22.9 C
Dzaoudzi
vendredi 12 août 2022
AccueilFaits diversAffaire Azihary-Liétar : le classement en urgence stoppe la tractopelle

Affaire Azihary-Liétar : le classement en urgence stoppe la tractopelle

Il faut dire qu’on visitait la maison de Vincent Liétar un peu comme un musée ce jeudi matin. Dernières photos ou clichés-témoins ? Il semble que la préfecture a tranché.

La tractopelle devant la case occupée par Vincent Liétard
La tractopelle devant la case occupée par Vincent Liétard

Ambiance tendue rue Saharangué ce jeudi matin devant la maison de Vincent Liétar. La tractopelle prête à attaquer la maison du locataire en délicatesse avec le patron de la SIM, faisait face aux occupants de la maison, amis et connaissances, venus pour un café de soutien.

Premier coup de théâtre quand les policiers sur place reçoivent l’ordre de ne pas intervenir sur décision de la préfecture. Mais ils demandent une décision écrite. Qu’à cela ne tienne, elle arrivera quelques minutes plus tard : «un régime d’instance de classement au titre des monuments historiques des quatre cases rue Sarahangué», signé de Vincent Berjot, directeur général des patrimoines.

Classement en urgence

La police s'interpose. Mahamoud Azihary constate l'intervention de l'Etat
La police s’interpose. Mahamoud Azihary constate l’intervention de l’Etat

Cette intervention préfectorale était l’argument qui permettait à Mahamoud Azihary de démontrer qu’il y a à Mayotte, deux poids et deux mesures. Devant les caméras et les micros, il revient sur les 120 opérations qui ont conduit à expulser bien des habitants, « des Mahorais qui évidemment n’ont pas le bras long ».

L’instance de classement en urgence étonne beaucoup de monde, «on aimerait que la préfecture soit aussi rapide sur bien d’autres décisions». Surtout que seuls deux monuments sont classés à Mayotte : la Résidence du Gouverneur en Petite-Terre et la mosquée de Tsingoni. La Maison du gouverneur de Grande-Terre n’est toujours pas classée.

La tractopelle en embuscade

Mansour Kamardine, "c'est irrationnel"
Mansour Kamardine, “c’est irrationnel”

Pour l’avocat Mansour Kamardine, pourtant habitué à pourfendre l’Etat colonial dans ses plaidoiries, on est en pleine irrationalité : «C’est à l’origine un conflit locataire-bailleur. Il y a une procédure de justice en cours, la SIM ayant lancé un appel sur une décision de non-expulsion de l’occupant. En démolissant avant la décision, ce n’est pas Vincent Liétar qu’il aura en face, mais le procureur ! »

Vincent Liétar, lui, se dit soulagé, « je peux dire que j’ai sauvé la maison. Mais pour aujourd’hui seulement… La tractopelle peut agir n’importe quand ! » Il avait d’ailleurs juste terminé sa phrase quand les ouvriers de la SIM tentaient de démonter le portail… avant que la police ne s’interpose.

La SIM et le pouvoir

Finalement, la tractopelle, les ouvriers et Mahamoud Azihary ont quitté les lieux, après que le directeur de la SIM ait déchiré devant les caméras la notification de la préfecture : “les préfets changent mais ils continuent à protéger des intérêts qui ne sont pas ceux de la population mahoraise. Après mon départ de la SIM, je sais ce qui va se passer.  Ces gens vont récupérer le pouvoir et défendrons leurs intérêts, uniquement leurs intérêts”, prévenait Mahamoud Azihary. Le conseil d’administration de la SIM doit se réunir à la fin du mois pour décider de l’avenir du directeur actuel.

La rédaction
Le JDM

Mahamoud Azihary déchire le courrier de la préfecture lançant la procédure de classement des cases
Mahamoud Azihary déchire le courrier de la préfecture lançant la procédure de classement des cases

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau en cours dans le village de Longoni

139521
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers du village de Longoni "qu'une casse sur le réseau de distribution d'eau potable" contraint...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139521
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139521
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139521
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139521
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139521
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com