28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 9 décembre 2021
AccueilOcéan IndienPrésidentielles en Union des Comores: pourquoi Mayotte est concernée

Présidentielles en Union des Comores: pourquoi Mayotte est concernée

Alors que le candidat Mahorais Hakime Ali Said a réitéré sa demande de participer à une primaire, conformément à la Constitution comorienne, l’Union africaine se positionne contre la candidature de l’ex-président Sambi.

Beït El Salam, la maison du gouverneur de Grande Comore
Beït El Salam, la maison du gouverneur de Grande Comore

Les élections présidentielles en Union des Comores se tiendront en 2016. Un événement qui concerne Mayotte à plus d’un titre. D’abord parce que l’archipel est bien géologiquement formé des quatre îles, Grande Comore (Ngazidja), Moheli (Mwali), Anjouan (Ndzuani) et Mayotte (Maore). Ensuite parce qu’y vivent prés de la moitié de ses ressortissants, et que l’autre moitié a peu ou prou des liens familiaux avec ces îles.

Encore parce qu’un travail entre les quatre îles est indispensable pour solutionner leurs problèmes respectifs, et qu’une stabilité politique est indispensable.

Enfin, parce que la Constitution des Comores destine la prochaine présidence à Mayotte qu’elle considère toujours comme comorienne tout comme l’ONU d’ailleurs. En effet, le système de Présidence tournante permet à chaque île d’élire un président « pour un mandat 5 ans renouvelable dans le respect de la tournante ». Une primaire est donc organisée dans l’île concernée.

Mayotte dans et hors Constitution comorienne

Hakime Ali Said à Anjouan en novembre 2013 (Photo D.R.)
Hakime Ali Said à Anjouan en novembre 2013 (Photo D.R.)

Une tournante qui s’est déjà tenue à Grande Comore, à Anjouan et Moheli. Et qui devrait donc l’être à Mayotte. C’est pourquoi, il y a deux ans, Hakime Ali Saïd, notre confrère de Mayotte 1ère télé avait décidé de postuler à la présidence de l’Union des Comores et a appelé à la tenue d’une élection à Mayotte.

Un projet qu’il n’a pas abandonné depuis l’île de La Réunion où il vit, et où nous l’avons joint par téléphone : « les autorités comoriennes ont indiqué que Mayotte ne pourrait organiser la primaire, parce qu’elle est sous occupation française. » On voit mal en effet une délégation des îles voisines débarquer à Mayotte, confetti de la République française, pour y organiser des élections qui répondent à la Constitution comorienne.

Un blocage institutionnel qui signifie un point de non retour pour le candidat mahorais ? Pas du tout ! « Puisque la tournante se tient à Grande Comore, je m’y inscris », nous déclare-t-il. Mais il y a de fortes chances qu’elle soit rejetée car venant d’une autre île, comme risque de l’être celle de l’ex-président, l’Anjouanais Ahmed Abdallah Sambi.

Il vient d’autre part ce mercredi 3 juin d’être rappelé à l’ordre par l’Union africaine qui craint que cette candidature « remette en cause la stabilité du pays, durement acquise ».

La menace islamiste agitée

Rond point des quatre îles à Moroni
Rond-point des quatre îles à Moroni (Grande Comore)

Un autre candidat, Achifari Saïd Hachim, vient d’annoncer depuis le 8e arrondissement de Paris sa volonté de gouverner l’Union des Comores. Faut-il l’interpréter comme un signe de rapprochement des autorités françaises ? Il se qualifie en tout cas de « républicain et démocrate ».

« Déliquescence des institutions et influence islamiste grandissante », c’est ainsi que Achifari Saïd Hachim définit les présidences successives de Sambi et d’Ikililou.

L’homme de 62 ans a fait ses études à Paris, à l’Institut libre d’études des relations internationales (ILERI). Il a déjà exercé dans son pays à la fonction de ministre des Affaires Islamiques en 1994 sous la présidence de Djohar, puis ministre de la Réforme administrative en 1996 sous Mohamed Taki. Il est depuis dans l’opposition avec un parti dont le nom ne s’invente pas, la Convention pour l’Alternance démocratique et l’Interaction mutualiste, CADIM.

Auparavant, le 16 mai dernier, une réunion regroupant 5 partis représentatifs (Juwa de l’ex président Sambi, PEC, RIDJA, ZAM ZAM et CADIM) s’est tenue à Paris pour dénoncer la détérioration de la situation politique de l’Union des Comores et parvenir à proposer une candidature de rassemblement.

Le candidat Saïd Hachim parle de marasme social économique, « terreau propice à une influence étrangère », avec des « portes ouvertes à quelques pays radicaux ».

De son côté, le Mahorais Hakime Ali Saïd organisera une conférence à Mayotte le 6 juillet, date anniversaire de l’indépendance des Comores en 1975, il y aura donc 40 ans.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

  1. 526665 574935We stumbled more than here coming from a different internet page and thought I may possibly check issues out. I like what I see so now im following you. Appear forward to exploring your web page however again. 284267

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Mamoudzou et Tsingoni le 14 décembre

0
Pour cause de travaux d’amélioration du réseau de distribution, SMAE – Mahoraise des Eaux informe qu’une interruption de la fourniture en eau potable aura...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Sébastien Lecornu, Mayotte

Dans une longue lettre aux maires, Sébastien Lecornu détaille les avancées majeures de la...

0
A lire le courrier du ministre aux maires de Mayotte, on se dit que son passage n’aura pas été infructueux en août. Bien que sa visite avortée en raison de la crise des Antilles fin novembre ne lui ait pas permis d’assurer le service après vente, le ministre livre les 4 axes détaillés de la future loi Mayotte. Plusieurs n’attendront pas sa parution, annonce-t-il
FMAE, Mayotte, Journée mondiale du climat, Word Weather Attribution

La FMAE réveille les politiques sur la prise en compte de l’élévation du niveau...

0
Ce samedi, la Fédération Mahoraise des Associations Environnementales (FMAE) organise avec la mairie de Bandrélé et l’association 976 Sud Prévention, une nouvelle édition de la Journée mondiale du climat. L’occasion de lancer l’Observatoire du Changement Climatique de Mayotte

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre