28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 décembre 2021
AccueilFaits diversInfanticide de Bandrélé: Quand Zola écrit au bord du lagon

Infanticide de Bandrélé: Quand Zola écrit au bord du lagon

Pendant deux jours, la cour d’assises de Mayotte instruit en appel l’affaire de l’infanticide de Bandrélé. Le couple a été lourdement condamné en 1ère instance en 2012. Le tribunal replonge dans l’horreur de ce dossier.

Me Charles Simon et Me Julien Chauvin défendent les deux accusés
Me Charles Simon et Me Julien Chauvin défendent les deux accusés

Exposé des faits, expert psychiatre, médecin légiste… Chaque élément du dossier a été présenté sobrement, chaque spécialiste a parlé de façon technique. Et pourtant, ce lundi matin, personne n’a jamais oublié de quoi on parle, de qui on parle.
Une femme et un homme comparaissent pendant deux jours pour répondre de violences volontaires ayant entraîné la mort. Une mère et un beau-père auraient maltraité un enfant jusqu’à le faire mourir. Le petit garçon se prénommait Ysack, il était âgé de 3 ans. Il mesurait 1,02 mètre et pesait 12 kg.

Ils ont déjà été condamnés en première instance en décembre 2012 à de lourdes peines : 20 ans de prison pour l’homme, 18 ans pour la mère. Ils ont fait appel du jugement. L’affaire est à nouveau instruite devant les magistrats professionnels et 6 jurés populaires à Kawéni.

Un enfant martyr

Et le tribunal plonge dans l’horreur. L’émotion est lourde dans la salle d’audience du tribunal de Mamoudzou, dès la présentation des faits.
Le 21 août 2011 vers midi, une infirmière de l’hôpital de Mramadoudou voit arriver le couple avec un enfant «en état de mort apparente». Elle tente de le ranimer mais il est déjà trop tard. Pour elle, aucun doute, «c’était un enfant martyr», explique-t-elle en visioconférence depuis la métropole où elle exerce à présent.

Salle d'audience A la barreDe fait, les conclusions des médecins ne laissent place à aucun doute. «L’enfant présentait une centaine de lésions», détaille le médecin légiste, en visioconférence de La Réunion. Son corps est recouvert de plaies superficielles bénignes et des lésions plus profondes. «C’est la première fois que je vois un patient avec autant de plaies», témoigne ce médecin âgé de 48 ans. Ces marques ont été causées par des coups avec des objets contondants, tranchants, piquants.

Des coups pour des cacas

L’enfant subissait depuis quelques semaines les colères de sa mère et de l’homme avec lequel elle vivait à ce moment-là. Le motif : l’enfant n’était pas propre. «Quand on lui disait de ne pas faire caca quelque part, il faisait quand même», dit le beau-père aux enquêteurs. Caca à la culotte, au lit, dans la cour… Le couple ne le supporte plus. Alors, on le punit à coup de bâtons, de shengwé (martinet), de fil de fer, de tiges de manioc. Sa mère lui donne des coups de poing dans le dos et un jour, elle lui aurait même demandé de manger ses excréments.

Salle d'audience entréeLe petit garçon est mort d’un œdème cérébral, une hémorragie dans la partie droite du cerveau, «un hématome comparable à ce que l’on voit au moment des accidents de la route», explique le Docteur Thierry Pélourdeau, radiologue au CHM. L’origine ? Des «traumatismes violents ou répétés». Peut-être une chute. Peut-être un ultime coup qui aurait provoqué une lésion fatale ?

Quatre enfants à 18 ans

La personnalité des accusés est complexe. La mère est née à Mohéli en 1990. A la barre, cette petite femme, un peu ronde, se cache du public derrière un voile orangé. Arrivée en kwassa à l’âge de 8 ans à Mayotte, elle reste peu de temps chez sa mère, «une femme méchante». Elle s’enfuit au bout d’un an pour s’éloigner aussi du compagnon de sa mère qui abuse d’elle. A partir de ce moment-là, la maltraitance devient sa vie. Un premier enfant à 13 ans, des jumeaux à 14, son 4e gamin à 18 ans… «Elle construit des relations marquées par la violence», note un expert psychiatre. Le spécialiste note aussi des «colères inadaptées» face à un enfant pour lequel elle n’a que peu d’affection.

TGI KaweniA la naissance du petit, le 18 mars 2008, la vie avec le père est déjà une histoire ancienne. L’enfant n’était pas désiré. L’homme serait même monté sur son ventre pour la taper à l’annonce de la grossesse… «pour faire partir le bébé ». Quelques mois avant le drame, elle a refait sa vie avec un homme qui semble lui aussi violent.

Bien trouvés

Il est né à Bandrélé en 1976 et y a vécu une enfance «difficile». Elevé par sa grand-mère, victime d’un viol quand il était enfant, il arrête sa scolarité en 4e avant de tomber dans un trop plein d’alcool momentané.
«Deux personnes qui se sont bien trouvées ?» demande Me Préaubert, l’avocate de la partie civile. «Deux personnes qui avaient des difficultés sur le plan affectif», rectifie le psychiatre.

Pas grand monde se souvient de ce petit qui vivait avec eux. Il restait dans la maison et dans la cour et ne sortait jamais dans la rue à tel point que l’épicier, qui aurait pu vendre des couches à la famille, n’en avait jamais entendu parler.

Le procès doit s’achever ce mardi avec un verdict attendu dans l’après-midi. Me Chauvin et Me Simon, respectivement avocats de la mère et du beau-père vont tenter de faire valoir les personnalités et au-delà des maltraitances, le rôle de chacun de la mort d’Isaac. On ne sait quels mots Zola aurait choisi pour parler de ces vies.
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

CFDT, Laurent Berger, Mayotte

Laurent Berger : « Il faut arrêter le rafistolage permanent à...

0
Mayotte terre de prédilection pour le syndicalisme. Les causes à défendre sont légion. Les inégalités et les injustices pleuvent au moins autant que les averses sur le CHM de Mamoudzou ce mardi, noircissant un peu plus son tableau pour Laurent Berger. Le grand patron de la CFDT* depuis 2012, nous a rapporté ses impressions de première visite sur le territoire
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan