28.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilFaits diversAffaire des chiens lynchés à Mtsapéré: trouver un apaisement après les «barbaries»

Affaire des chiens lynchés à Mtsapéré: trouver un apaisement après les «barbaries»

CARNET DE JUSTICE DU JDM. Si la justice doit être la même partout, ce mercredi matin, l’audience aurait mérité d’être moins détachée du contexte mahorais. Le tribunal correctionnel instruisait l’affaire des deux chiens battus à mort par une foule en colère à Mtsapéré.

Porte de la salle d'audience du TGI de MamoudzouCes affaires de chiens sont toujours sensibles à Mayotte, où la culture et la religion s’entremêlent sur fond de rapport aux animaux très différent en fonction des origines, jusqu’à provoquer un malaise profond.
L’affaire avait d’ailleurs soulevé les passions, le 25 février 2014. Ce soir-là, dans le quartier Bonovo à Mtsapéré, deux familles rentrent de leur journée de travail. Elles habitent l’une à côté de l’autre et jusqu’alors, leurs relations sont cordiales. Elles cultivent même ensemble une parcelle de terrain à la campagne.
Mais il y a ces deux chiens.

La colère de la foule

La propriétaire des animaux, arrive avec son mari et sa fille qui ouvre le portail. Un des deux chiens sort de la maison et fonce sur le petit garçon des voisins. Le gamin est renversé, le chien le griffe. La femme se précipite à son tour pour rappeler l’animal. Très vite, les habitants du quartier se massent, les tensions montent.

Panneau salle d'audience TGI MamoudzouLe père de l’enfant est en colère. Avec «la foule», il demande que la femme lui livre ses chiens, aussi bien celui qui s’en est pris à l’enfant que le deuxième, une femelle qui est pleine. Face aux menaces, la propriétaire n’a pas d’autres choix que donner les animaux. Ils sont battus à mort, l’un d’eux est même décapité. Les carcasses déchiquetées sont ensuite jetées dans le jardin des propriétaires.

L’agressivité et ses raisons

Dans cette affaire, les deux sont à la fois parties civiles et prévenus. La femme est poursuivie pour blessures involontaires «par violation délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence». Elle aurait dû faire en sorte que son chien ne sorte pas de chez elle. L’homme doit répondre de «sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique».

La justice avait demandé un complément d’enquête qui n’a apporté que peu de précisions. Il apparaît que ces chiens étaient relativement agressifs. Mais leur comportement était aussi une réponse aux jets de cailloux dont ils étaient régulièrement victimes de la part des enfants du quartier.
Rien en revanche pour identifier qui a précisément tué les animaux.

Salle d'audience du TGI de MamoudzouBarbarie contre les chiens

«La barbarie» à l’égard de ces animaux est «inadmissible pour notre société», scande Me Préaubert, l’avocate de l’association Gueules d’amour et de la fondation Brigitte Bardot, parties civiles. Les chiens sont d’ailleurs protégés par la loi en tant qu’êtres vivants dotés de sensibilité et ces actes de cruauté peuvent être punis par une peine de 2 ans de prison. Elle demande 800 € de dommages et intérêts pour chacune des deux associations. Me Soihili, au nom de la SPA, la société protectrice des animaux réclame, lui, 2.000 euros.

La procureure Elise Tamil relevait que si la loi protège les animaux, elle protège aussi les humains. Ce n’était ni au père ni à la foule de se faire justice. Après une plainte, un chien peut être euthanasié s’il se révèle dangereux.

Tribunal TGI MamoudzouElle requiert des peines de prison avec sursis: 9 mois pour le père de l’enfant qui avait accompagné la foule dans le lynchage, et 3 mois et 500 euros d’amende pour la propriétaire des chiens.

Barbarie des propriétaires

Du côté de la défense, deux stratégies bien différentes. Me Chauvin qui rappelait –enfin !- le contexte des chiens à Mayotte, s’est surtout attaché à faire du droit : où sont les preuves de l’agressivité des chiens, de la clôture défaillante, des blessures sérieuses de l’enfant alors que le certificat médical ne parle que de griffures et d’un seul jour d’ITT ?

Me Kondé, l’avocat de l’enfant et de son père, tentait de retourner la notion de barbarie. «La barbarie, c’est d’avoir des chiens non vaccinés», a-t-il plaidé. C’est aussi de faire peur aux voisins avec des animaux agressifs qui empêchent les gens de passer dans une rue, «des gueules d’amour qui sont aussi des gueules agressives et des gueules qui peuvent être tueuses.»

Alors que les dommages et intérêts seront tranchés en audience civile ultérieurement, le jugement sur le fond du dossier est mis en délibéré au 15 avril.
En attendant, le président Sabatier invitait chacune des parties, qui ont fait un pas l’une vers l’autre au cours de l’audience, à tenter, «en tant que citoyens et en tant que voisins à trouver un apaisement.»
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Météo France, Mayotte

Mayotte en vigilance jaune pour les Orages aussi

0
Depuis ce week-end et ses grandes marées, Mayotte est placée en vigilance jaune vagues submersion. Météo France vient de rajouter une vigilance jaune pour...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.