A Mamoudzou à vélo, on dépasse les autos

0
204

En attendant que la ville se dote de pistes cyclables, un jeune entrepreneur a déjà mis sur le marché la location de vélos électriques, les « e-vélos ». Il transforme les déplacements dans la ville chef-lieu, le tout sans sueur !

L'entrepreneur Dhinouraini Mohamed et Hamissi Mohamed, Direction développement durable à la mairie
L’entrepreneur Dhinouraini Mohamed et Hamissi Mohamed, Direction développement durable à la mairie

Désengorger le centre ville des embouteillages matinaux, combattre les maladies liées au surpoids, se réconcilier avec le sport et se rendre rapidement à son bureau le matin, voilà tout un tas de raisons pour se mettre à l’e-vélo. La bicyclette électrique permet en outre de ne pas transpirer, nous l’avons testée pour vous !

Au premier coup de pédale, on a de suite la main sur la manette des plateaux, prêt à basculer sur le plus petit, puis, comme par magie, le vélo avance tout seul. Enfin presque tout seul, car il faut entretenir l’effort du moteur électrique en continuant à pédaler légèrement. La côte qui mène de la rue du Commerce au conseil départemental est ainsi avalée en trois coups de pédale !

Cette révolution, c’est à Dhinouraini Elkader qu’on la doit. Ce moniteur d’auto-école a eu tout le loisir de râler contre les bouchons, et le temps d’observer les habitudes de transport : « il faut d’urgence trouver une alternative aux véhicules et changer nos modes de déplacement. J’en ai déduit qu’en proposant des vélos en location, la population pouvait adhérer à un moyen de déplacement pas cher. »

Déplacer l’activité centralisée à Mamoudzou

Projet de transport de la mairie : les  bicyclettes et deux roues, à l'extérieur de la route
Projet de transport de la mairie : les bicyclettes et deux roues, à l’extérieur de la route

Il en parle aux élus qui soutiennent moralement le jeune homme, « cela correspond à notre projet de transports en commun en site  propre», appuie le 2e adjoint au maire Moindjie Mohamed en charge du Déplacement, « un projet à 90 millions d’euros pour lequel l’Etat participe à hauteur de 10% ». Il tourne autour de la diversification des transports, « les transports en commun, le covoiturage, le vélo, le maritime, tout doit être envisagé », pour l’élu. Mais aussi sur la délimitation de zones rouges ou bleues qui rendront le stationnement payant.

L’aménagement de la signalétique, dont les pistes cyclables, reviendra à la mairie, mais selon Moindjie Mohamed, l’Etat et le département doivent aussi participer, notamment à travers le SAR (Schéma d’aménagement régional), « en proposant un aménagement du territoire qui déplace une partie de l’activité économique de Mamoudzou. Il est envisagé de positionner Chirongui et Dzoumogné comme pôles d’équilibre ».

Un parc de 26 vélos pour commencer
Un parc de 26 vélos pour commencer

Les vélos sont proposés à la location à Cavani, après la BDP sur la droite, en face de Masterehi pizza. « J’ai une flotte de 26 vélos neufs, tous achetés avec mes fonds propres », indique Dhinouraini Elkader. Une caution est demandée pour toute location qui vous coûtera 9€ pour 1/2 journée, 15 € à la journée, 70 € la semaine, et 175€ si vous voulez tester un mois de ce moyen de transport non polluant, et vous jouer des embouteillages du rond point de la barge ou de la rue du Commerce…

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here