30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilUneLe secteur culturel : « Le conseil général ne doit pas être...

Le secteur culturel : « Le conseil général ne doit pas être une entreprise de spectacle »

Durant cette semaine, nous avons tenté de dessiner la trame du conseil départemental (ex-général) idéal, du moins tel que le voient les acteurs du médico-social, de l’agriculture, de la formation professionnelle et même du parlementaire qu’est Ibrahim Aboubacar. Nous nous intéressons ce vendredi à la culture. Une esquisse destinée aux futurs élus départementaux.

Théâtre roiLe secteur culturel rejoint tous les autres sur au moins un point : il faut arrêter le bricolage. « Nous ne connaissons pas la ligne directrice, la politique culturelle du département », déplore El Madjid Saindou, directeur de Ariart, qui produit des pièces de théâtre en revisitant les classiques comme « Trumba la Antigoni », ou « La petite histoire », une suite imaginée de Tristan et Yseult. Le conseil général a participé à hauteur de 15% du budget.

Le développement culturel, un « vaste chantier à Mayotte», appuie Dell qui porte le festival Milatsika. Et qui appelle une politique volontariste, « aussi bien de la part de l’Etat que des collectivités territoriales ». Il précise néanmoins que ces trois dernières années, Milatsika bénéficie du financement du conseil général.

Déléguer aux professionnels

Mais ce n’est pas son rôle, explique l’artiste, qui voit le département comme un centre de ressources, « et non comme une entreprise de spectacles vivants comme c’est le cas actuellement en organisant des évènements culturels d’envergure comme le Festival Inter Mizik ». Des prestations que le département devrait déléguer, « par un appel à candidature ou à projet pour l’organisation des grands évènements culturels ».

Car, contrairement au secteur de la santé et du social, ou de la formation professionnelle, aucun schéma structurant n’encadre la culture à Mayotte. Chacun monte son projet dans son coin, sans savoir trop à qui s’adresser, « parfois c’est à la Dilce d’Alain Kamal Martial, parfois aux Affaires culturelles, et quelques fois aux élus… nous n’avons pas d’interlocuteurs précis », déplore El Madjid Saïndou.

Des futurs LuchiniSUBHASH en concert en Inde en 2013

Un département maitre d’ouvrage responsabiliserait les acteurs, « avec des cahiers des charges précis », et permettrait de professionnaliser le secteur et même de le rendre économiquement viable, « aboutissant à des créations d’emplois. L’action culturelle doit être conçue dans sa dimension économique », poursuit Dell, «il faut la développer comme un métier ».

Ce qui permettrait ensuite d’élargir l’espace à la région, « et même d’intégrer Mayotte dans des réseaux nationaux d’aide à la création et aux soutiens des artistes et de leurs droits », voire participer à des festivals ou marchés internationaux. Un résultat qui ne passera que par la structuration des enseignements artistiques, comme le prône El Madjid Saïndou.

L’envie d’assister à de beaux et nombreux spectacles de musique, théâtre ou danse, dépend donc d’une seule volonté, celle de l’élu(e) qui sera en charge de la culture, et qui devra lui dédier un schéma directeur, pour déboucher sur sa professionnalisation.

Un rêve qui peut commencer par un point noté en numéro un sur la liste des artistes, une salle de spectacle, « avec au préalable, une réflexion sur sa gestion à long terme, ce qui fait souvent défaut à Mayotte »…

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.