29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 décembre 2021
AccueilEconomieOctroi de mer: la masse salariale des collectivités en question

Octroi de mer: la masse salariale des collectivités en question

Le BTP en grève à l'image de ce salarié d'IBS dans l'hémicycle ce mardi
Le BTP en grève à l’image de ce salarié d’IBS dans l’hémicycle ce mardi

Les chefs d’entreprise en envahissant l’enceinte du conseil départemental ce mardi matin, ont voulu porter un coup d’arrêt au flottement des discussions qu’ils avaient avec le président du Conseil départemental. Sa position de « vieux sage » lui aura tout juste permis de redresser la situation, après l’exaspération qui l’a fait s’exclamer, «on n’est pas un DOM», sous entendant ne bénéficiant pas de la même dotation de l’Etat que les autres.

Et c’est bien ce qui pose problème. Le conseil départemental va chercher auprès des assujettis à l’octroi de mer, ce que l’Etat lui refuse : des recettes suffisantes pour assurer son développement. On peut espérer qu’avec le secours inespéré de la Cour des Comptes, les choses entrent dans l’ordre.

En attendant, les chefs d’entreprise, bien que dégageant des marges deux fois plus importantes qu’en métropole selon l’INSEE, ne veulent pas être pris pour des vaches à lait. Surtout celles du secteur du bâtiment qui subissent un taux d’octroi de mer porté de 0 à 30%, sur la production interne de parpaing.

La difficile protection de la production

Difficile de protéger la production locale pour Daniel Zaïdani qui l'a expérimenté
Difficile de protéger la production locale pour Daniel Zaïdani qui l’a expérimenté

Daniel Zaïdani, a été le premier, alors qu’il était président du conseil général, à voter des taux d’octroi de mer. Désormais dans l’opposition, il avait demandé l’annulation de la délibération du 10 décembre 2015 qui avait refondu les taux en les simplifiant.

Il revient pur le JDM sur l’exemple du parpaing : « A l’époque des taxes à la consommation, il était taxé à 30% à l’importation. A l’arrivée de l’octroi de mer, il a fallu que je prenne une décision compliquée : en maintenant à 30% à l’importation, le même produit fabriqué et vendu à Mayotte aurait été aussi taxé à 30% en vertu des règles de l’octroi de mer. Et étant donné qu’il ne figure pas sur les listes à taux différentiels autorisés par l’Europe. Je l’ai donc maintenu à 0%, à l’importation, et donc en production interne, avec le risque d’être concurrencé à l’importation par des parpaings moins chers réunionnais ou malgaches. »

Il préconise de suspendre la délibération, et d’ouvrir le débat avec les professionnels. C’est en cours puisqu’à 17h, les chefs d’entreprise étaient reçus par le président Soibahadine en présence du cabinet Chenat qui a planché sur les taux. Une réunion qui a abouti au fléchissement du taux sur les matériaux des construction de 30 à 5% jusqu’au 30 juin. Une réflexion doit se poursuivre ensuite pour trouver l’équilibre idéal.

Octroi de mer et impôts sont dans un bateau

Chercher le meilleur compromis pour les mairies
Chercher le meilleur compromis pour les mairies

De son côté, Enfanne Haffidhou, DGA Economie et finances au département, comprend mal la réaction des entrepreneurs : « Lorsque les impôts augmentent, ils n’impactent pas dans la même proportion sur la vente. Et lorsque le taux sur le riz a été baissé, on n’en a pas vu le résultat. » C’est la faute des cours mondiaux du riz qui auraient augmenté sur la même période, selon Daniel Zaïdani qui se fait l’écho des chefs d’entreprise.

Pour le conseil départemental, c’est une question de vase communiquant : lorsque les collectivités, et les principales bénéficiaires du produit de l’octroi de mer sont les mairies, ne perçoivent pas assez, elles se rattrapent sur la fiscalité et augmentent les impôts. Là où tout le monde s’accorde, c’est pour dénoncer la masse salariale pléthorique des collectivités. Et surtout, l’optimisation de leur travail, dont on peut douter lorsqu’on est reçu par une employée qui s’endort à l’accueil, quand il y en a un…

Proposition à Manuel Valls

Soibahadine Ramadani donnait rendez-vous jeudi
Soibahadine Ramadani va présider l’élaboration du document à remettre à Manuel Valls

Les chefs d’entreprise, pas plus que les contribuables, ne veulent financer cette désorganisation générale. Soibahadine Ibrahim le sait bien, mais la réorganisation des services du conseil départemental qui devait se voter ce jour, a été reporté.

Le savant dosage serait donc de rendre compatible une taxe douanière et une fiscalité acceptable par tous, pour garantir leurs recettes aux collectivités, ce que permettrait une dotation globale de fonctionnement à la hauteur des attentes, notamment celles de la Cour des Comptes.

C’est ce travail de réflexion qui sera entrepris jeudi au conseil départemental où les élus communaux, départementaux et nationaux sont attendus pour plancher sur la DGF, l’octroi de mer et les montants de compensation, pour élaborer une proposition à soumettre à Manuel Valls, « c’est la suite de nos échanges de mi-décembre à Paris avec le premier ministre », glissait en fin de séance plénière de ce mardi le président Soibahadine Ibrahim Ramadani.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

DTPN, Mayotte, Laurent Simonin, PAF, POlice nationale, Cour des Comptes, Sénat

Insécurité : le commissaire Simonin met plus de “bleu dans la...

0
Davantage de moyens pour moins de policiers sur le terrain en France... la Cour des Comptes étrillait la police nationale dans un rapport dont nous nous étions fait l’écho. Profitant de la présence d’un haut fonctionnaire à la tête de notre police à Mayotte, promu au grade de commissaire général, le plus haut des commissaires, nous avons fait le point avec Laurent Simonin sur l’état opérationnel des services de la DTPN* dont il a pris la tête le 12 mars 2021
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
FMAE, Mayotte, Journée mondiale du climat, Word Weather Attribution

La FMAE réveille les politiques sur la prise en compte de l’élévation du niveau...

0
Ce samedi, la Fédération Mahoraise des Associations Environnementales (FMAE) organise avec la mairie de Bandrélé et l’association 976 Sud Prévention, une nouvelle édition de la Journée mondiale du climat. L’occasion de lancer l’Observatoire du Changement Climatique de Mayotte

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...