29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 décembre 2021
AccueilorangeDélinquance: la lettre de Chamassi "A ceux qui ont le pouvoir de...

Délinquance: la lettre de Chamassi “A ceux qui ont le pouvoir de décider”

Les forces de l'ordre ont repris la place de Tsoundzou aux jeunes vers 6h20
Déploiement de forces de l’ordre dans un quartier de Mayotte

On ne va pas revenir sur la situation d’une forte démographie, locale et issue de migration, débouchant sur une population de jeunes mineurs, vivant à la fois une attirance de la société de consommation, et un recul de la religion, « laissant apparaître des comportements nouveaux (alcoolisme, drogue, chimique, mangrove) qui influent sur les nouvelles formes de la délinquance juvénile. »

La concentration des étrangers en situation irrégulière « dans certains quartiers où règne en ce moment même une urbanisation sauvage (habitat précaire, construction des bangas en tôles) », pose un problème d’intégration selon Chaharoumani Chamassi, et, « sans être véritablement des zones de non droit, ces quartiers constituent, en particulier la nuit, des terrains aux conditions d’intervention difficiles. Le sentiment d’impunité s’y développe et on a vu en 2011, lors des évènements sociaux liés à la vie chère, des centaines de jeunes s’essayer à la guérilla urbaine avec succès. »

Le policier évoque dans sa lettre “A ceux qui ont le pouvoir de décider” un enchevêtrement de facteurs aggravant : « le tissu associatif très distendu, certains élus locaux déresponsabilisés, la perte d’influence des anciens garants de l’autorité (cadis, fundis, bouenis), auprès des jeunes fragilise le climat social de ces quartiers, qui peuvent voir éclater une explosion de violence sans rapport avec l’objet initial du mécontentement », comme on l’a vu à Tsoundzou 1 récemment, provoquant un décès.
 
« Pas d’anticipation des politiques de sécurité »

Le capitaine Chamassi lors d'une intervention auprès des jeunes
Le capitaine Chamassi lors d’une intervention auprès des jeunes

De plus, les caractéristiques urbaines de Mamoudzou compliquent l’exercice des misions de sécurité publique, « par l’étirement de la zone urbaine le long du littoral très allongée dans le sens nord-sud » et « peu d’éclairage public : la plus grande partie de la commune est plongée dès 18h dans l’obscurité ».
Un état de fait qui n’a pas été anticipé en matière de politique de sécurité : « Les efforts en cours et à venir de recrutement et d’équipements ne rattraperont que difficilement le décalage entre la demande sociale de sécurité et la prestation offerte. Pour autant, la relation police-population reste dominée par une forme de sérénité et de respect mutuel, mais pour combien de temps ?! »

Des solutions, il en a, une dizaine même : « Développer l’éclairage public et les infrastructures routières, Renforcer les effectifs de la justice, et ceux de la police nationale et de la gendarmerie en les stabilisant sur place en leur proposant notamment des véhicules aux vitres renforcées et protégées, Créer une compagnie départementale d’intervention (demande qui date depuis 1996), une police de proximité, Utiliser sur le terrain des policiers en civil, en binôme avec ceux venus de Métropole pour déstabiliser et surprendre les délinquants, Privilégier les concours déconcentrés, Mayotte mériterait d’être classée en zone de sécurité prioritaire, mais vu l’urgence qui s’impose, il faut parallèlement améliorer l’existant. »

Un centre éducatif fermé

Un kwassa en provenance d'Anjouan sur une plage d'îlot Mtsamboro en mars 2015
Un kwassa en provenance d’Anjouan sur une plage d’îlot Mtsamboro en mars 2015

En ce qui concerne les mineurs, il invite à mettre en place un vrai centre éducatif fermé en formant les jeunes professionnellement pour obtenir des (CAP, BEP en maçonnerie, électricien, plomberie etc ..) ou vers une reprise de circuit scolaire : « Cela peut se faire facilement en transformant les anciens bâtiments existants et non occupés  (Maisons du gouverneur de Petite Terre à Dzaoudzi et Grande Terre sur les hauts de Majimbini), et en utilisant mieux l’outil Travail d’intérêt général pour les mineurs

Enfin, il invite à repenser la lutte contre l’immigration clandestine en mettant en place « une coopération technique avec les îles voisines entre services de sécurité, et tout autre service, en privilégiant le transfert rapide d’informations et des délinquants, la création de garde côtes. » Il suggère, et c’est son dada, « le transfert de la base de la marine Nationale de Dzaoudzi à l’îlot Mtsamboro en privilégiant l’accès à l’îlot aux agriculteurs de Mtsamboro », ainsi que la mise en place de vedettes rapides de contrôle et de sauvetage. »
Mais il rappelle qu’un enfant « n’a pas de nationalité, il reste un enfant », « s’il est mal éduqué nous en récolterons tous les conséquences, bien éduqué nous en récolterons tous les fruits », et invite à « une éducation participative. »

Comme le procureur Garrigue ce mardi matin, le capitaine-syndicaliste s’adresse à qui voudra bien l’entendre: Etat, élus départementaux et communaux, parlementaires… mais qui voudra bien les entendre ?

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

DTPN, Mayotte, Laurent Simonin, PAF, POlice nationale, Cour des Comptes, Sénat

Insécurité : le commissaire Simonin met plus de “bleu dans la...

0
Davantage de moyens pour moins de policiers sur le terrain en France... la Cour des Comptes étrillait la police nationale dans un rapport dont nous nous étions fait l’écho. Profitant de la présence d’un haut fonctionnaire à la tête de notre police à Mayotte, promu au grade de commissaire général, le plus haut des commissaires, nous avons fait le point avec Laurent Simonin sur l’état opérationnel des services de la DTPN* dont il a pris la tête le 12 mars 2021
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
FMAE, Mayotte, Journée mondiale du climat, Word Weather Attribution

La FMAE réveille les politiques sur la prise en compte de l’élévation du niveau...

0
Ce samedi, la Fédération Mahoraise des Associations Environnementales (FMAE) organise avec la mairie de Bandrélé et l’association 976 Sud Prévention, une nouvelle édition de la Journée mondiale du climat. L’occasion de lancer l’Observatoire du Changement Climatique de Mayotte

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...