Surpopulation scolaire: les établissements condamnés à être invivables?

0
240
Les élèves du lycée Bamana doivent rester à l'intérieur

Le vice-rectorat a établi les projections du nombre d’élèves pour les collèges et lycées de Mayotte à la rentrée de septembre 2015. La surpopulation scolaire est encore la règle.

Doujani, un collège souvent montré en exemple malgré sa population scolaire record
Doujani, un collège souvent montré en exemple malgré sa population scolaire record

Après le droit de retrait des personnels du lycée Bamana, c’est au tour de ceux du collège Kawéni 1 de dénoncer les conditions de travail qui sont les leurs, allongeant la liste des collèges et des lycées de Mayotte qui ne proposent plus à leurs élèves comme à leur personnel un cadre de travail satisfaisant.
Environnement social tendu, locaux en manque de rénovation et surpopulation scolaire, les handicaps s’accumulent et si on en croit les chiffres du vice-rectorat pour la rentrée 2015, la situation sur le front démographique ne devrait guère s’améliorer.

Selon les données fournies aux instances paritaires pour préparer la rentrée, la croissance exponentielle des effectifs dans le secondaire va continuer, restant sur la tendance du doublement observé ces 10 dernières années. Les élèves mahorais étaient 18.379 dans les collèges et lycées en 2003. On en comptera 38.654 en 2015. Ils seront 25.830 dans les collèges et 12.824 dans l’ensemble des lycées.

Le collège de Dembéni vide d'élèves après le droit de retrait des professeurs le 24 mars 2014
Le collège de Dembéni vide d’élèves après le droit de retrait des professeurs le 24 mars 2014

Le problème est que le nombre d’établissements, lui, n’a pas doublé sur la même période. On est passé de 16 collèges en 2003 à 20 en 2015. Du côté des lycées, on en comptait 7 en 2003, il y en aura 10 en 2015.

Deux collèges à plus de 1.800 élèves

Résultat, le nombre d’enfants par établissement va battre de nouveaux records. Deux établissements seront au-dessus des 1.800 élèves : Doujani décrochera une nouvelle fois la palme du plus grand collège de France avec 1.830 élèves. Il sera talonné par Mtsamboro et ses 1.807 collégiens… chacun de ces établissements représente 3 voire 4 collèges moyens de métropole !
Et les chiffres donnent le tournis : 1.743 élèves attendus à Mgombani , 1.656 à Passamainty, 1.699 à Koungou, 1.640 à Chiconi , 1.624 à Dembéni, 1.571 à Labattoir.

Le cap des 1.000 est aussi franchi à Dzoumogné (1.066), à Tsimkoura (1.091), à Sada (1.036). Même le collège de Majicavo qui ouvrira ses portes à la rentrée atteindra instantanément les 1.009 élèves.
Seuls 3 collèges resteront sous cette barre: Bandrélé (909), Kani-Kéli (894) et la Kwalé qui poursuit sa phase d’ouverture (817).

Bamana, champion

Du côté des lycées, les chiffres sont un peu moins éloignés des normes métropolitaines… mais pour combien de temps ? Bandrélé (382 élèves prévus), Dzoumogné (651) et Kawéni (872) sont les moins remplis. Suivent Dembéni (1.216), le Nord (1.322), Kahani (1.360), Chirongui (1.390), Sada (1.444) et Petite Terre avec 1.524 élèves attendus.

Le lycée Younoussa Bamana
Le lycée Younoussa Bamana

Champion toute catégorie : Bamana. Le lycée de Mamoudzou accueillera 2.663 élèves à la prochaine rentrée de septembre ! En prenant en compte le foncier réduit de l’établissement, il est probablement le lycée le plus dense de France. «On a 2 lycées en 1», résume un enseignant, alors que le second lycée de Mamoudzou reste bloqué dans les cartons.
Mais peut-être certains s’en réjouiront, tant il semble aberrant d’ajouter un nouvel établissement scolaire à Kawéni où sa construction est envisagée.

Au collège K1, les équipes considèrent qu’il n’y a qu’un faible pourcentage d’élèves qui sont à l’origine des troubles. Mais compte tenu des effectifs, cela représenterait tout de même environ 90 collégiens. Après le débordement du primaire, le secondaire s’est installé dans un mode de fonctionnement qui peut craquer à la moindre faille.
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here