27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 décembre 2021
AccueilEconomieEn 2015, Mayotte doit poursuivre ses efforts

En 2015, Mayotte doit poursuivre ses efforts

L’appréciation donnée par l’IEDOM* (délégation de la Banque de France) à Mayotte pour son économie balançait entre le «peut mieux faire», et la session de rattrapage, ce mardi après-midi. Pour la première fois, on connaît un peu mieux le panel d’entreprises mahoraises.

Yves Mayet mettait en évidence le flou sur les finances des collectivités
Yves Mayet mettait en évidence le flou sur les finances des collectivités

Une conférence argumentée, qui ne se contentait pas de chiffres, mais donnait, avec les moyens du bord, une perspective sur les années 2014-2015.

On connaît la spécificité de notre économie : duale, avec ses deux secteurs formel et informel « qui ne sont pas quantifiés », souligne en le déplorant Ali Charif Daoulab, chargé du suivi économique à l’IEDOM, et basée sur des dépenses et des transferts publics de la métropole, déséquilibrée « parce qu’inégalitaire en terme de revenu, et de répartition géographique ».

Ses moteurs de croissance sont la consommation des administrations et des ménages, et la commande publique (des collectivités, mairies, conseil départemental).

Quels moyens pour les communes ?

Ali Charif Daoulab dépeignait une économie marquée par la déficience d'investissement
Ali Charif Daoulab dépeignait une économie marquée par la déficience d’investissements

Sur 2014, aucun miracle n’était à attendre en cette année de transition fiscale et institutionnelle, il n’y en eut d’ailleurs pas : l’inquiétude des chefs d’entreprises a été inconstante, mais prend sa source dans le manque de visibilité sur l’évolution de la conjoncture à court terme, un peu comme en métropole, « mais aggravée par la méconnaissance de ce que sera le budget des collectivités, et donc l’importance de leur dépense publique », fait remarquer Yves Mayet, le directeur de l’IEDOM Mayotte. La fermeture d’un an du greffe a également différé l’éclosion de projets.

Les investissements des grosse entreprises auront été essentiellement tournés vers le renouvellement de l’outil de production.

C’est toujours la consommation des ménages qui porte l’économie. Autrefois explicable par les augmentations successives du SMIG en convergence vers le métropolitain, on peut considérer que l’indexation dont ont bénéficié les fonctionnaires, y a contribué, avec +10,6% de vente de véhicules neufs en plus qu’en 2013 et des crédits à la consommation en hausse de 14%. L’inflation, plus importante qu’en métropole, se cantonnait néanmoins à 0,9%, portée par les produits alimentaires.

On connaît les chiffres de l’emploi par l’INSEE, avec un taux de chômage de 19,6% au sens du Bureau international du travail (BIT), soit 10 500 demandeurs d’emploi, « mais avec un fort halo de population en âge de travailler qui n’est pas inscrite ».

L’économie ne peut pas tout absorber

Des entreprises qui oscillent entre stabilité et vulnérabilité pour Bénédicte Daubin
Des entreprises qui oscillent entre stabilité et vulnérabilité pour Bénédicte Daubin

Et on pourra tordre le marché de l’emploi dans tous les sens, « il est illusoire de croire que sur 10 ans le potentiel économique mahorais permettra d’absorber le nombre de jeunes arrivant chaque année sur le marché du travail », glisse Yves Mayet. Ce qui ne doit pas décourager les énergies créatrices…

La collecte d’épargne est en augmentation, « le meilleur chiffre de l’histoire du département avec prés de 50 millions d’euros, soit 12% en plus de dépôts à vue qu’en 2013 », se réjouit Watwan Tavanday, en charge des établissements de crédit et monétaire.

Une bonne nouvelle d’autant qu’on ne peut pas dire qu’elle se constitue au détriment de la consommation. Mais bonne nouvelle pour les banques surtout, puisque les chiffres montrent qu’elles prêtent plus qu’elles ne le peuvent, et sont donc obligées de se refinancer auprès de leur maison mère. Ce qui théoriquement doit accroitre les taux de prêt, « pas tant que ça soutient Yves Mayet, au regard du peu de liquidités qui circulent justement. »

4100 entreprises… toutes petites

Grande nouveauté, l’IEDOM propose cette année un panorama des entreprises, en quantité et qualité. On savait les chambres consulaires (CCI, CAPAM et CMA) en cours de structuration pour parler gentiment, on en a la preuve : quand elles comptabilisent 12.100 entreprises, 4.100 sont enregistrées sur le Fichier interbancaire de la Banque de France…

Sur ces 4 100, 96% ont un chiffre d’affaire inférieur à 100 000 euros, elles sont 157 à plus de 750 000 euros et 4 à dépasser les 50 millions d’euros. « Un tissu de petites entreprises donc », résume Bénédicte Daubin qui s’est amusée coter l’ensemble. Une sorte de note qui permet de savoir lesquelles peuvent honorer leurs engagements à 2 ou 3 ans. Facile pour une banque de les avoir comme client, et ainsi de négocier un bon taux pour se financer sur l’Eurosystème. Car les entreprises sont trois fois plus qu’en 2006 à connaître des incidents de paiement.

Pas de bouleversement en vue pour 2015, « l’ajustement est plus long que prévu, avec des modalités du Contrat de projet Etat-région pas précisées, des investissement dans les fond européens qui tardent et la fiscalité des collectivités dans le flou. »

Les maires et les élus du département savent que de leur capacité à bien gérer, à dégager une épargne pour investir dépend le dynamisme de la commande publique, donc de l’économie.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

*Institut d’Emission des Départements d’Outre-mer

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

CGT Educ'action, Jean-Michel Blanquer, Mayotte

La CGT Educ’action nationale décrit au ministre Blanquer les « problèmes de...

0
Prenant le relais de la section locale, les co-secrétaires nationaux de la CGT Educ’action adressent un courrier au ministre de l’Education Nationale à propos de la situation au lycée de Kahani. Le rectorat répond sur les mesures mises en œuvre
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan