Manuel Valls milite pour «l’égalité réelle» des outre-mer

0
59

Patrick Karam, le président du CREFOM s’en est immédiatement fait l’écho : le Premier ministre a souligné son action lors des Journées outre-mer développement, et a évoqué la «grande ambition» pour les outre-mer que lui-même partage avec le président Hollande.

Patrick Karam
Patrick Karam

Manuel Valls fait fort en ce moment en direction des ultramarins : après avoir affirmé qu’ils étaient «la plus belle réponse» aux propos de Jean-Marie Le Pen, sur le point de la cohabitation des diversités, il a parlé ce week-end pour ces territoires d’«égalité réelle économique».

Nous l’avions évoqué avec la présence du chef d’entreprise mahorais Abdillah Soussou, la Journée Outre-mer Développement se tenait ce samedi au pavillon Gabriel, prés de l’Elysée.

Ce fut l’occasion pour trois ministres, Manuel Valls, Christiane Taubira et George Pau-Langevin d’assister à cet événement consacré à l’emploi et aux entreprises ultramarines.

Que la démarche ait été perçue comme une opération de séduction n’enlève rien aux propos tenus par Manuel Valls à l’endroit de Patrick Karam, président du Conseil représentatif des Français d’outre-Mer (CREFOM), saluant son travail en matière d’égalité réelle économique.

A intégrer pour le Premier ministre dans « la grande ambition pour les outre-mer» que le président de la République devrait porter lors de son déplacement en Guadeloupe le 10 mai prochain.

« Territoires assistés »

De gauche à droite, Abdillah Soussou, Mylène de Fabrique Saint-Tours (Scitep) et Sophie Elizéon, our un débat animé par Hélène Camouilly (France Télévision)
Abdillah Soussou, chef d’entreprise mahorais en métropole, invité à la JOMD

Ambitieux est en effet le terme approprié alors qu’est annoncé «un véritable bouleversement en outre-mer : une révolution attendue depuis 70 ans.» Serait-ce le changement de paradigme demandé par notre parlementaire Boinali Said Toumbou ? Nos politiques parisiens auraient-ils l’intention d’élaborer un modèle propre à l’outre-mer au lieu de calquer des lois métropolitaines qui ne marchent pas chez nous ?

Patrick Karam rappelle en effet, que l’égalité civique est réglée avec «la fin de l’esclavage en 1948», l’égalité politique aussi «avec le passage de colonies en départements et collectivités d’outre-mer», l’égalité sociale «avec l’alignement des prestations sociales», il ne resterait donc plus que l’égalité réelle économique, «la dernière des avancées à atteindre en une génération». Il n’aura échappé à personne qu’à Mayotte, les trois premières sont encore à ancrer profondément.

Le retard de développement des outre-mer sur l’Hexagone est régulièrement pointé par des statistiques qui n’apportent pas de remèdes, mais alimentent toujours « les clichés de territoires assistés » avec lesquels veut en finir le CREFOM qui milite pour changer de perspective et mettre en place un plan mesurable et programmé dans le temps pour atteindre l’égalité réelle économique.

Une expression qui émane de la rue Solférino selon le Premier ministre, «ou de la fondation Jean Jaurès (…), on ne peut pas reprocher à notre ami Patrick Karam de s’inspirer des meilleures sources», a-t-il conclu en rappelant qu’il se rendrait mi-juin dans l’océan Indien, à La Réunion et à Mayotte, puis en Nouvelle-Calédonie à la fin de l’année.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here