Les DOM jugés sur leurs richesses, pas sur leur qualité de vie

0
82

A comparer les départements d’Outre-mer avec les pays européens, les premiers peuvent se réjouir. Et Mayotte, s’inquiéter…

Eurostat, qui est comme son nom l’indique l’Office statistique de l’Union européenne, vient de publier un ensemble de données permettant d’évaluer l’évolution économique des DOM français en les comparant avec la métropole et avec les autres pays européens.

Barrière corail zoomLa Fédération des Entreprises d’Outre-mer en rapporte les chiffres dans sa dernière lettre. En 2013, le Produit intérieur brut (PIB) des 5 DOM équivaut à 63,5% de la moyenne européenne, mais en y regardant de plus prés, on s’aperçoit que Mayotte tire l’ensemble vers le bas, puisqu’il n’est que de 27,4% du PIB moyen de l’Union Européenne, « prés de 6,5 fois moins riche que l’Ile-de-France ».

Nos DOM ont un niveau de vie supérieur à celui de la Sicile, et juste en dessous de celui de la Pologne. Des leçons sont certainement à prendre du côté de l’Espagne ou du Portugal, où le fossé avec leurs DOM est plus réduit : à 71 % de la moyenne européenne aux Açores, 74,4 % à Madère et 80,4 % aux Canaries.

« Mayotte reste la région la plus pauvre d’Europe », constate la Fedom après lecture de la publication, alors que la Martinique possède un PIB supérieur à celui de la Grèce, la Guadeloupe au niveau de la Lituanie et au dessus de la Sardaigne, La Réunion (65,8%) est à un niveau comparable à la Hongrie, et la Guyane (53,4%) juste en dessous de la Roumanie. N’oublions pas que le 101ème département ne l’est que depuis 4 ans, bien qu’il soit français depuis 1841.

La Martinique aussi riche que le LimousinBacocos

Le plus intéressant à observer est l’évolution des outre-mer français : entre 2006 et 2013, la Martinique et la Guadeloupe ont poursuivi leur rattrapage, et dans une moindre mesure La Réunion et la Guyane, puisque leurs PIB se rapprochent de celui de la moyenne européenne.

Une nuance cependant, ce rattrapage prend place dans une configuration de faible croissance nationale et européenne, traduite par la baisse du PIB de l’ensemble des territoires qui la composent. Ainsi, comme le cite en exemple la Fedom, « la région la plus pauvre de France métropolitaine, le Limousin, qui est passée de 88,6 % à 80,1 % de la moyenne se trouve désormais presque rattrapée par la Martinique ».

Des données qui appuient la lutte du CREFOM, Conseil représentatif des Français d’outre-mer de Patrick Karam, en faveur d’une « égalité réelle » entre les territoires.

Malgré ses mauvais résultats, Mayotte avait un atout qu’elle est en train de perdre avec l’insécurité, celui de la qualité de vie malgré la misère, liée à l’accueil de ses habitants.

Une donnée fait d’ailleurs l’objet d’une autre étude de Eurostat : celle de la qualité de vie dans l’Union européenne. Il est désormais communément admis que le PIB ne vaut rien sans l’évaluation du bonheur de vivre de ses habitants.

Publiée ce 1er juin, l’étude met en avant un ensemble d’indicateurs : relations personnelles, logement, durée des trajets, cadre de vie, emploi, etc. Avec ces règles du jeu, ce sont les pays scandinaves et la Suisse qui font figure de paradis, la France se classe dans la moyenne européenne avec 7 sur 10, mais est dépassée par la Pologne et la Roumanie.

Il est dommage qu’elle n’ait pas été poussée jusqu’aux territoires ultramarins.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here