Le Défenseur des Droits récompense le Village d’Eva et la chorale de Mgombani

0
126

L’association mahoraise «Le Village d’Eva» reçoit un prix du Défenseur des Droits pour son projet réalisé avec la chorale de Mgombani et l’ASE: ” les enfants chantent leurs droits”. Une nouvelle visibilité pour les problèmes liés à l’enfance à Mayotte.

Fernand Beyene et Aurélie Arribat du Village d’Eva entourent Jacques Toubon, le défenseur des droits après la remise des prix
Fernand Beyene et Aurélie Arribat du Village d’Eva entourent Jacques Toubon, le défenseur des droits après la remise des prix

Il y a tout juste un an, le 20 novembre 2014, le monde célébrait le 25e anniversaire de la convention internationale des droits des enfants. A Mayotte, la place de la République vibrait avec les voix de la chorale de Mgombani dont les jeunes étaient venus chanter leurs droits.

A l’origine de l’initiative, l’association le Village d’Eva, en partenariat avec l’ASE, permettait à Mayotte de s’intégrer aux célébrations mondiales et à ces jeunes et leur public de découvrir l’ensemble de leurs droits mis en musique.

Cette belle manifestation a attiré l’attention jusqu’à Paris où le défenseur des Droits, Jacques Toubon, a remis le prix spécial d’un large jury aux représentants du Village d’Eva pour ce projet. «C’est évidemment un grand honneur de recevoir ce prix et c’est aussi une nouvelle tribune pour parler de la situation des enfants en général à Mayotte et de leurs droits en particuliers. Les gens commencent enfin à être bien sensibilisés à la situation”, se réjouit Aurélie Arribat, la présidente de l’association.

.
La chorale de Mgombani chantait les droits des enfants le 20 novembre 2014 place de la République à Mamoudzou

Des droit fondamentaux pas toujours appliqués à Mayotte

Le projet «les enfants chantent leurs droits» a été choisi parmi 110 initiatives mises en œuvre sur l’ensemble du territoire national depuis juin 2014 et labellisées par le défenseur. Toutes faisaient la promotion des droits de l’enfant. En plus de la chorale de Mgombani et du Village d’Eva, cinq autres événements ont été récompensés, symboliquement pour la journée internationale des droits des enfants 2015.

C’est ainsi un peu du travail accompli par le Village d’Eva qui se trouve distingué. L’association, qui lutte en faveur des droits mais aussi de l’accompagnement des enfants et de la lutte contre l’oisiveté, compte plus de 86 membres, 5.000 sympathisants et 3 contrats civiques.

Anniversaire des droits des enfants sur la place de la République en 2014
L’événement pour l’anniversaire des droits des enfants en 2014

Cette remise de prix est enfin l’occasion de rappeler les droits fondamentaux des enfants contenus dans la convention internationale :
Les droits civils:
-le droit à la vie
-le droit d’avoir un nom et une nationalité
-le droit à la vie privée
-le droit d’accéder à la justice
-le droit à la protection des enfants handicapés
-le droit à la non-discrimination

Les droits économiques:
-le droit à un niveau de vie suffisant
-le droit à la protection contre l’exploitation au travail (le travail forcé)
-le droit à la sécurité sociale

Les droits politiques:
-le droit d’avoir des opinions et de les exprimer (liberté d’association et de réunion, liberté d’expression, liberté de pensée, de conscience et de religion)
-le droit à la protection contre les mauvais traitements (mauvais traitements et torture)
-le droit à la protection contre la privation des libertés
-le droit à la protection contre la séparation d’avec les parents

La chorale du collège de Mgombani chante les droits des enfants
La chorale du collège de Mgombani chantait les droits des enfants

Les droits sociaux:
-le droit d’être nourri et soigné par des médecins
-le droit à la protection contre toutes les formes d’exploitation (notamment l’exploitation sexuelle), l’enlèvement et la drogue
-le droit à la protection en cas de guerre (interdiction d’être soldat avant 15 ans)

Les droits culturels:
-le droit d’être éduqué (l’enseignement primaire doit être gratuit et obligatoire pour tous)
-le droit à une information appropriée
– le droit aux loisirs (jeux, culture, activités artistiques).

RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here