26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilSociétéMayotte s'engage dans la lutte contre la radicalisation religieuse violente

Mayotte s’engage dans la lutte contre la radicalisation religieuse violente

Les services de l’Etat diffusent une campagne de sensibilisation pour lutter contre la radicalisation religieuse violente et le djihadisme. Ils se préparent à d’éventuels signalements de comportements inquiétants par les familles.

lutte contre la radicalisation Stop au Djihadisme Une
La campagne de lutte contre la radicalisation religieuse violente

C’est une campagne nationale mais sa diffusion à Mayotte, seul département français majoritairement musulman, revêt une dimension particulière parce qu’il est question de dérives liées à l’islam. Le Ministère de l’Intérieur et le Comité interministériel de la Prévention de la Délinquance (CIPD) ont conçu une campagne pour prévenir la radicalisation et, en particulier, les départs au Djihad en Syrie.

Il s’agit de sensibiliser les proches de ceux et celles qui ont subi un endoctrinement les menant vers une radicalisation extrême. «Il faut être clair avec la notion de radicalisation, explique-t-on à la préfecture où on suit le dossier. Choisir une approche plus ‘rigoriste’ de l’islam que celle qui existe traditionnellement à Mayotte n’est pas punie par la loi. Chacun choisit la façon de vivre et pratiquer sa religion comme il l’entend. En revanche, envisager une radicalisation violente avec d’éventuels passages à l’acte de type terroriste ou des départs vers des zones de conflits sont sévèrement encadrés et punis.»

Le site internet pour s'informer et éventuellement signaler des comportements
Le site internet pour s’informer et éventuellement signaler des comportements

A l’écoute des familles

Cette action de communication vise donc à détecter très en amont les signaux de rupture sociale progressive de certaines personnes : changements de comportements vestimentaires, alimentaires ou vis-à-vis de la famille, propos asociaux, repli sur soi… (voir la Brochure Prévention Radicalisation violente)

Les membres de la famille ou les amis sont encouragés à signaler leurs doutes sur une éventuelle dérive d’un proche à une plateforme téléphonique. Il s’agit d’un numéro gratuit, le 0.800.005.885 mais on peut également se connecter sur le site www.stop-djihadisme.gouv.fr. Le centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation est à l’écoute des familles et rassemble alors les informations fournies.

La brochure d'informations
La brochure d’informations

«Déradicaliser» les endoctrinés

Ces données sont ensuite traitées au plus proche des lieux du signalement. A Mayotte, le dossier d’un éventuel signalement serait suivi à la préfecture. Actuellement, Mayotte met d’ailleurs en place l’ensemble de la chaîne de ce dispositif.

L’objectif est de compléter les informations pour savoir si la personne signalée est effectivement en phase de radicalisation violente. Si cette évolution se confirme, la personne est obligatoirement prise en charge pour tenter de la dégager de cette emprise, comparable à celle que peut opérer une secte. La préfecture travaille à mettre en place des équipes pour mener à bien ce travail. Elles rassembleraient des cadis et des psychologues.

L'affiche de la campagne
L’affiche de la campagne

Une vigilance raisonnable

Si en métropole, notre époque appelle à une forte vigilance dans ce domaine comme l’ont démontré les tragiques événements de janvier, à Mayotte aussi nous devons nous sentir concernés. La campagne de sensibilisation et la documentation qui l’accompagne ont été envoyées à tous les établissements recevant du public, privé comme public. Tous les services de l’État en ont également été destinataires. Au total, 400 affiches et 1.200 dépliants ont été distribués, sans compter les diffusions électroniques.

A ce jour, les services de l’Etat n’ont pas encore relevé de signalements inquiétants. Sans tomber dans la psychose, ceux qui maîtrisent le dossier du djihadisme indiquent tout de même que Mayotte pourrait être une cible pour ceux qui tenteraient de radicaliser des individus.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139125
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139125
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139125
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139125
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139125
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139125
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com