25.9 C
Dzaoudzi
vendredi 1 juillet 2022
AccueilorangeSouffrance des ados : l’association de Marcel Rufo apporte sa compétence

Souffrance des ados : l’association de Marcel Rufo apporte sa compétence

Le professeur Marcel Rufo l’avait promis lorsqu’il était venu à Mayotte en octobre dernier, son association ADOMTOM allait poursuivre ses travaux à Mayotte. Ce fut le cas la semaine dernière où deux pédopsychiatres ont apporté leur connaissance en matière de Maison des adolescents.

Marcel Rufo était venu en octobre 2015
Marcel Rufo était venu à Mayotte en octobre 2015

Contraction des mots « ado » et « DOM-TOM », l’association ADOMTOM du professeur de renom Marcel Rufo, se penche sur les problématiques adolescentes des territoires de Guyane et de Mayotte.

Sur notre île où la moitié de la population a moins de 18ans, un seul poste de pédopsychiatre, le professeur Real, est affecté au Centre hospitalier. En l’absence de prise en charge des mineurs par le conseil départemental ces dernières années, et de la perte de repère parentaux, beaucoup de jeunes devenus adolescents sont en souffrance.

L’association ADOMTOM apporte son savoir faire, « sans transposer de modèle occidental, mais en mettant en synergie et en conseillant les acteurs déjà présents sur le territoire », précise le pédopsychiatre Guillaume Bronsard, Directeur de la Maison des Adolescents des Bouches du Rhône, et Secrétaire général de la direction nationale des Maison des Adolescents, qui a passé la semaine dernière à Mayotte. Il est accompagné de sa directrice adjointe, Nathalie Bruneau, de la Directrice d’ADOMTOM, Isabelle Tepper, et du pédopsychiatre Saïd Ibrahim, ancien élève de Marcel Rufo, qui est un peu le « fil rouge » de l’opération.

Des passerelles entre les acteurs

Guillaume Bronsard et Nathalie Bruneau, apportent leur expérience sans transposer de modèle
Guillaume Bronsard et Nathalie Bruneau, apportent leur expérience sans transposer de modèle

A Mayotte, c’est donc essentiellement le tissu associatif qui porte la pédopsychiatrie. Tama, avec son centre Dago, et Apprentis d’Auteuil, sont ainsi les partenaires privilégiés d’ADOMTOM, ainsi que le vice-rectorat avec, bien sûr, le service de pédopsychiatrie du docteur Jean-Louis Réal au CHM. « Nous construisons des passerelles entre ces acteurs », indiquent-ils. En métropole, les Maisons des adolescents sont financées totalement ou pour partie, par le département.

Pour se frotter à la réalité des adolescents mahorais, ils ont entendu une vingtaine de collégiens de Dzoumogné, « ils ont évoqué leur mal être, des faits de harcèlement, des problèmes de relations familiales, et liés à leur projet d’avenir. » Mais pour Guillaume Bronsard, rien ne sert de mettre en place une détection efficace au niveau scolaire, si la prise en charge n’est pas bordée, « il faut organiser les partenariats entre les acteurs socio-éducatifs que sont par exemple l’Aide sociale à l’enfance ou la Protection judiciaire de la jeunesse et les médecins du service de pédopsychiatrie. Et redonner sa place à la famille. »

L’envie d’aller à l’école… pas en métropole

Isabelle Tepper et le docteur Saïd Ibrahim
Isabelle Tepper et le docteur Saïd Ibrahim

Leur expérience les incite à pencher pour un schéma d’une Maison des Adolescents adossée à la pédopsychiatrie, « qui pourra ainsi prendre en charge directement les cas les plus lourds », mais aussi au vice-rectorat, « vu le nombre de demandes de scolarisation. »

A ce sujet, il est amusant de noter que les tendances sont inversées avec la métropole : « à Marseille, les adolescents et leurs familles font tout pour ne plus aller à l’école, en donnant des raisons aussi superficielles que ‘la phobie scolaire’. Ici, ils veulent tous aller à l’école », note Guillaume Bronsard qui en déduit un axiome, « on ne peut pas tout transposer », mais qui note que c’est une des particularités de l’adolescent de vouloir ce qu’il n’a pas, et de s’opposer à ce qui est imposé.

Pas de victimisation poussée

Mettre l'accent sur les jeunes à Mayotte
La moitié de la population a moins de 18 ans à Mayotte

Les deux pédopsychiatres ont une impression mitigée de leur passage d’une semaine à Mayotte : « à la fois une masse énorme d’adolescents à accompagner, mais aussi un fort optimisme chez les équipes qui travaillent avec eux. »

Un état d’esprit qui contraste avec la métropole, selon le pédopsychiatre, qui y décrit une ambiance morose, « sans doute liée à la victimisation trop poussée. » C’est en effet un des risques de la prise en charge, un piège dans lequel ils disent ne pas vouloir tomber à Mayotte, puisqu’elle n’aide pas toujours les personnes à se (re)construire, « et qui n’aide pas les vraies victimes, celles qui ont vraiment besoin d’être reconnues comme ayant subi un vrai traumatisme. »

Le passage de la délégation aura été bénéfique pour Said Ibrahim qui souligne que les personnes qui travaillent avec les adolescents sont bien souvent seuls à Mayotte et peuvent rapidement s’épuiser : « Ils ont aussi besoin d’être valorisés. » Le turn over n’arrange pas la situation, « surtout que l’adolescent a besoin de repères stables », fait remarquer Guillaume Bronsard qui évoque aussi un impact négatif sur la pérennité des collaborations entre institutionnels.

ADOTIOM va travailler à Mayotte pendant 3 ans, « avec un rythme de passage tous les trois mois », pendant lesquels ils maintiendront le contact avec un réseau qu’ils se constituent peu à peu, « pour retrouver le même groupe de fonctionnement à chacun de nos retours. »

Ils ont prévu de revenir en mars et en mai.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

La première pierre du futur “collège de l’île aux parfums” était...

139528
Parents d'élèves, entreprises, architectes mais aussi hautes instances du rectorat se retrouvaient hier à M'tsangamouji pour faire le point sur les travaux de rénovation et d'extension du collège de Mt'sangamouji. Renommé " collège de l'île aux parfums", l'établissement disposera désormais de plusieurs salles high tech pour la pratique des sciences et de la technologie, mais aussi d'une cantine capable de servir 1200 plats par jour.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
AMF, Délégation outre-mer, Mayotte

Création d’une délégation ultramarine au sein de l’Association des maires de France

139528
C'est une 1ère chez les maires de France: ils ouvrent une plage d'expression propre à leurs pairs d'outre-mer. Pour Mayotte, c'est logiquement Madi Madi Souf, président de l'AMM, qui y siège
Assemblée nationale, Mayotte, LR, LIOT, Outre-mer

Les derniers échos ultramarins de l’Assemblée nationale

139528
On sait dans quelle commission vont siéger nos deux députés mahorais. Quant au 10ème groupe politique qui devait être dédié aux députés outre-mer, LIOT, c'est une autre configuration qui émerge

Mayotte La 1ère et l’audiovisuel public vent debout contre le président Macron

139528
Dans le cadre de l’ouverture de la XVIe législature au Palais Bourbon aujourd’hui, les syndicats CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC et CFTC appellent au rassemblement. Un mouvement de contestation suivi localement par la rédaction de Mayotte La Première. L’objectif, alerter les parlementaires sur la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Des perturbations des programmes sont à prévoir.
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139528
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139528
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com