23.9 C
Dzaoudzi
dimanche 2 octobre 2022
AccueilOcéan IndienLes Comores ont voté pour le 1er tour de la présidentielle

Les Comores ont voté pour le 1er tour de la présidentielle

Vote Comores PrésidentiellesREVUE DE PRESSE. «Pas de heurt, ni d’incident sérieux à déplorer», indique RFI qui a suivi le 1er tour du scrutin présidentiel aux Comores avec «des observateurs satisfaits du premier round».

Selon la radio internationale, «le dimanche électoral s’est déroulé dans le calme (…) dans cet archipel pauvre de l’océan Indien. La population s’est timidement mobilisée pour ce tour préliminaire de la présidentielle avec un taux de participation national avoisinant les 60%. A la fin de la journée, les électeurs étaient encore massés aux abords des bureaux de vote, attendant de connaître les premiers résultats du dépouillement.»

Quelques couacs sont tout de même à noter comme de légers retards d’ouverture de bureaux ou des électeurs ayant voté l’an dernier aux législatives qui se sont découverts inscrits dans un autre bureau.

Les dépouillements «parfois lents» se sont fait «à la seule lumière de la bougie dans certains bureaux, mais toujours dans le calme à l’instar de ce bureau à quelques kilomètres de la capitale, dans le fief du gouverneur de l’île, en lice pour la magistrature suprême», indiquent nos confrères.
La Céni devrait communiquer les résultats provisoires compilés plus tard ce lundi.

Pas de procurations

«La compilation des résultats» prend du temps constate également TV5 Monde. Les procès-verbaux devaient être acheminés, les uns après les autres à l’Assemblée fédérale «sous escorte de l’armée» après un scrutin placé sous la surveillance de dizaines d’observateurs internationaux et d’une “plateforme de veille électorale”, à l’initiative de la société civile comorienne, qui a déployé 425 personnes sur le terrain.

Le retard pris dans la distribution de 25.000 nouvelles cartes électorales et les tensions au sein de la Commission électorale (Céni) ont suscité des inquiétudes parmi les candidats. Mais «pour calmer les esprits, le ministère de l’Intérieur a interdit tout déplacement dimanche entre communes, à moins d’être muni d’un laisser-passer officiel. L’objectif est d'”éviter le double vote”, selon le ministère de l’Intérieur. A la dernière minute samedi, la Céni a aussi décidé d’interdire, afin de “préserver la paix”, les votes par procuration, source possible de fraude selon de nombreux candidats.»

“Dans le cadre de la constitution, seuls les 159.000 électeurs de la Grande-Comore étaient appelés à participer au premier tour de la présidentielle. Au second tour, l’ensemble des 301.000 électeurs de l’Union voteront. Le premier tour de la présidentielle était couplé dimanche avec les élections des gouverneurs des trois îles, pour lesquelles l’ensemble du corps électoral était mobilisé”, explique TV5.

Langues: Zourné internasional

Journée langues maternelles
3e édition du dictionnaire mauricien

A Maurice comme à Mayotte, on a célébré la journée des langues maternelles… ou plutôt la «Zourne internasional lalang maternel», explique l’Express de Maurice. Pour l’occasion, le journal évoque la 3e édition du «Diksioner Morisien» en cours de réalisation. Il doit être publié en fin d’année. Cette nouvelle édition se justifie car elle va compter plus de 10% de changements raconte le journal, soit quelque 2.000 mots nouveaux. On y trouvera par exemple le mot «royos», un équivalent de voyou, voire même de drogué.

L’expression «ne pas mélanger les torchons et les serviettes» est devenue «pa melanz kalchoul».
«Si les modifications de l’orthographe des mots, au nom de la simplification, font polémique en France, sommes-nous à l’abri de ce type de débat?», se demande l’Express. «Nous avons le grand bonheur à Maurice d’avoir une graphie qui établit un lien direct entre le son et l’alphabet», affirme les spécialistes interrogés par le journal selon lesquels «les critiques ont été prises en compte par l’Akademi Kreol Morisien».

A Maurice, «le kreol n’a pas droit de cité à l’Assemblée nationale», et n’est qu’une matière optionnelle en classe.

Un procès, 18 ans après un enlèvement

Enfin, La Croix raconte l’histoire incroyable d’une «femme jugée pour avoir kidnappé un bébé il y a 18 ans» en Afrique du Sud.

Des bouquets par centaines devant le bâtiment où Mandela appela à la construction d'une nouvelle nation "arc-en-ciel' le jour de sa libération
L’hôtel de ville du Cap

Elle n’a été confondue que l’an dernier par la famille biologique de l’adolescente… Autant dire que «l’affaire a défrayé la chronique en Afrique du Sud».

Cette femme âgée de 50 ans aurait donc enlevé un bébé de trois jours en avril 1997 prénommé Zephany, dans une maternité du Cap. «Des lycéens avaient remarqué une troublante ressemblance entre Zephany, qui entrait alors en classe de terminale, et Cassidy Nurse, une nouvelle élève de son établissement du Cap, plus jeune qu’elle.» Les parents qui n’avaient jamais abandonné l’espoir de retrouver Zephany et fêtaient chaque année son anniversaire, ont alors alerté la police. Après des tests ADN, Zephany a donc été identifiée.

«Selon la presse sud-africaine, la jeune fille, qui aura 19 ans en avril, aurait vécu une enfance heureuse et aurait toujours cru que ses parents “adoptifs” étaient sa vraie famille.»
Dans cette affaire qui a fait les gros titres en Afrique du Sud, la mère kidnapeuse risque jusqu’à 5 ans de prison. Ce sont plusieurs fausses couches successives qui auraient été la cause de cet enlèvement.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Accident mortel entre un bus et une voiture à Ironi Be

139125
Ce samedi matin, un grave accident de la route s'est produit sur la RN2 dans le centre de l'île. Un bus et un véhicule...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139125
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139125
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139125
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139125
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139125
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com