26.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilorangeLe sport à Mayotte, nouveau gisement d’emplois

Le sport à Mayotte, nouveau gisement d’emplois

Une toute jeune association va proposer aux clubs et associations sportives de Mayotte de s’offrir les prestations de professionnels diplômés, à la carte, pour développer leur activité. Comme en Guyane, le système pourrait créer beaucoup d’emplois.

Habib Ben Chadouli, président de l'association Sport Mayotte ce jeudi 30 avril à la case Rocher
Habib Ben Chadouli, président de l’association Sport Mayotte ce jeudi 30 avril à la case Rocher

L’Association Sport Loisirs Animation n’a pas encore six mois et elle suscite déjà beaucoup d’espoirs. Avec elle, le sport pourrait s’imposer comme un des secteurs fortement créateurs d’emplois. Habib Ben Chadouli, le fondateur de la structure était invité ce jeudi par Seymour Morsy lors de la signature de la convention d’objectifs avec le Comité régional olympique et sportif. Pour le préfet, toujours ravi de pouvoir valoriser des expériences “po-si-ti-ves”, pas question de rater une telle occasion.

L’idée est de professionnaliser le secteur du sport en créant une plateforme qui va proposer des salariés aux clubs et aux associations en fonction de leurs besoins. « Nous voulons apporter les services qui manquent actuellement. Dans le sport, le bénévolat reste la règle mais la structuration des activités et l’amélioration des prestations passent par une professionnalisation», explique Habib Ben Chadouli.

Le terrain de football gonflable déployé par la ligue de Mayotte pour la fête du sport
Le terrain de football gonflable déployé par la ligue de Mayotte pour la fête du sport

La structure propose donc de mettre des personnes formées et brevetées à disposition de plusieurs clubs. «Un club aura peut-être besoin de 4 heures, un autre de 6 heures… On répartit l’emploi du temps au professionnel dans plusieurs clubs, car ils ne pourraient pas embaucher quelqu’un en restant seuls de leur côté», précise Habib Ben Chadouli.

Déterminer le besoin global

Les choses vont se faire de manière méthodique mais elles ne vont pas trainer. Dans un premier temps, très court, la structure va boucler un diagnostic des besoins en rencontrant les associations. L’idée est de déterminer un volume horaire global sur Mayotte des besoins, par sport et par profession. Cela peut être, encadrer des jeunes le week-end pour 4 heures hebdomadaires, assurer des cours dans une école de hand pour 3 fois 2 heures, faire des démarches administratives ou de la comptabilité… «C’est à toutes les associations de dire quels sont leurs besoins pour développer et professionnaliser leur activité».

Ensuite, viendra l’heure des choix. «On ne pourra pas satisfaire tout de suite toutes les disciplines et toutes les demandes. Mais si on détermine un besoin de beaucoup d’heures sur une discipline, on lancera très vite des appels à candidature pour des recrutements immédiats», explique Habib Ben Chadouli. Ce sont donc des diplômes et des brevets d’Etat ou des BPJEPS qui sont visés.

Habib Ben Chadouli, entouré du directeur de la DJSCS, de Madi Vita du Cros et du préfet de Mayotte Seymour Morsy
Habib Ben Chadouli, entouré du directeur de la DJSCS, de Madi Vita du Cros et du préfet de Mayotte Seymour Morsy

Quatre emplois tout de suite

Quatre personnes vont pouvoir être recrutées tout de suite grâce à l’engagement du conseil départemental et de la DIECCTE (direction du travail) pour 52.000 euros chacune et de la DJSCS* avec des dispositifs d’aide à l’emploi. L’association va ensuite s’appuyer sur un budget qui sera gonflé par la facturation aux clubs. Car ces prestations seront évidemment payantes, avec un prix qui dépendra du niveau de qualification du professionnel mobilisé.
Et comme les associations sportives ne pourront, pour la plupart d’entre elles, régler la facture, les mairies seront appelées à mettre la main à la poche.

Au final, le système repose donc sur des mairies qui subventionnent les clubs sportifs de leur commune pour créer des services, de la pratique sportive et de l’emploi, le tout amorcé par les subventions de l’Etat et du département… Le système est séduisant et Habib Ben Chadouli est persuadé de sa réussite. Il aime d’ailleurs évoquer l’exemple de la Guyane où une structure équivalente a généré pas moins d’une centaine d’emplois.
RR
Le Journal de Mayotte

*DJSCS : Direction Jeunesse et sport et cohésion sociale

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139126
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139126
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139126
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139126
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139126
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com