Mayotte 2025, sécurité, lagon au patrimoine mondial: les premières annonces de Manuel Valls

0
149

Le Premier ministre a entamé sa visite à Mayotte par la signature du document Mayotte 2025 aux côtés du président Soibahadine Ibrahim Ramadani. L’occasion de faire quelques annonces, en particulier sur la sécurité.

Manuel Valls et Soibahadine Ramadani signent le document Mayotte 2025 et le CPER, dans l'hémicycle Younoussa Bamana
Manuel Valls et Soibahadine Ramadani signent le document Mayotte 2025 et le CPER, dans l’hémicycle Younoussa Bamana

«Mayotte a fait le choix de la France et personne ne reviendra jamais là-dessus». Manuel Valls a entamé son discours dans l’hémicycle Younoussa Bamana, ce samedi matin, en rappelant fermement que «Mayotte, c’est pleinement la France et la France, c’est pleinement Mayotte». Et pour porter cette «ambition incontestable de l’ancrage de l’île au sein de la République», le Premier ministre est venu conclure le document Mayotte 2025.

Le document est structuré en 6 points, nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détail : un cadre institutionnel performant (achever la départementalisation et rendre les collectivités plus efficaces), une éducation (formations et insertion) de qualité, un tissu économique développé, un secteur sanitaire exemplaire, un politique de l’habitat adaptée et enfin une gestion durable des richesses naturelles.
Sur ce dernier point, le Premier ministre annonce la volonté «de réfléchir et de travailler» pour inscrire le lagon au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Manuel Valls prend la parole dans l'hémicycle Younoussa Bamana ce samedi matin
Manuel Valls prend la parole dans l’hémicycle Younoussa Bamana ce samedi matin

Département et Etat, ensemble

Le 2e document, que Manuel Valls est venu signer, est le CPER, le contrat de Plan Etat-Région avec le président du conseil départemental. Ce sont 378 millions d’euros (dont 185 pour le conseil départemental) qui seront injectés à Mayotte pour les transports inter-urbains et maritimes, les équipements sportifs et culturels, les infrastructures sanitaires et sociales mais aussi des grands projets d’infrastructures : piste longue, 3e quai au port de Longoni, contournement routier de Mamoudzou.
Une somme à laquelle se rajouteront les fonds européens pour 350 millions d’euros.

«Travailler ensemble». C’est le premier message porté par le président du conseil départemental à l’adresse du Premier ministre. «La politique menée par le département pendant les cinq prochaines années sera stratège et non tacticienne», a indiqué Soibahadine Ibrahim Ramadani à Manuel Valls, pour que la coopération prime «sur toute tentation d’affrontement».

Un peloton de gendarmerie et des fonctionnaires pour la PAF

Le Premier ministre en déplacement avec les ministres de l'Education nationale et des Outre-mer
Le Premier ministre en déplacement avec les ministres de l’Education nationale et des Outre-mer

Mais le président prévient : «deux enjeux menacent toute possibilité de développement harmonieux de notre territoire». Le premier, c’est évidemment l’insécurité avec des moyens de l’Etat qu’il juge «insuffisants».
Le 2e est l’immigration clandestine qui atteint «un seuil critique». C’est probablement la première fois qu’un président de la collectivité départementale aborde, de façon aussi solennelle, ces deux questions de société essentielles.

Le Premier ministre lui a répondu. Sur la question de la sécurité, un peloton de gendarmerie supplémentaire arrivera à Mayotte dès le mois d’août. Quant à l’immigration clandestine «qui fragilise la cohésion de l’île», le Premier ministre veut «éviter les faux débats». «La loi s’applique ici comme ailleurs», a-t-il posé fermement repoussant la question du droit du sang.

"Travailler ensemble", le souhait du président Ramadani
“Travailler ensemble”, le souhait du président Ramadani

Manuel Valls annonce l’arrivée de 44 agents de la Police de l’air et aux frontières (PAF) qui pourront travailler avec le nouveau CRA (centre de rétention administrative) livré en septembre, «enfin digne de la République».
Quant à l’assouplissement du «visa Balladur», pas question de l’envisager tant que l’Union des Comores ne s’engagera pas dans une régulation des flux migratoires.

«Bouge-toi Manu !»

Davantage d’élus, le président Ramadani en demande 38 pour assumer pleinement les attributions de la collectivité unique. Le Premier ministre lui répond que cela «fait partie de notre feuille de route.»

Le Premier ministre serre les quelques mains qui se tendent vers lui aux abords du conseil départemental
Le Premier ministre serre les quelques mains qui se tendent vers lui aux abords du conseil départemental

Enfin pour les Jeux des îles, le président demande que les athlètes mahorais puissent arborer le drapeau français et gagner au son de la Marseillaise. Le Premier ministre ne s’est pas prononcé.

«On me dit, ‘Bouge-toi Manu!’ On se bouge et pas seulement Manu. Il faut que tout le monde se bouge pour Mayotte !» a conclu le Premier ministre.

Après la signature des deux documents, le convoi est parti en direction du sud, à Chirongui, où Manuel Valls, Najat Vallaut-Belkacem et George Pau-Langevin doivent visiter le groupe scolaire de Poroani.

RR
Le Journal de Mayotte

Le président Ramadani offre des souvenirs au Premier ministre
Le président Ramadani offre des souvenirs au Premier ministre
Najat Vallaut-Belkacem et George Pau-langevin regardent les cadeaux offerts par le président Ramadani
Najat Vallaut-Belkacem et George Pau-langevin regardent les cadeaux offerts par le président Ramadani
Le président du conseil départemental raccompagne le Premier ministre
Le président du conseil départemental raccompagne le Premier ministre
Le Premier ministre et le préfet en route vers Chirongui
Le Premier ministre et le préfet en route vers Chirongui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here