Yann Arthus-Bertrand et l’AFD au secours de la planète

0
177

Ce ne sont pas moins de 60 solutions pour économiser les ressources de notre bonne vielle Terre, et notre santé, que proposent main dans la main le célèbre photographe et l’Agence française de développement.

Fabrice Ruchy, Directeur DOM de l'AFD
Fabrice Ruchy, directeur DOM de l’AFD

21 des plus beaux clichés de Yann Arthus-Bertrand sont exposés juste une semaine, jusqu’au 20 avril, au Comité départemental de tourisme à Mamoudzou. Les célèbres photos sont toutes accompagnées d’une recommandation adaptée : « constructions de bâtiments économes en énergie » à Shanghai, « lutte contre la pollution de l’air » à Mexico, « faciliter l’accès du monde rural à l’énergie » avec les magnifiques rosaces des pirogues du Bangladesh, « mieux gérer l’eau potable » au Maroc…

Une exposition éditée par l’Agence française de développement dans le cadre de la préparation de la Conférence de Paris COP 21, animée par Nicolas Hulot, et qui voyage au gré des 80 pays dans lesquels intervient l’AFD sur 5 zones géographiques : « l’Afrique subsaharienne, l’Amérique latine, l’Asie, le Maghreb et les outre-mer ».

Si elle fait escale à Mayotte, c’est que des problématiques communes à d’autres territoires s’affichent, tels ces cœurs naturels de mangrove à protéger en Guinée ou l’éradication des décharges sauvages en Guadeloupe.

La difficile prise de conscience de l’écologie

Du solaire pour l'habitat social
Du solaire pour l’habitat social

Que l’on soit fermement convaincu que la planète se réchauffe par le biais de l’activité humaine, ou que l’on se tourne vers les cycles de l’univers qui en ont vu d’autres, avec inversions des pôles et qui prouve que notre période interglaciaire actuelle sera suivie d’une glaciation, il n’en demeure pas moins que l’homme a jusqu’à présent consommé de la nature sans se soucier du lendemain et que, selon l’expression consacrée, « ça ne peut pas faire de mal » de faire attention aux chants du cygne de certaines espèces.

Tout projet dans ce domaine étant donc bon à prendre, l’AFD se positionne pour alimenter ce qui pourrait être un secteur économique à part entière, avec création d’emploi à l’appui. Encore faut-il en prendre conscience, « et la conférence de Copenhague et ses résultats mitigés, ainsi que les dernières rencontres des grands de ce monde sur le sujet n’ont pas vraiment fait avancer les choses », déplorait Fabrice Richy, directeur du département Outre-mer de l’AFD lors de son allocution ce lundi soir au CDTM.

L'équipe de l'AFD Mayotte
L’équipe de l’AFD Mayotte

Il commentait les quatre thématiques retenues : Vivre ensemble, « alors que les villes émettent 70% des gaz à effet de serre », Nourrir le monde, « et les défis agricoles que cela suppose », l’Efficacité énergétique « avec l’évolution du mix énergétique vers le ‘décarboné’ » et S’adapter « avec des décisions sur le changement de mode de production ».

Avec ses 8 milliards d’euros d’engagements annuels dans le monde, on peut dire que l’AFD est prête à accompagner des projets qui vont dans le sens d’une préservation de notre planète.

Les photos devraient ensuite être exposées dans l’aérogare de Pamandzi.

La photo couverture du livre de Yann Arthus-Bertrand "60 solutions face au changement climatique" ©Yann Arthus-Bertrand-Altitude
La photo couverture du livre de Yann Arthus-Bertrand “60 solutions face au changement climatique” ©Yann Arthus-Bertrand-Altitude

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here