26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 juillet 2022
Accueilorange« Ô bord de la nuit » ou la folle douleur de...

« Ô bord de la nuit » ou la folle douleur de la perte d’un enfant

La compagnie Ariart de Kani Kéli avait offert un beau moment de théâtre aux spectateurs samedi dernier en programmant « Ô bord de la nuit » de la compagnie réunionnaise et malgache Kerbeton. Le sujet difficile était presque en télescopage avec notre actualité judiciaire : une femme refuse la perte de son enfant. On entre alors dans tout ce que les méandres du cerveau peuvent induire.

La rage de vouloir redonner la vie
La rage de vouloir redonner la vie

« On ne meurt pas, on devient », prévient l’auteur Vincent Fontano, qui a réussi là une mise en scène hors du commun.

« Qu’est ce qu’on peut bien faire après ça ? », aurait traduit Goldman. Une femme est effondrée dans l’obscurité, un cadavre auprès d’elle. C’est celui de son enfant. Elle vient de le perdre à l’accouchement. On le comprend à travers ses cris et sa douleur. Elle bascule peu à peu dans la nuit, pas loin de la folie, elle n’accepte pas : « tu n’es pas mort, sinon je suis quoi moi ? Je deviens quoi ? Tu n’es pas mort car une bonne mère ne laisse pas mourir son enfant. » C’est à la fois la négation de sa maternité passée et actuelle. Dans sa tête.

Car nous sommes dans sa tête, entre folie et raison, dont peu à peu celle de la voix de son fils, incarnée par un pantin, admirablement rendu à la vie par la marionnettiste, et jouée par une autre comédienne : « ton chagrin nourrit ta rage, et ta rage t’enlève le peu de force qu’il te reste pour vivre. »

« Tu as été mère bien avant ma naissance »

La voix de l'enfant, entre douleur et raison
La voix de l’enfant, entre douleur et raison

C’est donc un trio, en total désaccord au début de la pièce, qui finit par ne former qu’une personne à la fin, lors de l’acceptation de la mort, qui passe par une affirmation qui se fait peu à peu jour en elle, par le biais de son enfant, « tu as été mère bien avant que je naisse, et tu le seras bien après », et la conclusion comme un garde fou contre l’oubli, « tu diras mon nom ? Même quand d’autres enfants seront là, prendront ton amour, tu diras mon nom ? »

C’est la mise en scène qui prend le pas même sur le texte, avec cette image forte de cette marionnette que les deux comédiennes, Tolotriniaina Solomanana et Prisca Miarininina, parviennent à rendre étonnamment vivante, preuve à l’image de la,place que peut prendre un défunt. Vincent Fontano s’explique sur le thème : « cela fait longtemps que je travaille sur la peur, et la peur la plus forte c’est celle de la mort. » Mais il y a autre chose, deux autres raisons, « l’une est artistique, je voulais traduire la forte mortalité infantile que connaît Madagascar, l’autre intime, je viens d’être papa et j’ai failli perdre ma fille. » Ce qu’il met dans la bouche de la mère, il aurait souhaité qu’on le lui dise, du fond de sa détresse, « tu as été père avant, et tu le seras après »…

L’enfermement

L'acceptation... pour ne faire qu'un
L’acceptation… pour ne faire qu’un

C’est donc une écriture sur le chagrin, magnifié par cette expression d’un trio tout à fait vivant. Les publics des trois îles ne l’ont d’ailleurs pas vécu de la même manière : « le public réunionnais est plus distant, et considère ma vision comme relevant du ‘fantastique’, alors qu’à Madagascar, il est vu comme réaliste au contraire. » Et à Mayotte alors ?

Plusieurs collégiens et lycéens étaient présents samedi soir, et l’adhésion et la compréhension sont impressionnantes : « on voit que c’est une histoire vraie cette souffrance d’une mère qui perd son enfant. Je connais une maman dans ce cas, elle s’est complètement enfermée sur elle-même », témoigne l’une d’entre elles. Alors qu’un autre témoignage arrive, violent : « j’ai 18 ans, mais j’ai déjà accouché deux fois, et j’ai perdu deux fois mon enfant. Ça raconte très bien ce qu’on vit », raconte une jeune fille qui ne peut contenir son émotion.

« C’est pour cela que je l’ai écrit, j’espère faire du bien », lui répondra Vincent Fontano. Au bénéfice des habitants de Rodrigues où se jouera la prochaine représentation.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Conférence sur le thème de l’accompagnement des orphelins à Mayotte organisée...

139529
Ce dimanche, l’association DYAMA, Maison des orphelins de Mayotte organise à Mronabéja, en partenariat avec le Conseil Cadial et la Fédération des associations Islamiques...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
AMF, Délégation outre-mer, Mayotte

Création d’une délégation ultramarine au sein de l’Association des maires de France

139529
C'est une 1ère chez les maires de France: ils ouvrent une plage d'expression propre à leurs pairs d'outre-mer. Pour Mayotte, c'est logiquement Madi Madi Souf, président de l'AMM, qui y siège
Assemblée nationale, Mayotte, LR, LIOT, Outre-mer

Les derniers échos ultramarins de l’Assemblée nationale

139529
On sait dans quelle commission vont siéger nos deux députés mahorais. Quant au 10ème groupe politique qui devait être dédié aux députés outre-mer, LIOT, c'est une autre configuration qui émerge

Mayotte La 1ère et l’audiovisuel public vent debout contre le président Macron

139529
Dans le cadre de l’ouverture de la XVIe législature au Palais Bourbon aujourd’hui, les syndicats CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC et CFTC appellent au rassemblement. Un mouvement de contestation suivi localement par la rédaction de Mayotte La Première. L’objectif, alerter les parlementaires sur la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Des perturbations des programmes sont à prévoir.
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139529
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139529
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com