Rassurer et dissuader: Les gendarmes à la plage

0
198

Pour ce long week-end pascal, la gendarmerie a, à nouveau, déployé un dispositif particulier dans les lieux touristiques. Sur les plages et les chemins de randonnée, prévention et dissuasion.

L'équipe de gendarmes dans la bambouseraie de Soulou ce dimanche 5 avril 2015
L’équipe de gendarmes dans la bambouseraie de Soulou ce dimanche 5 avril 2015

C’est un double dispositif qu’a déployé la gendarmerie pour sécuriser les lieux touristiques de Mayotte durant ce long week-end de trois jours. En randonnée ou sur la plage, vous avez peut-être croisé des hommes en uniforme qui patrouillent pour porter un message de prévention, rassurer les touristes et les randonneurs mais aussi évidemment dissuader d’éventuelles volontés malfaisantes.

Quasiment l’ensemble de l’effectif est sur le pont pour se relayer sur de nombreux points du département. On y trouve les lieux classiques et familiaux que sont Ngouja, Sakouli et Moya sur Petite Terre. Dans le nord, les marches d’Acoua où un groupe de randonneurs s’est fait dépouiller le week-end dernier, ou encore la plage du préfet, dont la réputation n’est plus à faire… même si, avec la désaffection liée aux méfaits, sa dangerosité a enregistré une baisse significative.

A Soulou, la plage et le chemin depuis la route ont été le théâtre de nombreuses agressions
A Soulou, la plage et le chemin depuis la route ont été le théâtre de nombreuses agressions

En uniforme et parfois en civil

Dans l’Ouest et le sud, les équipes sont sous la direction du lieutenant Marc Ibarboure, basé à Sada. «On a une équipe qui circule entre Tsingoni et la Plage de Soulou, une autre à Tahiti plage et aux points de sortie des chemins de randonnées sur la route carrossable. D’autres équipes sont du côté de Musicale ou de Saziley, essentiellement sur le chemin dans la colline. Il ne s’agit pas forcément de rester toute la journée mais de faire ce qu’on appelle des coups de sonde, nous montrer à plusieurs reprises pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème», détaille le Lieutenant.

Soulou, Saziley, Tahiti... les hommes sous la responsabilité du Lieutenant Ibarboure sur les lieux touristiques du sud et de l'ouest
Soulou, Saziley, Tahiti… les hommes sous la responsabilité du Lieutenant Ibarboure sur les lieux touristiques du sud et de l’ouest

Mobiliser autant d’équipes, cela permet également des réactions rapides en cas de signalement. D’autant qu’elles sont appuyées par un 2e dispositif, ce qui est moins habituel. Dans plusieurs zones du département, des hommes en civil se promènent tels des touristes lambda… prêts à agir en cas d’agression ou de tentative de vol.

Règles de bon sens

Evoquer cette opération permet également de rappeler quelques règles de bons sens. Ne pas laisser ses affaires sans surveillance pendant la baignade, garer les véhicules aux endroits prévus et ne rien y laisser de visible et en cas de balade, ne pas y emporter d’objets de valeur qui représentent des signes ostentatoires de richesse… même s’il est bien difficile de visiter les zones paradisiaques de Mayotte sans appareil photo.

Après une matinée calme, d'avantage de monde était attendu sur les plages l'après-midi avec la marée haute
Après une matinée calme, davantage de monde était attendu sur les plages l’après-midi avec la marée haute

Il faudra attendre la fin du week-end pour disposer du bilan de ce vaste dispositif mais il est d’ores et déjà évident qu’il ne peut être reproduit chaque fin de semaine. «La semaine, nous devons sécuriser les abords des établissements scolaires la journée, nous sommes beaucoup appelés la nuit pour des vols ou des violences, des interventions qui se rajoutent aux patrouilles dans les zones résidentielles», explique le lieutenant Abarboure… Une façon de rappeler que les gendarmes sont aussi des hommes qui ont besoin de souffler et qui doivent faire avec l’effectif qui est le leur.
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here