26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 décembre 2021
AccueilEnvironnementÎlots, mangrove, Saziley : quel bilan après 9 ans de Conservatoire du...

Îlots, mangrove, Saziley : quel bilan après 9 ans de Conservatoire du littoral

Le Conservatoire du littoral et le conseil départemental faisaient le bilan de leur action entre 2006 et 2015 pour protéger les îlots, les mangroves et certains sites comme Saziley. Du positif et de toute évidence, encore beaucoup de travail.

Photo de famille des participants aux ateliers du conservatoire du littoral et du CD
Photo de famille des participants aux ateliers du conservatoire du littoral et du CD

«On est lancé dans un marathon», explique Catherine Latreille, déléguée de l’antenne océan Indien du conservatoire du littoral. Ce mardi, c’était donc un peu le ravitaillement dans cette course à la préservation du littoral mahorais, une épreuve avec le vent de face et où on serait prêt à autoriser le dopage.
Car les problématiques liées à la protection, l’entretien, la sécurisation, la valorisation semblent encore à leur tout début.

Il y a 9 ans, le conservatoire du littoral signait une convention avec le conseil général. Le conservatoire peut en effet acheter ou recevoir des parcelles pour les protéger mais il ne peut pas les gérer. Le CG est donc celui qui a été chargé de le faire. La convention vient à expiration le 15 juin, les discussions vont commencer pour savoir si le nouveau CD (conseil départemental) continue sur les 7 sites dont il a la responsabilité.

La carte des sites protégés par le conservatoire du littoral à Mayotte
La carte des sites protégés par le conservatoire du littoral à Mayotte

Car qui dit fin de contrat, dit bilan. Quelques données permettent de mesurer des progrès : en 2006, 5 sites protégés couvraient 920 hectares. Ils sont actuellement 18 sites sur 1.845 hectares. Ce sont 2M€ qui ont été utilisés pour acheter près de 38 ha, le reste a été transféré en gestion.

C’est évidemment deux fois mieux qu’il y a 9 ans mais cela reste très peu au regard du territoire mahorais.
«Ca reste aussi probablement insuffisant au regard de la pression démographique à venir. Dans 15 ans, on prévoit 400.000 Mahorais et il va falloir organiser l’espace pour loger tout le monde, leur donner des lieux de travail, de loisirs mais aussi des espaces naturels à transmettre aux générations d’après, avec des espèces qu’on ne trouve qu’à Mayotte», précise Catherine Latreille.

Protéger les mangroves

Les ateliers pour trouver des solutions aux problèmes concrets. Ici, l'atelier accueil du public
Les ateliers pour trouver des solutions aux problèmes concrets. Ici, l’atelier accueille du public

Dans ces conditions, tout n’a pas vocation à être protégé mais certaines zones, comme les mangroves le sont.
«500 ha de mangroves supplémentaires seront protégés d’ici la fin de l’année. On continue de discuter avec les 16 communes concernées. L’idée est de les protéger en totalité pour éviter ce qui s’est passé à une époque où, à Mayotte, on a détruit des espaces au profit d’équipements structurants. Il y a aujourd’hui un enjeu très fort pour la France qui s’est engagée sur cette question au niveau international.» A Longoni, la question pourrait donc être sérieusement posée.

Qui dit bilan dit aussi critique. Et si le début de matinée était consacré à la présentation de bilans des actions sur chaque site «pas très réalistes» selon le sentiment très largement partagé de Michel Charpentier des Naturalistes de Mayotte, la suite de la journée était consacrée à des ateliers où la parole a pu se libérer. Une critique pour changer les choses.

Crise à Saziley

pancarte saziley ©naturalistesL’atelier consacré à la conservation des milieux a permis de poser la question de l’état de Saziley, «un site qui avait la réputation de l’excellence et qui bénéficie aujourd’hui d’une image dégradée». Malheureusement pas que l’image. Problèmes de fréquentation, de déchets, de braconnage, d’insécurité, de présence de chiens qui s’attaquent aux tortues… La situation y est nettement pire qu’il y a 9 ans. Conclusion de l’atelier : «la nécessité absolue de reprendre le terrain», avec une présence humaine permanente où la maison des gardes accueillerait des acteurs associatifs, «civiques», des chantiers d’insertion… et pourquoi pas de véritables «rangers» commissionnés et armés.

Avec l’insécurité, l’agriculture sauvage est le second problème dominant sur la quasi-totalité des sites. Bananiers et maniocs continuent de prendre la place des espèces locales et parfois endémiques… y compris d’ailleurs dans certaines zones protégées.

Présence sur les îlots

Moya : un lieu aux enjeux mieux bien mieux maîtrisés qu'à Saziley
Moya : un lieu aux enjeux mieux bien mieux maîtrisés qu’à Saziley (Crédits photo: Conservatoire du littoral)

Cris Kordjee proposait avec l’atelier valorisation de «définir la capacité d’accueil des sites et de mettre en place une politique tarifaire qui s’accompagnerait de services (toilettes, accompagnement…etc.).
Réguler la fréquentation avec des protocoles précis, «rétablir l’état de droit sur l’îlot Mtsamboro», casser le cercle des mauvaises habitudes (sono et techno à fond tous les samedis soir) sur l’îlot Bandrélé… les propositions ont été généralistes ou précises mais toujours portées par des acteurs qui connaissent bien les terrains.

Enfin la question du statut de protection de certains sites était posée. Réserve «naturelle», «biologique» ou autre permet parfois de prétendre à des financements qui pourraient effectivement être une des clés pour s’attaquer à certains problèmes.
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

CFDT, Laurent Berger, Mayotte

Laurent Berger : « Il faut arrêter le rafistolage permanent à...

0
Mayotte terre de prédilection pour le syndicalisme. Les causes à défendre sont légion. Les inégalités et les injustices pleuvent au moins autant que les averses sur le CHM de Mamoudzou ce mardi, noircissant un peu plus son tableau pour Laurent Berger. Le grand patron de la CFDT* depuis 2012, nous a rapporté ses impressions de première visite sur le territoire
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan