En pleine tourmente politique, les Comores se penchent sur les mariages précoces

0
96

Al Watwan 8 3 16REVUE DE PRESSE. La journée internationale consacrée aux femmes est l’occasion dans de nombreux pays d’évoquer des sujets sensibles qui concernent le fonctionnement même de la société. C’est le cas aux Comores, où une conférence organisée à l’Alliance française permet de parler des mariages précoces, relate Al Watwan.

«Un magistrat a relevé les ‘contradictions’ du code de la famille (comorien) dont un dispositif interdit strictement le mariage avant l’âge de dix-huit ans et un autre stipule que le juge peut l’autoriser en cas de force majeure. Selon l’ancienne ministre, Sitti Raghdat Mohamed, c’est une brèche qu’il faut vite fermer.» Preuve que cette journée continue à avoir du sens.

Mais l’essentiel des préoccupations tourne toujours sur l’après 1er tour de la présidentielle. L’homme politique Tocha Djohar, suppléant d’un député, interpellé lors de la manifestation de contestation de samedi dernier dans des conditions très violentes, a été placé sous mandat de dépôt hier. La Gazette des Comores explique qu’il devrait être présenté au parquet de Moroni ce mardi. Les opposants dénoncent une «atteinte aux principes démocratiques et aux libertés fondamentales».

Gazette 8 3 16De nouvelles voix continuent de s’élever pour contester les résultats la Céni, la commission électorale comorienne, comme celle de Youssouf Mohamed Boina, candidat au gouvernorat de Grande Comore. Arrivé en 3e position selon les résultats officiels provisoires, la plupart des QG le plaçaient en 2e position selon leurs propres comptages. Habariza Comores indique qu’il exige à son tour un nouveau comptage des bulletins de votes et il invite ses partisans et «toute personne qui souhaite le changement (dans le) pays à se mobiliser».

Le journal donne également la parole à Azali Assoumani, candidat à la présidentielle arrivé en 3e position. «J’ai donné l’exemple de la démocratie, j’ai gouverné le pays avec seulement les recettes propres, hélas, ils n’ont rien compris et l’exemple n’est pas suivi», affirme celui qui était tout de même arrivé au pouvoir par un coup d’Etat avant de se présenter devant les urnes. «J’avais le pouvoir, j’avais les armes n’est-ce pas? Pourtant, les élections que les instances avaient validées, j’ai accepté». Celles que les instances avaient déclarées perdues, j’ai accepté», fait-il valoir. «Conscience comorienne réveilles-toi!» conclut-il.

Préparations de sommet compliquées

Tribune Mada 8 3 16A Madagascar, la France va donner «des coups de mains» pour le préparation du sommet de la francophonie dans le pays à la fin du mois de novembre. La Tribune relaie la rencontre du nouveau ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault avec la chef de la diplomatie malgache Atallah Béatrice la semaine dernière.

Le pays semble en effet un peu en retard pour venir à bout des infrastructures qu’il doit réaliser avant la tenue de l’événement. «La route reliant la capitale à l’aéroport vient de commencer. Pour le village de la francophonie (…), ce n’est pas encore réellement le cas, ce qui engendre des inquiétudes chez certains. L’extension de l’aéroport censé terminée avant le sommet ne serait fonctionnel qu’en 2018…» Le journal de précise pas la nature de ces coups de mains annoncés par la France.

Mada où «le budget santé doit être repensé», indique RFI. «La Banque mondiale et l’Unicef ont publié leur rapport sur les dépenses publiques allouées à l’éducation et à la santé. Le bilan est accablant. Depuis 2010, les budgets ne cessent de baisser et la répartition des sommes est alarmante. Près de 90% du budget du ministère de l’Education et plus de 50% du budget du ministère de la Santé sont consacrés aux salaires du personnel. Impossible donc d’effectuer les investissements répondant aux besoins vitaux et de développement de la population», expliquent nos confrères.

Le Vietnam africain

Il n’y a pas que la Chine qui tisse ses réseaux dans la région. Au fur et à mesure que les pays asiatiques émergent, ils renforcent leur maillage comme le fait par exemple le Vietnam : «Renforcement de l’amitié et de la coopération avec la Tanzanie, le Mozambique et l’Iran», titre le journal Vietnam Plus.

Vietnam Plus 8 3 16«Le président vietnamien Truong Tân Sang et son épouse effectueront une visite d’État du 9 au 15 mars» dans ces trois pays à l’invitation de leur président respectif.
«Les hauts dirigeants de la Tanzanie considèrent toujours le Vietnam comme un bon exemple de lutte contre l’invasion des agresseurs pour les peuples opprimés, notamment les pays africains», explique Vietnam plus. Il est aussi question de commerce entre les deux pays puisqu’il est passé de 156 millions de dollars en 2014 à 204 millions en 2015.

De son côté, «le Mozambique mène actuellement une politique d’orientation vers l’Est, afin d’intensifier sa coopération avec les pays asiatiques tels que la Chine, le Vietnam, le Japon et l’Inde». Là encore, les échanges commerciaux bilatéraux s’envolent pour atteindre 66,1 millions de dollars en 2015.
Enfin concernant l’Iran, plusieurs «consultations politiques» ont été organisés et, côté gros sous, le commerce entre les deux pays est monté à 106,7 millions de dollars l’an dernier.

Un journal dans l’actualité

L'actu vu par Souch ce 8 mars
L’actu vu par Souch ce 8 mars

Enfin, on termine cette revue de presse par la crise qui secoue notre confrère le Journal de l’île de La Réunion. Vendredi dernier, en CE extraordinaire, la direction du titre a dévoilé aux représentants du personnel son projet de restructuration de la société, annonçant la suppression de 41 postes pour un total de 159 salariés. C’est la suite de la mise en redressement judiciaire du JIR, le 27 janvier dernier.

Dans un communiqué, les représentants SNJ et CFE-CGC du personnel comprennent la nécessité de certaines suppressions de postes mais ils s’insurgent contre le faible nombre de poste de direction visé (un seul), la déstabilisation des services commerciaux, les mesures d’accompagnement proposées «quasi-inexistantes» ou encore le lourd tribut payé par la rédaction qui supporte un quart des suppressions de postes.

Enfin, autre motif de grogne, «la direction veut supprimer l’unique poste de journaliste-dessinateur de l’île qui fait partie intégrante de l’identité du Journal depuis une quinzaine d’années». Le dessin de Souch, emblématique de la page 3 du journal au même titre que l’éditorial, devrait donc disparaître.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here