La Légion étrangère affiche ses valeurs à Mayotte

0
371

Après être passée à Madagascar et aux Comores, c’est à Mayotte que s’installe la Légion étrangère en 1973. Le chef de corps nous a reçu alors que c’est ce jeudi qu’est fêté Cameron, le symbole de ses valeurs. Il a brièvement commenté le revirement sur le budget de la défense.

Rencontre avec le Lieutenant-colonel jean de Mesmay
Rencontre avec le Lieutenant-colonel Jean de Mesmay

L’histoire de la Légion dans la région est étroitement liée à l’intérêt de la France pour l’océan Indien. Le potentiel commercial qu’offre l’Asie l’incite à se tourner vers ces liaisons maritimes, et c’est en 1664 que Colbert crée la Compagnie des Indes. Louis Philippe n’avait pas encore donné naissance à la Légion étrangère, cette unité formée d’étrangers au service de la France en 1831, pour épauler l’armée dans la conquête de l’Algérie.

Dans l’océan Indien, la première implantation se fait à Madagascar en 1839. C’est depuis Madagascar qu’arrivera d’ailleurs à Mayotte en 1967, la 2ème compagnie du 3ème régiment d’infanterie, alors qu’elle ne venait qu’épisodiquement.

Elle se mue en DLEC, Détachement de la Légion étrangère des Comores en 1973, puis gagne le « M » Mahorais avec l’indépendance des Comores. Les premières tentatives d’émancipation de la dépendance comorienne conduisent d’ailleurs à créer une petite usine de dessalement, “Le Bouilleur”, qui fournissait Petite Terre en eau potable.

Le Détachement de la Légion Etrangère de Mayotte compte actuellement 300 militaires, « un tiers de permanents, les autres sont des ‘tournants’, qui arrivent de tous les régiments de France, pas nécessairement de la Légion », explique le Lieutenant-colonel Jean de Mesmay, chef de cors du DLEM.

Une section tenait l’aéroport en 2011

La station de desalinisation "Le Bouilleur"
La station de dessalinisation “Le Bouilleur”

Il nous reçoit dans son bureau à la veille de la célébration de Camerone* : l’histoire de cette 3ème compagnie de soixante hommes qui, en 1863, combattit sous les ordres du capitaine Danjou une armée de deux mille Mexicains pour défendre du matériel et des munitions. Surtout celle de la douzaine de légionnaires qui poursuivit le combat, malgré le décès de leur chef, et synthétise là les valeurs militaires « du culte de la mission, de la fidélité à la parole donnée et de la force d’âme ».

C’est sous ces valeurs que la Légion effectue ses missions à Mayotte : la souveraineté de la France sur l’île et sur les Glorieuses, la capacité d’intervention en cas de troubles dans les pays voisins et, en cas de besoin, l’évacuation des ressortissants français ou européens.

Mais elle est aussi un acteur de la coopération régionale, sous réserve de relations diplomatiques favorables : « tous les deux mois, nous partons former les soldats Malgaches et Comoriens », souligne le chef de corps, « nous avons repris à Madagascar dès la reconnaissance du gouvernement par la France ».

La Légion est la force d’intervention susceptible d’intervenir auprès de la population mahoraise en cas de cyclone, ou lors d’événements en renfort de la gendarmerie : « en septembre 2011, une section tenait l’aéroport pour le sécuriser. »

Pas de femmes

Exercice d'évacuation par le DLEM en 2010
Exercice d’évacuation par le DLEM en 2010

Son chef direct est à La Réunion : le général de brigade Franck Reignier, commandant des Forces armées de la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI). Il vient d’ailleurs d’arriver à Mayotte pour les festivités* qui s’étalent sur deux jours, « nous attendons prés de 8.000 personnes », glisse Jean de Mesmay.

Ce sera le 152ème anniversaire d’une fête intrinsèquement liée au Légionnaire pour ses valeurs : on dit même ‘Faire Camerone’ chez les képis blancs pour symboliser le respect de la parole donnée et l’acceptation du sacrifice.

Pas beaucoup de femme dans cette histoire : « il n’y en a jamais eu dans la Légion pour deux raisons, nous n’avons pas de problèmes de recrutement et toutes les cultures étant représentées, la représentation de la femme n’est pas la même d’un pays à l’autre », rapporte le lieutenant-colonel. Elles sont 20 à faire partie des militaires tournants actuellement.

Les relations sont plutôt bonnes avec la population à l’entendre, « on ne sent jamais d’hostilité. La Légion fait partie de la vie mahoraise depuis 1965. » Même la pénible affaire de la tête de cochon n’a pas entaché l’image, « j’étais toujours en tenue sur la barge, et on me saluait de la même manière ». Le tiers de Légionnaires permanents vit sur Petite Terre en famille, pour un séjour de 2 à 3 ans.Affiche Camerone

Hasard du calendrier, le président Hollande vient de trancher quant aux coupes sèches prévues dans le budget des armées : il n’y en aura pas, et 3,8 milliards d’euros sont même annoncés sur 4 ans. « Nous en aurons des miettes, mais le fait que les 7.000 hommes soient maintenus nous permettra de garder nos effectifs », commente le militaire qui commande aussi la Marine nationale à Mayotte.

La devise de la Légion « Pericula ludus » (Au danger mon plaisir), aide à comprendre le parcours du chef de corps de la Légion : les terrains de combats en Yougoslavie, la Centrafrique, le Gabon, Djibouti, le Kosovo, « et dans la région proche s’il fallait en cas de séisme dans les îles voisines ». Le DLEM est par exemple intervenu pour rapatrier Bob Denard des Comores en 1995.

Les stands sont à poste, les légionnaires sont prêts à accueillir la population pour faire la fête, leur fête.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* Présidée par le général de brigade Franck REIGNIER commandant les Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien, en présence de monsieur Seymour MORSY préfet de Mayotte et de nombreuses autorités civiles et militaires, cette cérémonie se déroulera le jeudi 30 avril 2015 à 9h, devant l’hôtel de ville de Dzaoudzi-Labattoir.
Elle comprendra les phases suivantes
– Les honneurs à l’étendard et la revue des troupes,
– Une remise de décorations,
– Le récit du combat de CAMERONE,
– Un défilé dans la rue du commerce.
Les festivités se poursuivront à partir de 11h avec l’inauguration de la kermesse où la population mahoraise de toute l’île est cordialement invitée : De nombreux stands de restauration, des stands d’animation des exposants, des présentations et des jeux.
Jeudi 30 avril 2015
11h00 : 21h00 : Kermesse au DLEM
21h00 : 02h00 : Bal du Légionnaire avec l’élection de miss Képi Blanc
Vendredi 1 mai 2015
11h00 : ouverture de la Kermesse
16h00 : tirage de la tombola
21h00 : fermeture

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here