Accès au terre-plein du marché interdit pour cause d’expulsion

0
105

Le maire de Mamoudzou Mohamed Majani a pris le 2 février un arrêté de fermeture du parking de l’ancienne place des brochettes et des bangas en tôles au marché de Mamoudzou. En cause: l’interdiction d’activité commerciale “pour cause d’hygiène et de sécurité”, précise son article 1.

Commerçantes marchéAvant la construction et l’inauguration du marché en dur, ce terre-plein représentait le seul marché de Mamoudzou. Tous les commerçants n’ayant pas obtenu de patente pour un stand lors de l’ouverture du marché couvert, ils s’étaient installés sur le terre-plein. Les poubelles s’amoncelaient, et les conditions d’hygiène posaient problème sur un site littoral, vitrine de Mamoudzou, premier lieu visité par les touristes en sortant de la barge.

Le maire a donc pris un arrêté rendu exécutoire par la préfecture ce 10 février.

L’interdiction concerne tous les vendeurs, de poisson comme de friperies, du quai Colas jusqu’au quai de la barge. La centaine de commerçants du marché va donc devoir quitter les lieux, et plusieurs ont manifesté hier jeudi pour marquer leur mécontentement et obtenir un nouveau site de vente, certains assurant détenir une autorisation de commercer.

C’est aussi le lieu de prédilection des vendeurs à la sauvette qui se sont installés plus près de la gare maritime, et qui sont régulièrement chassés par des descentes de police.

“Le terre-plein faisant fonction de parking sur l’ancienne place du marché sera fermé aux usagers jusqu’à nouvel ordre afin de permettre le bon déroulement des opérations de réhabilitation du site”, indique également l’arrêté.

Le maire met en demeure tous les usagers de quitter les lieux dans les 15 jours qui suivent la date de l’arrêté, et annonce la destruction des constructions. Tout est fait, nous explique-t-on du côté de la mairie, pour éviter l’expulsion prévue le 3 mars, et arriver à un terrain d’entente pour un départ en douceur, avec la proposition d’un nouveau site de vente à proximité. La destruction des bangas est néanmoins prévue dès la première heure ce jour-là.

A.P-L.

Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here