27.9 C
Dzaoudzi
lundi 17 janvier 2022
AccueilEducationSemer les graines des futurs infirmiers, sages-femmes ou médecins

Semer les graines des futurs infirmiers, sages-femmes ou médecins

Proposer aux jeunes de s’engager dans des filières en besoin de personnel à Mayotte, du médecin à l’assistant, en passant par le sage-femme, c’est une première du lycée Younoussa Bamana de Mamoudzou.

Le docteur Bayonne et Massoundi Omar
Le docteur Bayonne et Massoundi Omar

Mayotte, désert médical. Pour dépasser le constat, des mesures d’incitations financières ont été pensées. Elles n’ont pour l’instant drainé que des mercenaires, des praticiens qui arrivent sur le territoire pour 3 mois sans implication dans la politique de santé à moyen terme. Peu de travail a été fait en amont pour sensibiliser les jeunes de l’île à ces métiers de vocation.

C’est ce qu’a voulu impulser le docteur Bayonne, déjà moteur d’une formation qualifiante pour les professionnels l’année dernière, en proposant au lycée Bamana de Mamoudzou une matinée d’information ce jeudi matin.

Il a reçu l’oreille attentive du Conseiller principal d’Education, Michel Bouchaib, avec qui il a organisé l’accueil de cinq professionnels de la santé : « il s’agit de répondre aux interrogations des jeunes et inciter à introduire une première année de médecine à Mayotte », glisse Laurent Bayonne.

Massoundi Oumar pour commencer, le sage-femme qui à Mayotte n’hésite pas à informer sur sa profession et son parcours. La première interrogation passée sur un homme qui exerce une profession marquée au fer rouge comme exclusivement féminine, « on l’a d’ailleurs rebaptisée ‘mailloteur’ », les questions fusaient parmi les huit classes de première et terminale S, surtout après avoir entendu qu’il fallait suivre la première année de médecine : « on a le temps pour le sport ou les loisirs ? ».

Des astuces… et du travail

Une majorité intéressée par les métiers de la santé
Une majorité intéressée par les métiers de la santé

Catégorique la réponse fuse, « non ! je n’ai fait que travailler. » Et Massoundi Oumar revenait sur son parcours personnel : la primaire et le collège à Chiconi, le lycée à Sada conclu par un bac S, « sans mention, mais je savais que je pouvais faire mieux. En première année de médecine, 70% des étudiants prennent des cours supplémentaires pour y arriver, certains coûtent autour de 5 000 euros. J’ai demandé à un ami de me les passer, et j’ai travaillé sans relâche. C’est un marathon, mais je l’ai eu ».

Les mieux classés passent en 2e année de médecine, les autres bifurquent. Des questions portaient sur les matières, « ce sont les mêmes qu’au lycée ? ». « Pas du tout. Quand vous passez un cours sur la composition de la cellule, nous passons 20h uniquement sur la membrane ! ». Des exclamations ponctuaient cette projection dans le monde étudiant, les stylos s’affolaient sur les papiers, et pratiquement tous les doigts se levaient pour assurer d’une motivation pour ces études. Encourageant de l’avis des organisateurs.

Le salaire ne fait pas l’homme

Animation du CPE en présence de Frédéric d'Achery
Animation du CPE en présence de Frédéric d’Achery

Bien sûr certains nez se tordaient lorsque le sage-femme parlait des quatre années suivantes pour valider le diplôme, et c’était carrément des exclamations qui accueillaient le chirurgien dentiste et le docteur Abdeli Ouadah, ophtalmologiste, lorsqu’ils évoquaient les 7 ans de tronc commun de médecine, ajoutés aux 5 ans de spécialisation… « Mais vous êtes payés pendant ces 5 années, vous êtes interne ! ».

De salaire, il en fut beaucoup question dans les échanges, des 2 000 euros touchés par un(e) sage-femme à l’hôpital, aux plus de 6 000 euros en libéral, pour finir par les 85 000 euros d’un médecin généraliste ou des 120 000 euros d’un spécialiste. « Mais ne regardez pas le salaire, aimez ce travail. Parce qu’il faut pouvoir trouver de l’énergie quand vous avez 20 ou 30 patients par jour », recommandait le docteur Ouadah.

Des élèves intéressés
Des élèves intéressés

Parfois les questions partaient dans tous les sens, preuve que ces jeunes n’ont pas encore toute la connaissance nécessaire pour envisager leur « post-bac ». Mais il permettait au CPE de rebondir par exemple vers d’autres domaines, « vous pouvez aussi tenter médecin militaire, c’est moins compliqué ». Porter haut l’espoir sur une île où l’on a tendance à sous-estimer ses possibilités, voilà qui est moteur.

De même que l’assistante dentiste présente à cette matinale d’information, faisait l’objet d’intérêt : « vous pouvez le devenir grâce à la validation des acquis de l’expérience, sous réserve d’avoir exercé 3 ans dans un cabinet, et d’être jugé d’un niveau suffisant ».

Tous ne finiront pas médecins ou infirmiers, mais si quelques élèves ont pu trouver une motivation, le pari est gagné, « surtout qu’il faudra revenir travailler sur votre île, les besoins sont énormes », concluait Michel Bouchaib.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Labattoir ce lundi pour cause de travaux

139528
Pour cause de travaux de dévoiement du réseau de distribution, la Mahoraise des Eaux informe qu’une interruption de la fourniture en eau potable aura...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139528
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139528
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...

« Le compte n’y est pas » : les élus rejettent le projet de loi...

139528
C’est à la suite d’une consultation « sans précédent » des forces vives de l’île tel que l’annonce le président Ben Issa Ouseni, qu’a été prise la décision de retoquer le projet de loi...

Après plusieurs années, où en sont les travaux de la salle de cinéma Alpa...

139528
Cela fait déjà plusieurs années que l’idée de se faire une toile à Mamoudzou relève du fantasme pour nombre d’habitants. Depuis la fermeture, les travaux auront été nombreux, et à ce jour, restent inachevés....

Avec le “vaccin expérimental”, Mansour Kamardine inocule le “désarroi” à Olivier Véran

139528
La question du député LR au gouvernement fait le buzz. Mansour Kamardine estime que les vaccins anti-covid sont inoculés à un stade "expérimental". Il a demandé au ministre de la Santé "combien de doses" il faudrait pour chaque Français. Olivier Véran a exprimé son "désarroi", considérant le député "isolé" et dénonçant ses propos "alors que des milliers d'humains ont été vaccinés et que le vaccin sauve des vies"
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com