24.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
AccueilEconomieMahamoud Azihary n’est pas reconduit à la tête de la SIM

Mahamoud Azihary n’est pas reconduit à la tête de la SIM

A l’issue du conseil d’administration de la Société immobilière de Mayotte (SIM), le directeur Mahamoud Azihary n’a pas été reconduit dans ses fonctions. Les membres du collectifs Bassi Ivo ont fait entendre leur mécontentement.

Mahamoud Azihary avec Faouzia Kordjee qui lui a dit toute sa fierté
Mahamoud Azihary avec Faouzia Cordji qui lui a dit toute sa fierté

Le conseil d’administration de la SIM était très attendu ce matin. Entre autres questions, il devait décider de l’avenir de son directeur général, Mahamoud Azihary, depuis 10 ans à la tête d’une société qu’il a largement contribué à redresser. La réunion qui a duré toute la matinée a scellé le sort du directeur: à 8 voix contre 2, Mahamoud Azihary n’est pas reconduit dans ses fonctions.

 «Je laisse un outil indispensable et performant à Mayotte. Je laisse à la SIM des cadres bien formés, des Mahorais, de Mzungus, des jeunes, des moins jeunes, des hommes, des femmes, une belle diversité, une belle équipe, un beau siège», a déclaré visiblement ému le directeur de la SIM.

Bacar Ali Boto au 3e étage, pris à partie par Faouzia Kordjee depuis le rez-de-chaussée
Bacar Ali Boto au 3e étage, pris à partie par Faouzia Kordjee depuis le rez-de-chaussée

«Je suis arrivé Place Mariage et je n’avais jamais travaillé dans un lieu aussi moche que l’ancien siège. Je me suis battu avec l’Etat pour que nous ayons de bonnes conditions de travail et quand j’arrive dans le nouveau siège, on me dit ‘sort de là’ ! Humainement, il y a quelque chose qui vous émeut. Il y a aussi une certaine humiliation», a confié Mahamoud Azihary.

Le vote des élus mahorais

Ce conseil d’administration s’est déroulé, selon les mots de la présidente Ramlati Ali, «dans le calme, la sérénité, la courtoisie». Relevant que les Mahorais avaient 5 voix dont celle, prépondérante, de la présidence, Ramlati Ali a fait valoir que le résultat du scrutin aurait pu être différent.
Les huit voix contre Mahamoud Azihary ont en effet été celles des représentants de l’Etat et des institutions publiques mais aussi celles des trois représentants des élus mahorais.

Le collectif Bassi Ivo avait appelé à un rassemblement devant le siège de la SIM
Le collectif Bassi Ivo avait appelé à un rassemblement devant le siège de la SIM

Mahamoud Azihary s’est fait assassin : «Les élus trahissent une certain volonté mahoraise. Ils le font en disant que sinon, ils n’auraient pas les aides de l’Etat. Quand vous avez un territoire, où vos projets de développement sont conditionnés à votre capacité à être docile, je ne sais pas où nous sommes».

La colère de Faouzia Kordjee

Depuis le début de la matinée, devant le siège de la SIM, Bassi Ivo avait rassemblé une centaine de personnes pour soutenir Mahamoud Azihary. Des femmes leaders étaient présentes et également de nombreux petits artisans du bâtiment. «Nous défendons notre chef. Oui, on considère Mahamoud Azihary comme notre chef. Il a permis à beaucoup d’entre nous de travailler et de nous développer», explique Hamada, artisan maçon qui a obtenu des chantiers à Cavani, Trévani ou Koungou.

Alors que le sort de Mahamoud Azihary était joué, ces manifestants sont entrés dans le hall du siège de la SIM pour faire entendre leur réprobation. Et c’est la colère de Faouzia Cordji contre les élus qui a raisonné longuement dans le siège de la SIM. Contrairement aux représentants de l’Etat, copieusement hués à la sortie, les élus n’ont pas affronté la centaine de personnes rassemblés. Ils sont sortis par l’arrière du bâtiment.

Les inquiétudes du président

Le rassemblement de Bassi Ivo
Le rassemblement de Bassi Ivo

Mahamoud Azihary est directeur général pour encore une quinzaine de jours. Et c’est naturellement au futur de la SIM et de la présidence que l’on pense déjà.
«J’ai quelques inquiétudes quant à l’avenir de la société. J’espère qu’elle sera profitable au développement de Mayotte», indique Mahamoud Azihary, mettant en avant ses divergences de vues avec ceux qui voudraient des constructions de masse qui ne seraient pas de qualité.

Ramlati Ali a confié au JDM souhaiter que le futur directeur soit Mahorais, «mais pas le premier qui passe. Quelqu’un qui ait fait ses preuves et qui soit en mesure de relever le défi.»

A l’issue de ces heures de grandes tensions, le dernier mot du directeur Azihary a été pour la jeunesse. «Il ne faut pas que les jeunes se découragent. S’ils en ont les moyens, ils doivent poursuivre des études longues pour le développement du pays. Il ne faut pas qu’ils disent que s’ils reviennent ils seront cassés, humiliés», a-t-il conclu.
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Eric Dupond-Moretti, Mayotte, environnement

Mayotte Nature environnement demande au ministre de la Justice une “réponse...

0
Forte de ses 25 associations, la Fédération Mayotte Nature environnement (FMNE) interpelle le garde des sceaux Eric Dupond-Moretti à quelques jours de sa visite, sur son credo, les atteintes à l'environnement
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan