demandé 100.000 euros, ce qui était impossible dans le contexte budgétaire que nous connaissons. »

Le préfet vole au secours de l’E2C

La directrice de la Dieccte (Direction du travail), Monique Grimaldi, se saisit alors du dossier, et informe Mariame Saïd de la prise en charge de l’Etat, « nous n’avions plus qu’à verser 10.000 euros, ce qui me semblait raisonnable. » Bien qu’elle donne son accord, au département ça freine toujours « d’abord parce qu’ils craignaient que cela nous engage sur les années à venir », puis, malgré les propos rassurants du directeur de l’école E2C, « ça bloquait toujours du côté du cabinet de la présidence du département ». Pourtant, selon Mariame Saïd, tous les élus soutiennent le dossier.

C’est le préfet Seymour Morsy qui va débloquer la situation : « Il est intervenu auprès du président Soibahadine pour lui demander de soutenir ce dispositif. Ce qu’il a fait. L’école de la deuxième chance a donc notre accord et notre soutien financier de 10.000 euros pendant 3 ans, en plus de la prise en charge de la rémunération des stagiaires. »

Un projet de convention pluriannuel doit encore être rédigé par la Dieccte, « mais on peut dire que l’école de la deuxième chance va pouvoir assurer ses cours », se réjouit Mariame Saïd.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Comores, Madagascar, or

Comores : deux malgaches extradés après leur arrestation pour trafic d’or à...

139521
Le gouvernement malgache avait dépêché, mardi 11 janvier à Moroni, son ministre de la Justice, Herilaza Imbiki. Ce dernier a quitté la capitale comorienne, ce jeudi 13 janvier, à bord d’un vol spécial à l’intérieur duquel se trouvaient les deux malgaches Pierre Stenny et Azaly Failaza Pacheco, suspectés d'avoir organisé un juteux marché clandestin d'or, et qui répondront donc de la justice de leur pays
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139521
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139521
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139521
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...

Après plusieurs années, où en sont les travaux de la salle de cinéma Alpa...

139521
Cela fait déjà plusieurs années que l’idée de se faire une toile à Mamoudzou relève du fantasme pour nombre d’habitants. Depuis la fermeture, les travaux auront été nombreux, et à ce jour, restent inachevés....

Avec le “vaccin expérimental”, Mansour Kamardine inocule le “désarroi” à Olivier Véran

139521
La question du député LR au gouvernement fait le buzz. Mansour Kamardine estime que les vaccins anti-covid sont inoculés à un stade "expérimental". Il a demandé au ministre de la Santé "combien de doses" il faudrait pour chaque Français. Olivier Véran a exprimé son "désarroi", considérant le député "isolé" et dénonçant ses propos "alors que des milliers d'humains ont été vaccinés et que le vaccin sauve des vies"
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com