23.9 C
Dzaoudzi
mardi 28 juin 2022
AccueilFaits diversDe la prison ferme pour un père violent

De la prison ferme pour un père violent

Un père qui tabasse son fils dans une cours d’école avant de terminer la correction dans une salle de classe. La scène a fait réagir les adultes présents ce jour-là dans l’école primaire de Bandrélé, à tel point que le directeur a prévenu la gendarmerie.

Porte de la salle d'audience du TGI de MamoudzouLes faits se sont déroulés peu de temps après la rentrée scolaire, le 10 septembre dernier. Il est 7h30 et comme tous les jours, le directeur reçoit des parents qui le désirent lorsque il est prévenu d’une bagarre dans la cour. Il ne comprend pas tout de suite que la scène ne concerne pas deux adultes. Il voit un homme, de dos, donner des coups de poings à un 2e tombé au sol. Il comprend qu’il s’agit d’un père venu donner une leçon à son fils, âgé de 5 ans, lorsque l’homme agrippe le gamin pour le soulever.

D’autres parents tentent alors de s’interposer, le directeur lui-même se précipite. L’homme les repousse violemment en criant : «C’est mon fils, c’est moi qui sait ce que je fais de mon fils !»

Le temps que les gendarmes arrivent, le gamin a regagné sa salle de classe mais le père l’a suivi et lui assène de nouveaux coups, devant les autres enfants. Le directeur parvient à mettre la petite victime en sécurité et constate sur l’enfant des saignements, un côté de la tête enflé et des traces sur tout le corps.

Voici l’affaire que doit trancher le tribunal : jusqu’où peut aller un père pour corriger son enfant? A la barre, le père s’explique : «Ca faisait plusieurs jours qu’il n’allait pas à l’école. Il fallait qu’il comprenne une bonne fois pour toute.»
-Ca vous donne le droit de le frapper aussi violemment ? demande le juge.
-Je me suis rendu compte que c’était une erreur mais c’était trop tard. Je n’ai pas voulu lui faire de mal.

Une répétition sans fin

Le juge montre les photos des blessures et s’interroge sur des traces de fouet plus anciennes. Mais l’homme nie frapper régulièrement le petit. Il est père de 5 enfants, âgés de 5 à 19 ans et au fil de l’audience, le tribunal va comprendre les raisons qui l’ont amené à ce coup de folie. Lui-même a déjà été victime de violences répétés durant son enfance, une éducation à la dure que beaucoup ont connu à Mayotte qui serait ainsi perpétuée.

Panneau salle d'audience TGI Mamoudzou«Et en le frappant, vous n’avez pas peur qu’il prenne le chemin de la violence Vous ne craignez pas qu’il pense que frapper les autres, c’est un moyen normal de régler ses problèmes?» demande la procureure.

C’est aussi la crainte de la délinquance qui l’a amené à agir ainsi, dans un climat où beaucoup de parents perdent pied face à une jeunesse qu’ils ne comprennent pas. Mais ne pas se rendre à l’école lorsqu’on a 5 ans, cela ne fait peut-être pas d’un enfant une graine de voyou. «Il faut qu’il apprenne à vivre comme les autres», maintient le père.

Vaine pédagogie

«Il y a une différence entre le droit de correction et des violences. Quand on dépasse les limites, on passe devant le tribunal», explique Me Yanis Souhaïli, l’avocat de l’administrateur ad hoc de l’enfant. «Parce que , sans le vouloir, il arrive que des parents en étant trop violents, donnent la mort à leur enfant. On est là pour vous faire comprendre que vos actes ont été dangereux. Vous allez repartir avec l’enfant, vous allez vivre ensemble, il ne faut pas recommencer».

Même volonté pédagogique du côté du parquet. Indiquant qu’«on ne peut pas légitimer des violences sous le prétexte de l’éducation», la procureure demande 9 mois de prison avec sursis, 170 heures de travail d’intérêt général et une amende de 500 euros.

Mais face à un homme qui visiblement ne comprend pas les nuances que la cour lui explique, la sentence tombe : 18 mois de prison répartis en 6 mois ferme et 12 mois de sursis avec mise à l’épreuve, une amende de 300 euros et 500 euros de dommages et intérêts pour le petit.
L’homme a décidé de faire appel du jugement.
RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

CNB, avocats, Mayotte, Outre-mer

Quand le Conseil national des barreaux parle d’injustices

139137
Le Conseil national des barreaux (CNB) organise le jeudi 30 juin de 17h à 19h (heure de Paris) un webinaire sur le thème "Les...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mayotte La 1ère et l’audiovisuel public vent debout contre le président Macron

139137
Dans le cadre de l’ouverture de la XVIe législature au Palais Bourbon aujourd’hui, les syndicats CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC et CFTC appellent au rassemblement. Un mouvement de contestation suivi localement par la rédaction de Mayotte La Première. L’objectif, alerter les parlementaires sur la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Des perturbations des programmes sont à prévoir.
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139137
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139137
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
GIEC, Les Naturalistes, Mayotte

L’Union européenne plus présente au côté des régions ultrapériphériques pour leur développement

139137
Les conclusions relatives à la nouvelle stratégie sur les régions ultrapériphériques (RUP), proposée par la Commission en mai dernier, ont été adoptées ce 21 juin à l’unanimité par le Conseil de l’Union européenne, sous présidence française.

Le Cd 976 rend hommage à Younoussa Bamana pour les 15 ans de sa...

139137
Ce jeudi 22 juin marquera le 15ème anniversaire de la disparition de Younoussa Bamana, figure illustre de l’histoire mahoraise. L’occasion pour le président du Conseil départemental Ben Issa Ousseni de rendre hommage au M’zé : « J'ai...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com