30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilFaits diversAzihary-Liétar : La maison de la discorde promise à destruction

Azihary-Liétar : La maison de la discorde promise à destruction

La maison de Vincent Liétar est devenue le symbole de la profonde discorde qui anime les deux hommes. La maison du père de Bao pourrait être détruite ce jeudi matin à 8h.

Vincent Liétar à la sortie d'un des nombreux épisodes judiciaires qui l'ont opposé à la SIM
Vincent Liétar à la sortie d’un des nombreux épisodes judiciaires qui l’ont opposé à la SIM

La tension est à son comble entre le directeur de la Société Immobilière de Mayotte et son ex-directeur de production : bien que les deux hommes se soient séparés en 2012, la cicatrice est encore à nue.

A l’époque, Vincent Liétar est accusé de vol de documents et de retarder des opérations en cours. Ce qu’il conteste. La justice considérera son licenciement comme abusif, la SIM est condamnée. Mais un jugement ordonne à l’employé de quitter son logement de fonction. Quelques mois plus tard, en février 2014, le juge du tribunal de grande instance de Mamoudzou indique que la société aurait dû lui proposer un bail. Il n’est donc plus expulsable, sous réserve d’un versement de 1.000 euros par mois, “ce qui me va”, indique Vincent Liétar. La SIM fait appel.

Et Mahamoud Azihary, dans un mail envoyé ce mercredi aux médias, indique ne jamais avoir vu un centime.

Rebondissement il y a quelques jours, le terrain où est sise ladite maison, fait l’objet d’un programme de démolition construction, « comme la SIM en fait à Passamainty, à Mamoudzou, à Pamandzi, à Labattoir (…) la 121e opération de ce genre », précise le directeur de la SIM qui compte ainsi construire 5 nouveaux logements par logement démoli.

Plus d’eau, ni d’électricité

Mahamoud Azihary au siège de la SIM
Mahamoud Azihary au siège de la SIM

Outre le fait qu’il revendique ne pas être expulsable, Vincent Liétar fait valoir la qualité architecturale de sa maison, « construite en 1983 en forme de dôme, avec des artisans du Tour de France », et son attachement. Une photo était d’ailleurs parue chez nos confrères des Nouvelles de Mayotte, une sollicitation de la presse qui n’a pas dû apaiser le conflit.

Le cachet de la maison, ce n’est pas une raison valable pour Mahamoud Azihary que nous avons contacté : « n’importe quel architecte peut reconstruire sur plan exactement la même chose ailleurs. »

Ce mercredi, la tension vient à nouveau de monter d’un cran : le locataire n’a plus d’eau ni d’électricité, les services de EDM et de la SMAE étant intervenus sur la demande de la SIM. Non sans tensions, Mahamoud Azihary accusant Vincent Liétar d’avoir proféré des menaces de mort, dont l’intéressé se dit bien incapable.

Demain, les tractopelles sont annoncées pour 8h au domicile de celui qui est aussi connu à Mayotte comme le papa de Bao, une bande dessinée qui retrace la vie mahoraise. « J’ai des milliers de BD à la maison, je n’ai sorti aucun meuble », indique-t-il, « j’ai même convié quelques amis à un café froid demain matin ».

De son côté, Mahamoud Azihary évoquait, hier mercredi soir,  la possibilité que l’Etat intervienne pour bloquer la démolition, « mais à cette heure, je n’ai reçu aucune notification ».

La nuit a peut-être pu porter conseil. Inch Allah !

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.