23.9 C
Dzaoudzi
dimanche 2 octobre 2022
AccueilorangeDiplômes: sept nouveaux cadres mahorais pour le secteur social

Diplômes: sept nouveaux cadres mahorais pour le secteur social

Cinq des sept nouveaux diplômés
Cinq des sept nouveaux diplômés

Il y a 2 ans, ils étaient 11 à commencer une formation certifiante comme il en existe peu dans notre département. Ce mercredi, ce sont finalement 7 salariés à être officiellement diplômés après être venus à bout d’un long processus. Ils ont désormais entre les mains un «Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Encadrement et de Responsable d’Unité d’Intervention Sociale», connu dans les secteurs du social et médico-social sous le nom de Caferuis. «On est très heureux de montrer qu’à Mayotte, Opcalia et ses partenaires accompagnent les salariés pour devenir cadres et être responsables de structures qui se développent», se réjouit Dassani Faharidine, la directrice adjointe d’Opcalia.

Ces diplômés sont issus de structures associatives bien connues: Tama, Toioussi, l’ACFAV, l’ADSM, Ounono Amaicha ou encore l’Adapei. Pendant deux ans, ils sont partis chaque mois pendant une ou deux semaines en métropole, à Tours, pour suivre cette formation. «Ces diplômés sont vraiment méritants! Parmi eux, on trouve 6 femmes qui ont pu laisser leur famille pendant des moments assez longs. Ca a été toute une organisation pour leur permettre de valider ce diplôme», insiste Dassani Faharidine.

Dans des équipes de direction

Le métier de «responsable d’unité d’intervention sociale» implique plusieurs niveaux de responsabilité. Il permet d’encadrer des équipes de professionnels, de mettre en œuvre des projets ou encore d’organiser des partenariats dans des secteurs comme la petite enfance ou le maintien à domicile par exemple.
«Certains occupaient déjà des fonctions de responsabilité, d’autres étaient simplement salariés. Tous vont maintenant pouvoir prendre une nouvelle dimension professionnelle», précise Dassani Faharidine.

Opcalia logoAu cours de leur formation, ces nouveaux diplômés ont en effet été formés à l’exercice des responsabilités car ce sont à présent des cadres intermédiaires qui sont appelés à faire partie intégrante d’une équipe de direction.

Le temps des responsabilités

Ce type de formation n’est pas si courante à Mayotte car les coûts sont très élevés. Pour parvenir à les mettre en place, il faut mobiliser de nombreux partenaires. Pour ces Caferuis par exemple, en additionnant transports, hébergements, coûts pédagogiques… Ce sont près de 200.000 euros qui ont été mobilisés. Ils ont été pris en charge par la DIECCTE, l’ARS et Unifav, un organisme qui s’occupe des formations dans les associations impliquées dans le social.

Pour autant, ces formations très chères sont appelées à se développer. Ainsi, actuellement, Opcalia encadre la fin d’une autre formation de deux ans. Elle concerne des salariés appelés à devenir préparateurs en pharmacie. Ils sont 11 à bénéficier de l’opération et doivent eux aussi mobiliser beaucoup de leur temps pour suivre la formation en métropole et à Mayotte.

«On est entrés dans une période où les Mahorais doivent se sentir capables de prendre des responsabilités. En tout cas, nous ferons tout pour donner un accès toujours plus important à des qualifications qui permettent aux salariés d’évoluer dans leur structure ou ailleurs», conclut Dassani Faharidine.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Accident mortel entre un bus et une voiture à Ironi Be

139137
Ce samedi matin, un grave accident de la route s'est produit sur la RN2 dans le centre de l'île. Un bus et un véhicule...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139137
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139137
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139137
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139137
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139137
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com